Nous évoquions il y a quelques semaines l’exposition du BAL, Une saison japonaise, en cours jusqu’ au 21 août. Partenaire du BAL, la galerie Polka dédie l’une de ses salles d’exposition au travail de Daido Moriyama. Un détour par la pétillante maison Polka s’impose donc pour compléter le puzzle de la photographie japonais contemporaine !

Marcher, toujours avancer. Et déclencher. Sans fin, sans cesse, revenir sur ses pas, revoir et photographier les mêmes lieux, plusieurs années après. Encore aujourd’hui, à presque 73 ans, Daido Moriyama poursuit ses errances visuelles en déroulant des kilomètres de pellicule noir et blanc.

Daido Moriyama, kanagawa (polka galerie)
Kanagawa, Japon, 1984 © Daido Moriyama. Courtesy Polka Galerie

Celui qui fut l’un des maîtres de Kitajima* et lui offrit les murs de la galerie Camp* pour le révéler, a connu le Japon au lendemain de la seconde guerre mondiale : défiguré, occupé, métamorphosé par la présence des GI américains. Ce chaos façonne l’œil de Moriyama, qui photographie la rue du matin au soir, loin, très loin du regard des humanistes européens et de « l’instant décisif » de Cartier-Bresson.

La photo est désacralisée, tant à la prise de vue qu’au moment du tirage. Le grain de la pellicule est éclaté, le flou du sujet comme du photographe est omniprésent, le noir et blanc, très contrasté. Moriyama consomme plus d’une trentaine de pellicules par jour, pour ensuite expérimenter grattage, solarisation et solutions d’acide sur ses films, véritable matière première entre ses mains.

Exposition Daido Mariyama à la galerie Polka. Crédit : Aurélie Coudière.
© Aurelie Coudière

Pour comprendre l’enjeu d’une telle prise de position esthétique, il faut replonger dans l’effervescence internationale des années 60.

En 68, à 30 ans, Moriyama a déjà fondé le mouvement d’avant-garde et la célèbre revue Provoke. L’Américain William Klein les découvre lors d’un voyage à Tokyo en 1961. Moriyama, lui, attendra 1967 et le catalogue de l’incontournable exposition du MOMA, The New Document, pour voir les œuvres de l’avant-garde occidentale. Dès lors, le lien entre le travail de Klein et de Moriyama devient évident.

La galerie Polka, toujours dans une démarche de mettre en regard la photo dans tous ses états, expose conjointement une rétrospective de Moriyama et un reportage récent de Klein. Un avant-goût de la grande exposition que la galerie Tate Modern consacrera en 2012 aux deux monuments de la photographie moderne.

Aurélie Coudière


Agrandir le plan

Infos pratiques :

Itinérances : Daido Moriyama, Massimo Siragusa, Prune Nourry, William Klein

Du 27 Mai au 30 Juillet 2011
Polka Galerie Cour de Venise - 12, rue Saint-Gilles  - 75003 Paris


PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation