Nous avons profité d'une soirée "américaine" au champs de courses d'Enghien-Soisy pour voir le potentiel de cette optique sur le terrain.

Tokina 11-16 mm f/2,8 exemple
La soirée américaine était symbolisée par la présence de quelques Harley.

Tokina 11-16 mm f/2,8 exemple
L'ouverture de f/2,8 permet de jouer avec la profondeur de champ, mais le très grand-angle et délicat : nous n'avons pas pu éviter l'ombre sur le bord gauche.
 
Tokina 11-16 mm f/2,8 exemple
Le Tokina 11-16mm f/2.8 est une optique compacte et agréable à manipuler.

Autofocus

L'optique n'étant pas motorisée, elle n'est pas compatible avec certains réflex « amateurs » de la gamme Nikon (D3100, D5100 par exemple). La vitesse de mise au point, tout juste moyenne, ne brille pas par sa vélocité et n'est pas particulièrement silencieuse. Sur ce point Tokina accuse un certain retard face à la concurrence et le système HSM de Sigma par exemple. Cependant nous n'avons pas noté de problème back ou de front focus.
 
Tokina 11-16 mm f/2,8 exempleSur un sujet en mouvement l'autofocus fait son travail correctement, mais n'est pas un foudre de guerre.

Tokina 11-16 mm f/2,8 exemple
 

Qualité d'images

Le rendu des couleurs est précis, le contraste saisissant et le piqué est excellent au centre dès la pleine ouverture. Classiquement sur ce genre de focale l'image se dégrade en allant sur les bords et le piqué baisse sensiblement dans les angles. Néanmoins dés f/5,6 l'image retrouve une homogénéité globale et à f/8 le piqué oscille entre excellent et très bon même au niveau des angles. Même topo à la focale intermédiaire de 14mm où le piqué est d'ailleurs à son maximum d'homogénéité entre f/5,6 et f/8. En bout de zoom à 16 mm, l'image est excellente sur l'ensemble du champ à f8. Au-delà la diffraction commence à dégrader l'image.

Tokina 11-16 mm f/2,8 exemple
La colorimétrie est juste et le piqué au centre excellent à f/4.5.

Aberrations chromatiques

Sur notre Nikon d300 de test, les JPEG ne présentent pas de défauts majeurs. Les aberrations chromatiques sont corrigées par le logiciel interne du boîtier et c'est seulement dans les angles à 11 mm que l'on notera des traces plus visibles. En zoomant, celles-ci s'estomperont pour être quasiment invisibles à 16mm.

Tokina 11-16 mm f/2,8 exemple
Bien que corrigées par notre Nikon d300 de test les aberrations chromatiques restent visibles à la focale extrême de 11mm dans les angles.

Vignettage et Distorsion

Le vignetage est très contenu pour une optique présentant un tel angle de champs avec cette ouverture. Mons d'un tiers d'Ev environ à f/2,8 celui-ci s'estompe rapidement dés que l'on ferme le diaphragme. En revanche la distorsion est un peu plus marquée sans être catastrophique. D'environ 1% à 11 mm, elle n'est plus que de 0,3% à 16mm. Dans tous les cas, elle se corrigera assez facilement avec les outils classiques de corrections optiques, car elle est assez régulière.

Tokina 11-16 mm f/2,8 exemple
À 11mm f/2,8, le vignetage reste imperceptible en reportage.

Tokina 11-16 mm f/2,8 exemple
La distorsion est un peu plus marquée à la focale la plus extrême, mais facilement corrigible.
 

Flou d'arrière plan

Grâce à son diaphragme à 9 lamelles le bokeh (flou d'arrière-plan) est onctueux tout en étant contrasté. La grande ouverture permet de jouer sur les effets de profondeur de champ même au grand angle sur notre « petit » capteur APS-C

Tokina 11-16 mm f/2,8 exemple
La combinaison d'une mise au point rapproché de 30cm, d'un diaphragme à 9 lamelles et de la grande ouverture donne un bokeh contrasté, mais crémeux.

Tokina 11-16 mm f/2,8 exemple
L'intérêt d'une telle focale est de pouvoir englober un grand nombre d'éléments dans le cadre.

Tokina 11-16 mm f/2,8 exemple
Pour faire face à l'ambiance sombre: nous sommes montés en sensibilité et avons ouvert le diaphragme au maximum.

Tokina 11-16 mm f/2,8 exemple
Là encore la grande ouverture et la montée en sensibilité permettent de récupérer de l'information.


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation