En tant qu'acteur historique de la photographie et marque aujourd'hui incontournable, Canon dispose d'un catalogue d'optiques tout aussi impressionnant, mais moins complexe que ceux de certains de ses principaux concurrents. En effet, l'histoire des objectifs EF est relativement récente ; ils ont donc été conçus dès le départ en utilisant une technologie de pointe. Vous trouverez dans cet article toutes les informations nécessaires pour vous orienter parmi les abréviations et les sigles des optiques Canon.

Comprendre les abréviations et les sigles des optiques Canon

Un peu d'histoire

La genèse de la monture EF

Au cours de leur histoire, les deux constructeurs que sont Canon et Nikon ont choisi des stratégies de développement de leur parc optique radicalement différentes. Si Nikon a privilégié la continuité de la sacrosainte monture F, cela fut au prix d'importantes complications. En théorie, il est possible à tout nikoniste d'utiliser n'importe quelle optique Nikon postérieure à 1959... mais les tableaux de compatibilité sont parfois ardus, et des fonctions essentielles peuvent être perdues selon les couples optique/boîtier. Et ce, même avec des optiques relativement récentes, puisque des optiques AF des années 1990 peuvent perdre leur mise au point automatique sur certains boîtiers ultérieurs. La compatibilité entre différentes montures a donc un prix.

Chez Canon, le choix a été radicalement opposé, et les choses sont plus simples aujourd'hui, mais ce fut au prix d'un sacrifice énorme : la monture FD, alors en vigueur sur les argentiques de la marque, a été tout bonnement sacrifiée. Pari pour le moins audacieux... Imaginez-vous en Canoniste fidèle depuis des années, et disposant d'optiques onéreuses : pas certain que vous apprécieriez la plaisanterie.

Deux événements ont justifié cette révolution brutale : la sortie du Minolta 7000 (bientôt suivi du 9000) en février 1985. Ce boîtier avait une originalité : il était le premier SLR autofocus à vraiment bien fonctionner. Et son succès fut énorme ! En avril 1986, Nikon enfonce le clou avec le F-501 qui fut lui aussi un succès technique et commercial.

Canon avait pourtant bien anticipé les choses en lançant dès avril 1985 son T80 (le premier SLR autofocus Canon), mais son autofocus était, de l'aveu même de Canon, largué par celui des concurrents. Il connut un succès si mitigé qu'il fut arrêté très vite, en juin 1986. Il était urgent de réagir, et Canon se fixa alors un ultimatum serré : concevoir un système SLR autofocus au top niveau, et le commercialiser le 1er mars 1987, date du cinquantenaire de la marque. Pari tenu, et en moins de deux ans : le projet EOS (Electro-Optical System) devint une réalité.

Et comme prévu, en 1987 le constructeur change tout : le premier EOS (l'EOS 650, argentique) voit le jour, et avec lui la monture FD est abandonnée au profit de la toute nouvelle monture EF. Révolutionnaire pour l'époque, la nouvelle monture intègre le moteur électrique de mise au point dans l'objectif, et se contente de contacts électriques pour faire le lien entre l'objectif et la monture. Révolutionnaire, car à l'époque, la norme en matière d'autofocus était la bonne vieille vis hélicoïdale intégrée à l'optique, complétant un mécanisme approprié intégré à la monture.

L'un des avantages de la nouvelle monture EF était son grand diamètre intérieur de 54 mm, que Canon utilisa rapidement pour produire l'optique la plus lumineuse au monde de l'époque, le mythique EF 50 mm f/1,0L USM. Mis à la retraite en 2000, ce 50 mm horriblement cher l'est encore plus en seconde main aujourd'hui. Comptez entre 2 500 et 4 000 € tout de même !


Monture Canon EF
Schéma technique de la monture EF.

Les montures

La monture EF

Lorsque cette nouvelle monture est apparue, le 24x36 régnait en maître — tout d'abord en pellicule, avec l'EOS 650, et l'arrivée des premiers boîtiers numériques en 1995 ne changea pas la donne. Si le capteur Kodak 1,3 Mpx de l'EOS DCS 3 était un APS-C, il était monté dans un dos numérique fixé sous un boîtier EOS 1 modifié pour le numérique. Drôle d'allure, mais la concurrence n'était pas vraiment plus brillante et la monture EF était préservée. Dédiée aux capteurs 24x36, celle-ci dispose aujourd'hui d'une vaste gamme d'objectifs compatibles.

La monture EF-S

En 2003 avec l'EOS 300D (Kiss Digital), Canon introduit les optiques EF-S conçues spécialement pour les boîtiers reflex à capteur APS-C. Le premier objectif EF-S, développé spécialement pour l'EOS 300D, fut l'EF-S 18-55 mm f/3,5-5,6. Le S dans EF-S signifie "Short back focus", indiquant que l'arrière de l'optique est plus proche du capteur que les objectifs EF ne le sont des capteurs plein format.

Si l'EOS 300D fut le premier APS-C à utiliser les optiques EF-S, il est important de noter que l'EOS 10D, sorti quelques mois plus tôt, utilisait toujours exclusivement les optiques EF (tout comme les pionniers numériques de Canon, les EOS D30 et D60 sortis respectivement en 2000 et en 2002). Tous les boîtiers APS-C postérieurs à l'EOS 300D utilisent les optiques EF-S et restent compatibles avec les optiques EF, mais la réciproque n'est pas vraie. Ainsi, mécaniquement, il n'est pas possible de visser une optique EF-S sur un boîtier plein format.

ESO 300D
L'EOS 300D et l'objectif EF-S 18-55 mm f/3,5-5,6 USM : le premier couple boîtier APS-C et optique EF-S.

La monture EF-M

Lancée en 2012 alors que Sony, Panasonic, Olympus et Fujifilm s'étaient déjà partagé le marché des hybrides, la gamme d'appareils Canon EOS-M se dote d'une monture EF-M qui lui est propre. Ces appareils à capteur APS-C disposent ainsi d'optiques légères et compactes, mais dont le nombre reste aujourd'hui encore relativement réduit.

Les optiques spéciales

CN-E : Ces objectifs couvrant le format 24x36 et compatibles avec la monture EF ont été conçus spécialement pour la gamme d'appareils EOS C dédiée à une utilisation vidéo. Ils adoptent ainsi une conception robuste, tandis que certains d'entre eux sont équipés d'un zoom motorisé ou d'une bague de mise au point permettant l'utilisation d'un follow focus.

L : Aussi réputées qu'onéreuses, les optiques de la gamme L (Luxury) sont aisément identifiables au liseré rouge qui les parcoure. Destinées à une clientèle professionnelle, les optiques L sont uniquement proposées en monture EF.

Canon EF 85 mm f/1,2 L II USM
Canon EF 85 mm f/1,2 L II USM.

MP-E – Ce sigle désigne les optiques spécialement construites pour la macrophotographie (MP pour Macro Photo). Il n'y a actuellement qu'une seule optique MP-E : le MP-E 65 mm f/2,8 qui autorise un coefficient de grossissement de x1 à x5, ce qui le rend véritablement unique.

TS-E – Prisés par les professionnels pratiquant la photographie d'architecture, les optiques à bascule et décentrement TS-E (Tilt Shift) permettent un contrôle prononcé de la profondeur de champ et de la perspective.

Traitements optiques et dénominations

L'histoire des optiques EF étant relativement récente, Canon ne fait pas se superposer beaucoup d'évolutions techniques majeures au sein d'une même gamme. Ceci est renforcé par le fait que les optiques EF ont été conçues dès le départ en utilisant une technologie de pointe, contrairement à Nikon qui privilégiait la compatibilité. Les dénominations utilisées par Canon sont donc plus simples à saisir.

BR Optics – Cette récente technologie a été intégrée pour la première fois à l'objectif Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM commercialisé en 2015. BR Optics met en œuvre un matériau organique inséré entre une lentille concave et une lentille convexe et qui, grâce à sa capacité de réfraction de la lumière bleue, contribue à réduire de manière les aberrations chromatiques.

DO – Optique à  lentilles diffringentes (Diffractive Optic). À la fin des années 1990, les ingénieurs de chez Canon ont l'idée d'utiliser des optiques diffringentes pour corriger le phénomène d'aberrations chromatiques. Les lentilles diffringentes ont de très fines striures gravées sur leur surface afin de dévier la lumière. Pour un résultat optimal, les optiques DO utilisent plusieurs verres diffringents placés face à face  et associés à une lentille réfringente. 

En plus de restreindre les aberrations chromatiques, ces lentilles permettent des formules optiques bien plus compactes, et les optiques DO sont généralement plus courtes et plus légères que leurs homologues traditionnelles ; l'EF 400 mm f/4 DO IS USM  est ainsi 27 % plus petit et 31 % plus léger que l'EF 400 mm f/4 classique. Le liseré vert est significatif des optiques DO.
Canon EF 400 mm f/4 DO IS II USM
Canon EF 400 mm f/4 DO IS II USM.

IS – Stabilisateur optique (Image Stabilization). Les mouvements (tremblements, vibrations) sont compensés par la mobilité de certains éléments optiques gérés par une puce et des mécanismes de détection de mouvement. La première optique stabilisée fut le EF 75-300 mm f/4,5-5,6 IS USM commercialisé en 1995.

En 2009, Canon lança l'HIS (Hybride Image Stabilization) qui permet de compenser les mouvements sur 2 axes ; le mécanisme comprend un capteur de vélocité angulaire comme sur la première génération IS et lui ajoute un accéléromètre détectant des déplacements glissés et non plus seulement basculés. Le premier objectif à en bénéficier fut l'EF 100 mm f/2,8 L Macro IS USM. Si la génération de stabilisation est différente, le sigle apposé sur l'optique reste IS.
Canon EF 75-300 mm f/4,5-5,6 IS USM
Le Canon EF 75-300 mm f/4,5-5,6 IS USM, la première optique Canon EF stabilisée (commercialisée en 1995).

Super Spectra – Ce traitement appliqué par couches multiples permet de réduire les déperditions de lumière à l'intérieur de l'optique, celles-ci pouvant provoquer des images fantômes ou des reflets indésirables. Le traitement Super Spectra des optiques EF est conçu de manière à ce que 99,9 % de la lumière entrant dans l'optique atteigne le capteur.

UD – Pour lutter contre les aberrations chromatiques, Canon a réussi à créer des lentilles en fluorite dans les années 1960. Dans les années 70, la première lentille en verre UD (Ultra Low Dispersion) fut créée à partir de verre optique à faible dispersion. La technique fut améliorée dans les années 90 avec les verres super UD. Verres en fluorite, verres UD et verres super UD sont utilisés de concert dans la formule optique des super téléobjectifs de série L, des téléobjectifs et des grands-angles.

USM – Autofocus motorisé à oscillations ultrasoniques intégré à l'optique. Des vibrations créées par un élément piézoélectrique commandent le déclenchement du mécanisme de mise au point. Deux types de mécanismes USM (Ultrasonic Motor) coexistent : le moteur USM annulaire dans les objectifs à grande ouverture et dans les téléobjectifs, et le micro moteur USM utilisé pour les optiques plus compactes.

STM – Motorisation autofocus pas à pas (STepping Motor). Si les motorisations USM sont rapides pour la photo, elles sont trop "sèches" et brusques pour une utilisation en vidéo. Une réponse de Canon fut l'introduction de la motorisation STM en 2012. Cette motorisation pas à pas est plus souple, plus silencieuse et donc plus adaptée à la vidéo. Elle fonctionne avant tout avec les boîtiers équipés d'un système autofocus hybride (100D, 750D, 760D...) ou de type Dual Pixel AF (70D, 7D Mark II, 80D).

Nano USM – La technologie STM n'est qu'une technologie de transition (6 optiques en sont équipées à date). Au début de l'année 2016, avec la sortie du 80D et d'une nouvelle optique 18-135 mm, Canon introduit la technologie Nano USM qui permet une mise au point rapide, souple et très silencieuse à la fois en photo et en vidéo. Ce système utilise la technologie USM (donc les vibrations ultrasoniques) pour créer un mouvement linéaire et non pas circulaire, contrairement au système USM classique. Le Nano USM combine donc le meilleur des deux mondes : une mise au point très réactive en photo et souple en vidéo. Cette technologie plus efficace que la motorisation STM devrait se généraliser dans les prochaines années.

moteur Nano USM sur un doigt
Le moteur Nano USM.


Retrouvez toutes nos explications des abréviations et sigles optiques :
> Comprendre les abréviations et les sigles des optiques Micro 4/3
> Comprendre les abréviations et les sigles des optiques Sony
> Comprendre les abréviations et les sigles des optiques Nikon
> Comprendre les abréviations et les sigles des optiques Pentax
> Comprendre les abréviations et les sigles des optiques Fujifilm

Et aussi :
> Tous les objectifs testés
> Toute l'actualité (articles)
> Suivre l'actualité photo en direct sur la page Facebook de Focus Numérique

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation