Le Musée de la carte à jouer d'Issy-les-Moulineaux expose le célèbre photographe humaniste Édouard Boubat jusqu'au 24 juillet. Une occasion de revoir avec plaisir son travail et de le faire découvrir aux plus jeunes.

Exposition Edouard Boubat
L'arbre et la poule, France, 1950, Edouard Boubat © Edouard Boubat / Rapho / Gamma Rapho

En pénétrant dans la salle, on est immédiatement baigné par un sentiment de sérénité, le même qui habite les portraits et les paysages de Boubat. Bercé par sa voix, extraite d'un reportage réalisé dans sa dernière année de vie et diffusé* à l'entrée, on écoute les pensées du photographe sur son époque, son parcours, son métier. Loin de céder à la nostalgie, il continuait alors de goûter au plaisir de l'instant présent.

Les images présentées ici nous emmènent de Paris à New York, en passant par l'Inde, des années 50 aux années 90. Mais que ce soit au travers de son travail personnel sur sa ville natale ou bien lors de ses reportages pour la revue Réalités, on retrouve chez Boubat cette simplicité magique de la photo. Avec ses cadrages d'une évidence déconcertante, il utilise le noir et blanc pour mieux révéler la lumière qui fait la poésie de ses photos.
« La lumière je ne la prends pas : je la partage avec mes modèles. »

L'exposition d'Edouard Boubat à Issy Les Moulineaux
Le Musée de la carte à jouer, un lieu de sérénité agréable pour l'exposition Boubat. Crédit : Aurélie Coudière.

Le partage dont il nous parle est palpable. La lumière, voilà la force du regard de Boubat. Pour qui veut comprendre la photographie, tout est là. Lumière douce ou dure, enveloppante, rasante, étincelante, elle est toujours celle qui recrée la respiration du temps suspendu. Dans chacun de ses clichés, on image le photographe scrutant le ciel et observant son sujet pour saisir le souffle de vie, « l'instantané de bonheur ».

Boubat n'affectionnait guère la couleur, même s'il la pratiquait parfois pour ses travaux de commande. Il lui reprochait de ne pouvoir reproduire aussi fidèlement que le noir et blanc toutes les nuances de lumière qu'il percevait dans ses sujets. À l'heure du numérique et des nouvelles techniques que l'on commence à peine à maîtriser, cette exposition de Boubat nous offre une grande leçon de photographie.

* En souriant à l'invisible, d'Itaka Schlubac'h, 1998

Aurélie Coudière


Informations pratiques :
Édouard Boubat, photographies, Petits instants de bonheur
Exposition du mercredi 13 avril au dimanche 24 juillet 2011
Musée français de la Carte à Jouer et Galerie d'Histoire de la Ville
16, rue Auguste Gervais , 92130 Issy-les-Moulineaux

Mercredi, jeudi et vendredi : 11 h-17 h - Samedi et dimanche : 14 h - 18 h
Plein tarif : 4,20€, tarif réduit : 3,30 €, gratuit pour les moins de 26 ans.
Moyens d'accès : Métro : Mairie d'Issy (ligne 12) / Bus : 123, 126, 169, 189, 190, 289, 290, 323, Tuvim / RER, ligne C / Tram Val de Seine


Agrandir le plan

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation