Olympus XZ-1 test review coté
Le XZ-1 est équipé d'une bague de réglage autour de l'optique.

Avec un compact expert, le photographe recherche indiscutablement une qualité d'image irréprochable, mais également une ergonomie aux petits oignons. Alors comment le XZ-1 se situe-t-il ?
D'un premier abord, l'interface se révèle intéressante avec 2 molettes de réglage. La première se situe autour de l'objectif et la seconde au dos de l'appareil sous la forme d'une roue codeuse. Nous pinaillerons sur la finition de la bague qui "sonne" un peu trop plastique et sur la taille de la roue codeuse trop petite pour être facilement manipulable. 
Olympus XZ-1 test review dosLe XZ-1 dispose d'une touche pour lancer rapidement l'enregistrement vidéo.

À l'arrière, vous noterez en plus de la roue codeuse deux un trèfle pour accéder rapidement à certaines fonctions (correcteur d'exposition, mode autofocus, flash, motorisation), une touche lecture, une touche menu, une touche info et une commande d'enregistrement pour les vidéos. En haut à gauche, vous trouverez le bouton pour éjecter le flash. Un capuchon recouvre le port de connexion sous la griffe flash. Cette connectique permet de relier différents accessoires comme l'excellent viseur électronique VF2, un micro stéréo ou des lampes pour réaliser des images macro.

Olympus XZ-1 dessus test review

Le dessus est assez classique avec une commande de zoom et un barillet de sélection des modes d'exposition (PSAM, C, auto, modes scène...) et le bouton de mise sous tension.
Olympus XZ-1 test review connexions
Deux connecteurs : prise USB (en haut) propriétaire  et sortie HDMI de type D peu répandue.

Olympus XZ-1 test review flash
L'Olympus XZ-1 dispose d'un flash escamotable bien pratique.

Alors qu'en est-il sur le terrain ? En fait, présenté comme un compact expert, le XZ-1 se présente plus comme un compact haut de gamme. En effet, les photographes avertis seront sans doute déçus de ne pouvoir contrôler complètement l'exposition de leurs images. Si existe bien un correcteur d'exposition (+/- 2IL seulement), le XZ-1 ne dispose pas de touche pour mémoriser l'exposition, privant ainsi l'utilisateur de la porte d'entrée de la créativité, à savoir l'exposition d'une image.

Le compact ne propose pas non plus de touche personnalisable pour configurer l'appareil comme bon lui semble et si la bague de réglage avant est associer à différentes possibilités (ouverture en mode A, vitesse en mode S, sensibilité en mode M...), vous n'avez pas le loisir d'attribuer une autre fonctionnalité à celle-ci. C'est d'autant plus dommage que le trèfle de sélection ne permet pas d'accéder à tous les réglages. Ainsi, changer une balance des blancs ou la sensibilité ISO en mode A nécessite impérativement un passage par les menus. 

Dans le  même ordre d'idée, le XZ-1 ne propose pas de correction d'expo pour le flash. Olympus se rattrape toutefois en donnant la possibilité au compact de piloter des flashes distants sans fil.

Écran

L'écran du XZ-1 est l'une des pièces intéressantes du compact. Il s'agit du premier Oled de la marque, capable d'afficher 610 000 points. Les angles de vision sont larges, le contraste important et la fluidité au rendez-vous. Même en basse lumière, l'affichage ne saccade pas et il est possible de suivre facilement un sujet en mouvement. Un petit tour sous une sonde donne les résultats suivants :

Olympus XZ-1 test de l'écran
Au gauche la température de couleur en fonction de la luminosité (0 noir, 100 blanc). À droite, la courbe de gamme toujours en fonction de la fonctionnalité.

Les graphiques indiquent donc que la température des couleurs est stable et bien fixer à 6500 K pour un rendu correct. La courbe gamme est un peu moins convaincante avec un des Noirs un peu délavés et des blancs peu détaillés. La technologie Oled permet d'obtenir un taux de contraste très important de 7800:1 (les meilleurs LCD offrent un contraste de 800:1).
Au niveau des rendus des couleurs, le DeltaE 94 est de 6,5. La fidélité des couleurs n'est pas vraiment au rendez-vous (il faudrait un DeltaE 94 en dessous de 3).

Olympus XZ-1 test review
Graphique des résultats DeltaE 94
 
Du fait de l'intégration d'un capteur CCD, le XZ-1 se trouve confronté à un problème de smear (éblouissement du capteur). Celui-ci est visible lors qu'une source lumineuse puissante se trouve dans le champ. De nuit, le phénomène est particulièrement visible (bande verticale lumineuse). Attention, ce défaut n'est pas visible sur les clichés (le capteur est initialisé au moment de l'obturation), mais il sera toutefois visible sur les vidéos.

Olympus XZ-1 test review smear écran
Phénomène de smear sur l'écran du XZ-1.

Autonomie

Nous n'avons pas eu le temps de réaliser des tests précis pour l'autonomie de la batterie, mais nos différents tests sur le terrain ont malheureusement confirmé qu'il est difficile de dépasser 150 photos (raw + JPeg) avec environ 10 minutes de vidéo avec une batterie pleine. Une autonomie un peu juste donc, surtout que le chargeur USB monopolise l'appareil pendant la charge. Ceux qui souhaitent partir en voyage devront donc investir dans une batterie et un chargeur supplémentaire.
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation