Le Sony NEX-C3 est livré en kit soit avec le 18-55 mm f/3,5-5,6 OSS ou le 16 mm f/2,8. Nous avons reçu le NEX-C3 avec le 18-55 mm qui ne nous avait pas emballés outre mesure sur les deux précédents modèles. Malheureusement, avec un capteur encore plus précis, le zoom 3x n'est pas mieux loti avec le nouveau compact à objectifs interchangeables.

Résolution optique

Au grand-angle, le 18-55 mm f/3,5-5,6 NEX ne fait pas vraiment honneur au nouveau capteur 16,2 Mpx du NEX-C3. Si la précision est plutôt satisfaisante au centre (avec un apogée à f/5,6), la périphérie est clairement en retrait et il faut fermer à f/8 pour retrouver un semblant d'homogénéité. À partir de f/11, les performances globales diminuent sous l'effet de la diffraction.

Sony NEX-C3 résolution optique 18-55 mm à 18 mm

À 35 mm, l'optique gagne légèrement en performance, mais globalement, la périphérie des images manque encore en précision.

C3 résolution optique 18-55 mm à 35 mm

Au télé (55 mm), l'optique est nettement plus homogène, mais à f/5,6 les performances sont juste honnête. En fermant d'un cran, le centre devient légèrement plus précis, les bords restant au même niveau jusqu'à f/11.

Sony NEX-C3 résolution optique 18-55 mm à 55 mm

Distorsion

De manière assez étonnante, les déformations géométriques ne sont corrigées à la volée lors de l'enregistrement des images et manque de chance, le 18-55 mm se montre peu performant.
Au grand-angle la distorsion en barillet est franchement visible (-3,4%) et diminue vers 24 mm. Toutefois, une forte distorsion en coussinet vient déformer les images.

Sony NEX-C3 résolution distorsion à 18 mm
Sony NEX-C3 résolution distorsion à 35 mm
Sony NEX-C3 résolution distorsion à 55 mm

Vignetage

Le vignetage est plutôt bien contenu sur les images délivrées par le Sony NEX-C3. On note un léger obscurcissement au grand-angle, mais globalement ce défaut optique n'est pas un problème avec le 18-55 mm.

Sony NEX-C3 + 18-55 mm test review vignetage

Aberrations chromatiques

Les aberrations chromatiques sont assez visibles sur les clichés notamment à 35 mm où les franges colorées peuvent atteindre jusqu'à 6 pixels. À 18 mm, elles restent visibles avec une épaisseur d'environ 2 pixels à pleine ouverture et diminuent au télé avec un liseré d'à peine 1 pixels.

Balance des blancs automatique

En extérieur et sous un éclairage normalisé à 5400 K (notre studio de test), la balance des blancs automatique donne d'excellents résultats. Les mesures annoncent un Delta E moyen de 1,35 ce qui est très bon. Le rendu des couleurs est peu dense : les rouges et les bleus sont bien saturés. 

Sony NEX-C3 test review balance des blancs automatiques 5400 K
Balance des blancs automatique sous un éclairage 5400 K (lumière du jour).

Sous un éclairage tungstène (le plus courant en intérieur : ici, des lampes halogènes dont la température de couleur est d'environ 3000 K comme l'indique notre mesure ci-dessous), la balance des blancs automatique est un peu "chaude", mais permet de bien conserver les teintes orangées qui confèrent aux images une ambiance lumineuse agréable.
température de couleur lampe halogene salle photo



Balance des blancs automatique sous un éclairage 3000 K (halogène).

Un passage en mode balance des blancs préréglé tungstène n'arrange rien et les images prennent des teintes très froides. 


Balance des blancs tungstènes sous un éclairage 3000 K (halogène).

Au final, la balance des blancs automatiques donne les meilleurs résultats dans la plupart des situations. Pour les ambiances lumineuses les plus délicates, un doublon en Raw sera d'un meilleur secours.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation