Avec un capteur CMOS BSI de 1/2,3 pouce, le Pentax Q dispose du plus petit capteur parmi tous les compacts à objectifs interchangeables. Vous pouvez retrouver ce capteur dans certains compacts comme le Nikon P300 ou le Sony WX5. Les ingénieurs de Pentax ont-ils réussi à tirer la quintessence de ce capteur rétroéclairé ?

Les JPeg

À 125 et 200 ISO, les images délivrées par le Q sont exempts de bruit électronique et même les aplats colorés et les fonds noirs montrent peu de moutonnement. Le traitement de l'image est un peu plat et notre scène manque toutefois d'un peu de contraste. La granulation fait son apparition à 400 ISO. Le grain n'est pas coloré, mais les aplats sont moins homogènes. À 800 ISO, la granulation est légèrement plus grossière, mais les images présentent peu ou prou le même niveau de détail. Vous noterez toutefois sur le texte blanc sur fond noir de nombreux pixels aberrants (coloration). Vous pourrez monter jusqu'à 1600 ISO sans trop de problèmes. Logiquement, le moutonnement devient de plus en plus présent et les détails sont un peu dilués. Le grain reste raisonnable et il sera possible d'imprimer de
Les deux sensibilités supérieures (3200 et 6400 ISO) sont plus problématiques avec un lissage beaucoup plus prononcé, une dynamique nettement réduite. Sans traitement, les images sont beaucoup plus difficiles à exploiter.

Pentax Q : Réduction du bruit standard 125-800 ISO
Pentax Q : Réduction du bruit standard 1600-6400 ISO


Face au P300 de Nikon, le Pentax Q est loin d'être ridicule puisque globalement, le petit compact à objectifs interchangeables fait mieux, notamment dans les hautes sensibilités. L'écart n'est pas très important, mais il existe. Au final, le petit capteur CMOS BSI de 1/2,3 pouce est vraiment poussé dans ses retranchements et livre ce qu'il sait faire de mieux avec le Pentax Q.

DNG à la moulinette

Le Q présente l'énorme avantage d'enregistrer ses fichiers bruts au format DNG. Les logiciels peuvent donc normalement les ouvrir sans avoir à attendre une éventuelle mise à jour.
Nous avons donc traité les DNG du Pentax Q avec la dernière version de Lightroom 3.5 qui supporte officiellement le Pentax Q. Par défaut, le lissage de Lightroom est très léger et la réduction du bruit de chrominance assez remarquable. Les images du Q sont donc très granuleuses, mais également très détaillées. Le cliché à 1600 ISO reprend du tonus et on pourra toujours jouer avec différents réglages (accentuation, contraste, lissage...) pour avoir le rendu souhaité.
Vous remarquerez que l'image est déformée. Pentax applique des corrections optiques aux images JPeg (distorsion, aberrations chromatiques...). Les pixels supplémentaires du capteur (c'est un CMOS de 12,3 Mpx effectifs qui délivre des images de 12 Mpx au final) servant probablement de marge pour opérer la correction des déformations géométriques.
Le potentiel des fichiers bruts est donc attrayant et il sera intéressant de voir les résultats des logiciels de développement avec les profils du Pentax Q et notamment DxO Optics Pro réputé pour son traitement du bruit électronique.

Pentax Pentax Q : Réduction du bruit standard 125-800 ISO
Pentax Pentax Q : Réduction du bruit standard 1600-6400 ISO




Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation