canon AX10 test review avis poignée amovible XLR prise son
Prise en main

Elle est fort simple, puisque Canon a regroupé la plupart des fonctions essentielles sur le boîtier (allumage, zoom, infrarouge, autonomie de batterie, lecture) et les paramètres de configuration (qualité d'enregistrement, niveau micro) dans le menu. Ce dernier est accessible par l'écran tactile très confortable avec sa taille de 8,8 cm et sa résolution de 922 000 pixels. La réactivité est bonne, mais on reprochera l'étroitesse des rubriques entre elles ce qui provoque des erreurs de manipulation (la taille d'un doigt couvrant deux rubriques). Il y a donc un pli à prendre...

Poignée et adaptateur XLR

Le XA10 se présente en deux configurations distinctes : avec ou sans poignée XLR.

Sans la poignée, le XA10 se veut un caméscope "grand public" identique au Canon HF G10, mais avec le mode infrarouge en bonus. Cette configuration permet d'alléger le boîtier pour filmer plus discrètement et ne pas s'encombrer d'un accessoire inutile pour filmer uniquement des paysages. Vous pourrez de toute façon capter du son en ambiance comme en interview puisque le boîtier du XA10 intègre un micro stéréo avec deux capsules séparées à l'avant et une entrée micro mini-jack sans oublier la prise casque.

canon AX10 test review détail griffe porte accessoire canon AX10 test review détail commande zoom et enregistrement
La molette se visse sur la griffe. La commande de zoom et d'enregistrement sur la poignée.
canon AX10 test review détail prise XLR canon AX10 test review détail visse fixation poignée
Les 2 prises XLR. Les visses à l'arrière de la poignée.

Avec la poignée, le XA10 devient "pro" et peut recevoir n'importe quel micro à branchement XLR 3 fiches. Des boutons permettent de régler l'intensité des canaux (CH1, CH2) et de les activer simultanément ou pas. Une pince est également prévue pour recevoir un micro canon. L'installation de la poignée s'effectue à l'aide de deux visses qui se fixent à l'arrière et par une molette sur la griffe porte-accessoires du caméscope qui alimente en courant les branchements XLR. Le vissage est assez fastidieux, car il faut maintenir la poignée bien appuyée, et si elles sont mal positionnées, elles peuvent rayer la finition. Ce bloc offre aussi une poignée de transport bien pratique pour filmer en plongée et en contre-plongée.

La poignée comporte aussi un report des commandes de zoom, d'enregistrement (avec verrouillage), et une griffe pour remplacer celle utilisée par le bloc lui-même.

Le boîtier est en plastique, mais la finition est soignée et robuste, le tout restant léger. Le revêtement satiné et abrasif permet de tenir fermement l'ensemble.

La bague d'objectif

Il s'agit d'une bague non graduée qui tourne à l'infini. Selon la fonction que vous lui assignez, elle peut régler manuellement le focus (mise au point), le zoom ou l'iris. Le choix s'effectue via l'interrupteur situé à l'avant du caméscope et en activant le mode Manuel.

canon XA10 test review écran LCD canon XA10 test review bague objectif
L'écran de 8,8 cm à 922 000 pixels. La bague d'objectif assignable (zoom, iris, focus).

Le XA10 dispose aussi d'un viseur rétractable, mais pas orientable. De plus sa résolution est très faible (260 000 pixels) et son oeilleton très étroit. On s'en passera...

Le menu tactile

La plupart des caméscopes prosumer sont aujourd'hui munis d'un écran tactile avec un menu très complet. Le Canon XA10 suit la tendance avec un large écran de 8,8 cm à haute résolution de 921 000 pixels. Il faut néanmoins un peu de temps pour se repérer dans la jungle des réglages répartis en sous-rubriques pour trouver ce qu'on cherche comme le débit d'encodage par exemple. Tout est là, mais tout n'est pas visible au premier coup d'oeil. Nous conseillons donc de faire un repérage avant d'attendre le dernier moment du tournage pour activer le mode 25p ou le mode MXP 24 Mbits.

Cette vidéo du menu du XA10 capturée depuis la sortie A/V du caméscope permet de se faire une idée :

Autonomie

L'enregistrement s'effectue sur la mémoire interne de 64 Go permettant de stocker près de 6 heures en haute qualité (MXP 24 Mbps). Si ça ne suffit pas, il est possible d'ajouter 2 cartes SD/SDXC/SDHC dont la capacité varie jusqu'à 64 Go. Enfin, la batterie BP-808 fournie fonctionne environ 110 minutes.

Qualité d'image

Elle est très bonne. Nos tests en laboratoire sur mire révèlent un piqué d'image équivalent et même plus fin  que celui du Sony HXR-MC50. Seule chose : le XA10 accuse du moiré sur les lignes. Idem pour la colorimétrie qui est aussi fidèle sur les deux caméscopes (Canon et Sony). Les tons ne sont pas vifs, mais plutôt doux.

Concernant la sensibilité, le capteur CMOS du XA10 permet de filmer un sujet sans problème sous un éclairement minimal de 3 lux (lumière d'une bougie) ce qui est une performance. Le sujet est nettement plus visible qu'avec le Sony MC50, mais l'image est aussi beaucoup plus bruitée. Il faut donc choisir : une image sombre, mais propre (Sony) ou une image visible, mais bruitée.

canon XA10 test review mesure précision comparaison sony MC50
Canon XA10 : détails lisses, mais avec du moiré. Sony HXR-MC50.
canon XA10 test review colorimétrie canon XA10 test review filmage en basse sensibilté
Canon XA10 : de belles couleurs. Canon XA10 sous 3 lux en mode Auto.

Nous avons utilisé le Canon XA10 sur le salon du Bourget en juin dernier. Nous sommes agréablement surpris par la qualité des images, par leur précision et la qualité des couleurs. Les images sont aussi plus claires qu'avec le Sony MC50.

canon XA10 test review essai canon XA10 test review essai 2
Canon XA10 Canon XA10

Le mode infrarouge

C'est l'autre valeur ajoutée du XA10 face au HF G10 grand public. Le mode infrarouge (IR) est accessible directement sur le flanc du caméscope. Son activation allume une lampe infrarouge située à l'avant qui illumine l'image jusqu'à une portée d'environ 1 mètre moyennant une teinte monochrome (par défaut en noir et blanc).

Le mode IR est dédié aux prises de vues nocturnes ou en faible lumière. Des options d'enregistrement couleur en vert et en blanc sont disponibles pour répondre aux besoins de tous vos projets.

canon XA10 test review sans infrarouge canon XA10 test review avec infrarouge
Sans infrarouge (obscurité quasi totale) Avec lampe infrarouge

Cette fonction est déjà très ancienne sur les caméscopes. Sony a été le premier à l'initier en 1999 avec le fameux mode NightShot intégré sur le DCR-TRV9 et qui avait fait grand bruit à l'époque (on croyait qu'il déshabillait les gens dans le noir). Plus qu'un gadget, le mode infrarouge du XA10 est une fonction de secours qui peut s'avérer très utile dans des lieux totalement obscurs où le contenu prévaut sur l'esthétique.

Un excellent stabilisateur,

Mais le plus réjouissant est le stabilisateur d'image optique. Son mode "dynamique" agit sur tous les axes de mouvement (horizontaux et verticaux) et permet de filmer en marchant sans à-coup. Il est en outre renforcé par le bouton POWER IS situé sur le bord de l'écran LCD qui "fixe" totalement l'image notamment en zoom. Activé lors d'une interview, le POWER IS vous dispense complètement d'un trépied ou d'un monopode. Cet exploit résulte d'une technologie mixte utilisant les lamelles optiques du stabilisateur et un traitement numérique de la surface du capteur. Le POWER IS occasionne donc une légère perte de piqué, mais elle est imperceptible sur un téléviseur, surtout en extérieur.

Exemple en vidéo

Cette vidéo tournée lors du salon du Bourget en juin 2011 passe en revue les principales qualités du Canon XA10 : le zoom 10x, le stabilisateur d'image dynamique, le mode POWER IS, le grand-angle 30,4 mm et le mode infrarouge.


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation