Canon 600D test review recommandé

Le 600D n'est pas un boîtier reflex révolutionnaire, et c'est par petites touches que le reflex évolue par rapport à son ainé le 550D qu'il vient supplanter dans la gamme des reflex amateurs de la marque. Après le 7D, le 60D et le 550D, ce reflex est donc le 4e boîtier Canon à recevoir le duo capteur CMOS 18 Mpx et processeur de traitement des images DIGIC 4. La qualité des images n'est donc pas réellement une surprise et les 4 reflex délivrent des fichiers de qualités très proches. Les principales différences entre les modèles se situent au niveau de la fabrication du boitier et des fonctionnalités offertes.

Ainsi, le 600D dispose d'une prise en mains légèrement plus agréable (revêtement) et de quelques fonctionnalités innovantes pas rapport au 550D comme la gestion de flashes distants sans fil ou sans doute, plus important, un écran LCD monté sur rotule latérale (un procédé qui devrait logiquement se généraliser à l'ensemble des boîtiers et pourquoi pas dans la gamme pro). Le 600D propose également quelques évolutions au niveau de l'interface.

Au final, le 600D est un reflex bien équilibré avec, à la fois une bonne qualité d'image, une réactivité satisfaisante (mise sous tension, autofocus en visée optique...), une bonne prise en mains (écran monté sur rotule, revêtement) et une ergonomie étudiée pour ne pas perdre le débutant dans un dédale de fonctions incompréhensibles. L'autofocus par détection de contraste (visée directe sur écran) est toujours trop lente pour une utilisation sur des sujets en déplacement et l'appareil souffre de quelques imperfections (balance des blancs auto parfois capricieuse, mode rafale un peu lent, viseur un peu étroit), mais globalement, le 600D s'avère agréable à l'usage et reçoit un recommandé.

Points forts

Points faibles

Définition record pour un capteur APS-C (pour le moment)

Autofocus en visée directe et vidéo beaucoup trop lent. Pas d'autofocus continu

Qualité de la gestion du bruit électronique jusqu'à 3200 ISO

Pas de double molette pour le réglage en mode M (ou une roue codeuse)

Ecran LCD de qualité monté sur rotule latérale

Rafale en retrait par rapport à la concurrence

Bonne réactivité du couple autofocus / 18-55 mm

Balance de blancs automatique capricieuse sous un éclairage tungstène

Interface graphique simple et réussie. Possibilité de modifier les options directement sur l'écran : Q menu

Déclenchement bruyant

Facilité de prise en mains : réglages facilement accessibles

Pas de détecteur de présence pour éteindre l'écran LCD

Prise micro stéréo miniajck et possibilité de régler le niveau sonore

Mode vidéo accessibble via la molette de réglages (sens unique)

Zoom 18-55 mm f/3,5-5,6 IS II d'un bon rapport qualité / prix

Pas de lampe d'assistance pour l'autofocus (flash)

Excellente autonomie de la batterie

Pas de niveau électronique

Zoom numérique fluide pendant l'enregistrement vidéo HDTV 1080

Bracketing d'exposition limitée à 3 vues sur +/- 2 IL

Possibilité de piloter des flashes distants sans fil depuis le boîtier

Format Raw CR2 propriétaire

Suite de logiciels complète et livrée en standard

 

Face à la concurrence

Nikon D5100
Nikon D5100
. Le principal concurrent du 600D se trouve chez Nikon en la personne du D5100. Dôté d'un écran LCD sur rotule latérale, le reflex Nikon offre également un mode vidéo HDRV 1080 pratiquement identique à celui proposé par Canon. L'autofocus du D5100 est un peu plus rapide en visée directe (et vidéo) et le boîtier autorise des rafales à 4 i/s contre 3,7 i/s pour le 600D. Le système autofocus du D5100 est plus perfectionné (11 points et suivi 3D), mais la mise au point n'est guère plus rapide avec le 18-55 mm que le 600D. De son côté, le 600D propose quelques fonctionnalités qui peuvent intéresser certains photographes comme la possibilité de piloter des flashes distants sans fil, de filmer en HDTV 720p à 50 ou 60 i/s ou d'utiliser un zoom électronique souple pendant l'enregistrement vidéo 1080 . Le reflex Canon offre également un mode visée directe plus complet (histogramme d'exposition, simulation d'exposition..) et surtout une interface graphique plus limpide pour le débutant. Au niveau de la qualité des images, les deux boîtiers sont assez proches, mais le D5100 prend un léger avantage au niveau de la gestion du bruit électronique avec une gestion plus fine du grain à partir de 3200 ISO et une plage de sensibilité plus large. 

Sony Alpha 55
Sony Alpha 55. Le reflex Sony oppose au 600D une belle fiche technique avec notamment quelques fonctionnalités totalement inédites. Ainsi, grâce à l'intégration d'un miroir semi-transparent fixe, l'Alpha A55 s'assure un autofocus par corrélation de phase pendant la visée directe et l'enregistrement vidéo. Le reflex offre une excellente réactivité de la mise au point en photo et vidéo et devient donc un véritable caméscope grand public. Un véritable atout sur tous les modèles concurrents. En contrepartie, l'Alpha 55 n'intègre pas de viseur optique et il faudra se "contenter" d'une visée électronique soit dans le viseur, soit sur l'écran LCD monté sur rotule horizontale. Certains sont totalement allergiques, d'autres s'habituent facilement. Ce système permet également une rafale à 10 i/s largement supérieure à tous les autres concurrents. L'Alpha 55 intègre également un module GPS pour marquer directement les fichiers à l'enregistrement. Au niveau de la qualité des images, les deux boîtiers sont assez proches et, en ce qui concerne le traitement du bruit électronique, le 600D présente une définition légèrement supérieure (2 Mpx). Le reflex Canon 600D offre bien sûr un vrai viseur optique à la fois plus précis et plus fidèle dans la reproduction des tonalités. En mode vidéo, et malgré l'absence d'un autofocus permanent, le reflex propose plus de réglages et surtout une entrée micro stéréo.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation