Sony NEX-5N test review recommandé

Le Sony NEX-5N est certes une petite évolution, mais les changements apportés sont appréciables. La première est l'intégration d'un nouveau capteur CMOS Exmor APS-C à 16 Mpx : une définition importante qui permet d'importants recadrages tout en conservant une bonne qualité d'image. La gestion du bruit électronique est en progrès avec une plage de 100 à 3200 ISO exploitable les yeux fermés. Vous pouvez vous aventurer à 6400 voire 12800 ISO selon les scènes (les photos en pleine nuit sont encore compliquées...). La dernière valeur, 25600 ISO, semble magique, mais reste assez marketing. Toutefois, sur un écran HDTV 1080, les photos se laissent regarder...
Sony avait promis une amélioration au niveau de l'autofocus, nous n'avons pas noté de nette amélioration sur ce point et le compact se situe en très léger retrait face aux plus rapides des Micro 4/3. Un écran tactile fait également son apparition, mais son usage est plutôt limité : s'il est possible de naviguer dans les menus ou déterminer au doigt la zone de mise au point, il n'est pas possible de déclencher par un simple tapotement. 
Le mode vidéo du NEX-5N est complet avec un mode HDTV 1080 en 50p (avec mode P,S,A et M). Nous regrettons l'absence d'un mode 720 parfois plus pratique au montage.
Nous apprécions toujours la possibilité de paramétrer le fonctionnement de l'appareil selon ses goûts. Un possibilité indispensable, le NEX-5N étant par défaut peu pratique hormis en mode tout automatique. L'écran LCD monté sur charnières est toujours précis, mais reste un talon d'Achille au système NEX : en plein soleil, celui-ci est difficile à lire et met en exergue l'absence d'un viseur électronique. Heureusement, un modèle optionnel est disponible...à 350 euros. Nous aurions également aimé un obturateur mécanique plus silencieux, même si dans le domaine des progrès ont été faits avec le retrait d'un mouvement de rideau mécanique.
Le CMOS Exmor est rapide et autorise une rafale à 10 i/s (mise au point sur la première image), un mode panorama par balayage ou de manière plus anecdotique, des prises de vue en 3D.

Au final, le NEX-5N s'avère confortable, compact et polyvalent (photo et vidéo), malheureusement desservi par un zoom de kit (18-55 mm f/3,5-5,6 OSS) peu en accord avec le capteur 16 Mpx. Le compact à objectifs interchangeables de Sony reçoit un recommandé.

Face à la concurrence

Panasonic G3 test review
Panasonic G3. Le format Micro 4/3 est naturellement le concurrent n°1 des NEX. Chez Panasonic, c'est le G3 qui viendra affronter le NEX-5N. Ce dernier dispose d'un parc d'optiques beaucoup plus intéressant et plus complet. Le G3 est beaucoup plus imposant que le NEX-5N, mais le Lumix dispose de deux arguments de poids : un écran monté sur une véritable rotule qui offre plus de latitude d'orientation et un véritable viseur électronique intégré ainsi qu'un flash. Le Sony NEX-5 propose un capteur plus grand et un soupçon mieux défini (16 contre 15 Mpx). Mais le capteur du NEX-5N s'avère plus convaincant dans les hautes sensibilités avec des images étonnantes à 6400 ISO. En outre, le compact Sony offre quelques modes de prise de vue sympathiques comme les images panoramiques par balayage, la fonction 3D ou la rafale à 10 i/s (sans AF) en cas de besoin.


Olympus Pen E-P3
.
Olympus Pen E-P3 test review
Partageant le même parc d'optiques que le Panasonic G3, le Pen E-P3 également mieux loti que son concurrent chez Sony. Plus massif, le E-P3 arbore un look rétro très séduisant. Avec son nouveau système autofocus "FAST", l'Olympus est le compact à objectifs interchangeables le plus réactif du moment (en pleine lumière) et son écran Oled, malheureusement fixe, propose un contraste plus convaincant que la concurrence. Il offre une meilleure lisibilité au soleil tout en restant imparfait. Le Pen E-P3 dispose en outre d'un système de stabilisation mécanique intégré qui fonctionne avec toutes les optiques. Malgré les nets progrès réalisés par Olympus sur la gestion du bruit électronique, le Pen E-P3 reste en retrait par rapport au Sony tout en offrant une définition moindre (12 contre 16 Mpx). Le mode vidéo du NEX-5 est également plus complet avec la possibilité d'utiliser les modes P,S,A et M. Enfin, le compact de Sony offre un excellent mode panoramique par balayage qui n'a pas d'équivalent chez Olympus.

Points forts

Points faibles

Excellente gestion du bruit électronique de 100 à 3200 ISO ! 6400 ISO exploitable.

Possibilités tactile peu exploités (pas de déclenchement)

Déclenchement un peu moins bruyant que la concurrence (un seul rideau mécanique)

Obturateur mécanique encore trop bruyant

Mode vidéo 50p, 25p avec les réglages d'ouverture, vitesse et sensibilité

Zoom de kit 18-55 mm f/3,5-5,6 peu convaincant

Mode panorama à main levée et 3D

Pas de stabilisation intégrée (selon les optiques)

Rafale à 10 i/s (mise au point sur la première image uniquement)

Pas de flash intégré (il est livré dans la boîte)

Compacité et bonne finition du boîtier

Ecran LCD difficile à lire en plein soleil et revêtement assez fragile (un système de protection est vendu en option)

Correction automatique des défauts optiques (distorsion, vignetage, aberrations)

Rendu des couleurs de l'écran peu fidèle

Capteur 16 Mpx qui permet une bonne latitude de recadrage

Pas de viseur électronique intégré et modèle optionnel onéreux (350 euros)

Mise au point manuelle avec loupe et détection de contours nets

Rafale avec autofocus à 3 i/s seulement

Autonomie à la hausse avec plus de 300 vues

Système antipoussière peu efficace

Possibilité de brancher un viseur électronique sur le griffe porte accessoires

Pas de mode HDTV 720p en vidéo, pas de photo pendant l'enregistrement

Divers filtres créatifs (certains disponibles en vidéo) comme noir & blanc, rétro ou miniature

Format Raw (ARW) propriétaire

Mode Dynamique Range Optimizer et HDR efficaces

Pas de prise micro pour vérifier le niveau sonore pendant l'enregistrement des vidéos

Plusieurs commandes configurables pour personnaliser le fonctionnement du boîtier

 

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation