Pièce maîtresse du compact expert d'Olympus, le zoom 4x (28-112 mm eq. 24x36) très lumineuse (f/1,8-2,5) est-elle réellement à la hauteur de nos espérances et mérite-t-elle la griffe Zuiko Digital qu'Olympus réserve habituellement à ses optiques pour reflex E-System et Micro 4/3 ?

Piqué

La première chose que nous regarderons est naturellement le rendu des détails et le piqué visuel des images. Nos mesures en studio sur mire sont unanimes : l'optique du XZ-1 est performante et offre un bon piqué en grand-angle dès f/1,8 ! Voilà donc une bonne nouvelle, on pourra, sans hésiter, utiliser la plus grande ouverture sans craindre de perte de netteté ce qui est plutôt rare, et donc appréciable, sur des optiques lumineuses. La périphérie de l'image est également de haute volée et l'optique, en grand-angle, atteint son apogée à f/4. Pas mal ! Par contre, la petite taille des photodiodes a une conséquence sur la suite de l'évolution. Dès f/5,6 la diffraction se fait sentir, ce que confirme le calcul avec une taille de photodiode de 2,1 µm.

Olympus XZ-1 test review piqué grand angle
En grand-angle, l'optique de l'Olympus XZ-1 est d'un très bon niveau jusqu'à f/5,6.

Même en poussant l'objectif au télé (112 mm eq. 24x36), l'optique reste performante, même si elle est un peu en retrait par rapport au grand-angle. A f/2,5 la périphérie est un peu molle et il faudra fermer à f/4 pour récupérer en homogénéité. C'est d'ailleurs à f/4 que l'optique offre le meilleur micro contraste. Ensuite, la diffraction fait son œuvre à partir de f/5,6. 

Olympus XZ-1 test review piqué télé
Même au télé, l'optique du XZ-1 reste intéressante. 

Les mesures sont effectuées sur les fichiers JPeg. Il est donc intéressant de voir également le traitement interne du compact. Pour cela, nous avons également effectué une mesure de MTF. Le graphique ci-dessous met en évidence une accentuation des fichiers (valeur de la courbe qui passe au-dessus de 100). Les fichiers JPeg sont donc directement utilisables, notamment pour un tirage papier, sans post-traitement important.

Olympus XZ-1 test review mesure MTF

Déformations géométriques

En grand-angle, nous avons noté une déformation en barillet d'environ -1,5%. Une distorsion visible pour un œil exercé, mais difficile à mettre en évidence sur des clichés de la vraie sans repères évidents. Il est toutefois étonnant que l'Olympus XZ-1 n'intègre pas une correction automatique pour les déformations géométriques.

Olympus XZ-1 test review distorsion grand-angle

Au télé, la déformation s'inverse (coussinet), mais devient presque imperceptible et donc pas gênante. 

Olympus XZ-1 test review distorsion télé

Vignetage

Avec des optiques lumineuses, le vignetage (assombrissement des angles) est parfois très visible. Sur l'Olympus XZ-1, le vignetage est à peine visible au grand-angle et à pleine ouverture (à peine 20% de perte de luminosité à la périphérie) et le disparait totalement à f/5,6.

Olympus XZ-1 test review vignetage 28 mm f/1,8Olympus XZ-1 test review vignetage 28 mm f/5,6

Mêmes remarques au télé : à f/2,5, la perte de luminosité est de l'ordre de 10% autant dire négligeable. 

Olympus XZ-1 test review vignetage 112 mm f/2,5

Flou arrière et profondeur de champ

La profondeur de champ est définie par trois variables : la focale, la distance de mise au point et l'ouverture. Avec une luminosité record pour un compact (équipé d'un petit capteur comparativement aux reflex), il était intéressant de voir si l'ouverture f/1,8 permettait d'obtenir de jolis flous et de réduire la profondeur de champ afin de pouvoir détacher un sujet d'un fond quelconque. Nous avons donc tenté de mettre en évidence des différences entre plusieurs boîtiers : Panasonic GF2 (grand capteur), Panasonic TZ7 (petit capteur) et Olympus XZ-1 (petit capteur).

Dans un premier temps, nous utilisons les deux compacts à petit capteur en grand-angle afin de bénéficier de la plus grande ouverture possible. Comme vous pouvez le constater ci-dessous, avec une focale plus importante (6 mm contre 4,1 mm) et une ouverture largement plus généreuse (f/1,8 contre f/3,3), l'Olympus XZ-1 offre un flou arrière plus intéressant, mais qui ne permet pas réellement de détacher un sujet en grand-angle. 
Marque : Panasonic
Modèle : DMC-TZ7
Vitesse : 10/300 s, ouverture : f/3.3
Sensibilité : 80 ISO
Focale : 4.1 mm, décalage expo : 0 IL
Marque : OLYMPUS IMAGING CORP.
Modèle : XZ-1
Vitesse : 1/100 s, ouverture : f/1.8
Sensibilité : 100 ISO
Focale : 6 mm, décalage expo : 0 IL

Nous avons également utilisé le récent Panasonic GF2 équipé du 14 mm f/2,5. La focale est donc plus longue, mais l'optique est moins lumineuse. Toutefois, il est intéressant de les comparer puisqu'à focale équivalente 24x36, les deux compacts font 28 mm. L'exemple ci-dessous montre clairement que la focale plus importante (14 mm contre 6 mm) permet une profondeur de champ plus réduite avec un flou arrière plus prononcé, malgré une luminosité moins importante. 
Marque : Panasonic
Modèle : DMC-GF2
Vitesse : 10/2000 s, ouverture : f/2.5
Sensibilité : 100 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL

Regardons maintenant les résultats en télé entre le TZ7 et l'XZ-1. Nous n'avons pas réussi à caler les appareils à la même focale équivalente (103 mm pour le TZ10 et 122 mm pour l'XZ-1), mais les résultats sont assez nets. L'Olympus XZ-1 avec une luminosité plus importante permet un flou arrière plus important et donc un rendu photographique plus intéressant.
Marque : OLYMPUS IMAGING CORP.
Modèle : XZ-1
Vitesse : 1/160 s, ouverture : f/2.5
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 24 mm, décalage expo : 0 IL
Marque : Panasonic
Modèle : DMC-TZ7
Vitesse : 10/500 s, ouverture : f/4.3
Sensibilité : 125 ISO
Focale : 17 mm, décalage expo : 0 IL

Balance des blancs

Le rendu colorimétrique est assez classique pour un compact : les couleurs sont bien saturées et donnent un aspect agréable aux images. 
La balance des blancs automatique peine, comme pratiquement tous les compacts et reflex, à neutraliser les dominantes jaunes d'un éclairage tungstène. Cela permet toutefois de garder une ambiance plus chaleureuse aux images. Pour plus de neutralité en intérieur avec un éclairage tungstène, il sera préférable de basculer en balance des blancs programmée. 

Olympus XZ-1 test review éclairage tungstene balance des blancs automatique Olympus XZ-1 test review éclairage tungstene balance des blancs automatique graphique
Olympus XZ-1 éclairage tungstène et balance des blancs automatique.
Olympus XZ-1 test review éclairage tungstene balance des blancs tungstene Olympus XZ-1 test review éclairage tungstene balance des blancs tungstene graphique
Olympus XZ-1 éclairage tungstène et balance des blancs tungstène.
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation