Sigma EF 610 DG Super test review avis
Sigma dispose d'une gamme de 3 flashes.

La gamme se compose de  2 flashes cobra et d'un flash macro :

- EF-610 DG ST
- EF-610 DG Super
- EM-140 DG Macro

Comme pour les objectifs il faut acheter un flash avec la bonne monture : Sigma, Sony, Nikon, Pentax ou Canon.

Il semblerait que Sigma mette de côté un certain nombre de constructeurs. Les Olympistes, les Lumixistes, les Samsungistes, les Richoistes et les Leicaistes devront passer leur chemin ou envisager une utilisation totalement manuelle de leur flash.

Le Sigma EF-610 DG Super est le modèle le plus performant de la gamme et ses caractéristiques sont n'ont pas grand-chose à envier aux modèles "constructeurs".


EF-610 DG Super
Nombre Guide
61
Orientation tête 3D horizontale
Temps de recyclage (pleine puissance) 7 secondes
Fréquence NC
Fonction sans fil  oui
Couverture Auto (17 mm - 105 mm)
Montée en puissance  1 : 1/64
Mode stroboscopique oui
Réflecteur
oui
Diffuseur grand-angle oui
Mode haute vitesse oui
Assistant AF NC
Alimentation A X AA LR6
Accessoires fournis housse de protection / support de table et trépied
Autres ...
 

Présentation

Dans la boîte

Le flash est livré avec une avec une housse de protection en tissu un peu légère qui se ferme à l'aide de bandes auto-agrippantes. Chose très étrange le support de table est de couleur bordeaux ? La housse ne dispose pas d'une accroche ceinture.

Sigma EF 610 DG Super test review housse
Sigma EF-610 DG Super : dans la boîte.

Le support de table dispose d'une petite poche dans la housse du flash. En dessous on retrouve un pas de vis classique pour pouvoir le fixer sur un pied. Cet accessoire n'est pas indispensable, mais peut s'avérer très utile pour une utilisation déportée du flash. Nous ne pouvons expliquer le choix de la couleur de ce support qui n'a absolument aucun sens !

Sigma EF 610 DG Super test review les accessoires
Sigma EF-610 DG Super : focus sur les accessoires.

Ergonomie

Le flash est assez discret. On retrouve le logo Sigma sur la face. Nu il pèse 330 g ce qui reste très raisonnable.
 

Sigma EF 610 DG Super test review en action
Sigma EF-610 DG Super : en configuration avec un Nikon D200 et un 17-55 mm f/2,8.
 
Les matériaux utilisés sont élégants à voir et à toucher. Cependant la construction semble légèrement aléatoire, mais néanmoins robuste.
 
Sigma EF 610 DG Super test review faceSigma EF 610 DG Super test review dos  
Sigma EF 610 DG Super test review cotéSigma EF 610 DG Super test review orientable  
Sigma EF-610 DG Super : focus sur les détails.
 

Griffe de fixation

Nous avons testé un modèle compatible Nikon. Le système de fixation se fait à partir d'une griffe porte accessoire classique et d'un système de serrage à vis.100 % plastique, cette griffe n'inspire pas la confiance sur sa solidité sur du long terme.

 
Sigma EF 610 DG Super test review griffe
Sigma EF-610 DG Super : la griffe de fixation.

Alimentation

Le flash fonctionne avec un jeu de 4 piles AA ou LR6. La trappe d'accès à la chambre batterie se trouve sur le côté du flash et s'ouvre avec un système à clapet. La trappe est très fragile et nécessite d'être utilisée avec précaution. Les indications pour l'orientation des batteries sont difficiles à lire. Autant vous dire qu'il faudra vous munir d'une lape torche pour effectuer cette opération dans de faibles conditions lumineuses.

 
Sigma EF 610 DG Super test review alimentation
 Sigma EF-610 DG Super : la trappe d'accès à la chambre des batteries.

Attention la qualité des batteries utilisées dans un flash cobra influe énormément sur l'autonomie (nombre d'éclairs). Une bonne option consiste à se munir d'un jeu de batteries rechargeables.

Tête orientable

La tête 3D du flash est classique, mais reste très modulaire. La tête pivote verticalement sur 90° avec des paliers à 60°et 75°. Les paliers sont assez précis pour éviter une mauvaise manipulation intempestive. Horizontalement, la tête pivote à gauche sur 90° avec des paliers à 75° et 90°. Vers la droite elle peut pivoter jusqu'à 180° avec des paliers à 60°, 75°, 90°, 12° et 150°.

Le souci vient du fait que les deux rotations s'activent avec deux boutons pressoirs différents ce qui rend la manipulation plus longue. C'est un détail qui semble anecdotique, mais qui prend tout son sens en reportage, en mariage par exemple pour une utilisation du flash en indirect.
 
  Sigma EF-610 DG Super : la tête orientable.

Diffuseurs réflecteur

Bonne chose : le flash dispose d'un diffuseur à clapet pour élargir le champ de couverture du flash en grand-angle et d'un réflecteur blanc.
 
Sigma EF 610 DG Super test review reflecteurSigma EF 610 DG Super test review diffuseur
Sigma EF-610 DG Super : réflecteur et diffuseur.

Interface

Le flash dispose d'un grand écran de contrôle monochrome qui peut être rétro éclairé. Il est relativement simple à comprendre et à utiliser. Cependant il serait grand temps de voir venir un petit coup de jeune sur ces écrans pour les rendre beaucoup plus intuitifs et agréables à utiliser : écran couleur, interface moderne ...
 

Sigma EF 610 DG Super test review interface
Sigma EF-610 DG Super : écran de contrôle.

Le flash dispose de 7 boutons. Les boutons ne sont absolument pas précis et ont tendance à se bloquer (il sont réalisés en plastique mou).

Malheureusement l'interface est en anglais et il sera nécessaire de se plonger dans le manuel pour comprendre toutes les fonctions du flash et savoir les activer ou les désactiver.

Au passage il serait intéressant que Sigma mette à jour ses notices puisque sur le mode d'emploi papier du flash on peut trouver des références de reflex numériques Nikon comme le F4 ou le F6 et un réglage de la sensibilité ISO du film !!!!!!!! :)
 
Sigma EF 610 DG Super test review manuel

 
Sigma EF 610 DG Super test review détail interface
Sigma EF-610 DG Super : interface de contrôle.

Flash déporté

L'utilisation du flash Sigma sans fil est possible avec les boîtiers Nikon équipés de la fonction CLS. Même si la fonction est relativement laborieuse à activer, elle fonctionne très bien.
De plus il est possible d'utiliser le flash Sigma en mode esclave et de le synchroniser avec n'importe quel type de flash : un plus pour compléter un petit kit de studio par exemple.

Attention c'est bien le modèle Super qui permet cette fonction. Le modèle ST ne gère pas la synchronisation sans fil.

Question tarif

Un point très positif de ce flash est son tarif. Il faut compter environ 300 euros pour la version Super (synchronisation sans fil). Même approche qu'avec les objectifs, Sigma pratique une stratégie tarifaire agressive et donc une réelle alternative aux modèles de flashs constructeurs souvent beaucoup plus cher pour la même puissance.

À ce prix, il devient possible de se constituer un petit kit de deux ou trois flashes transportables, puissants et autonomes.

Sigma EF 610 DG Super test review
Sigma EF 610 DG Super
Sony HVL F58AM test review flash
Sony HVL58AM
Metz 58 AF-2 test review
Metz 58 AF-2
Pentax AF 540 FGZ test review
Pentax AF-540 FGZ
Canon Speedlite 580EX II test review
Canon 580 EX II
Nikon SB700 test review flash
Nikon SB 700
 

Au laboratoire

Gradation et nombre guide

Sigma EF 610 DG Super test review vérification nombre guide
Sigma EF 610 DG Super test review mesure nombre guide
Sigma EF 610 DG Super test review gradation de la puissance

Le nombre guide communiqué par Sigma pour ce flash est de 61. Il est donc sensé être le flash cobra le plus puissant du marché. En réalité, c'est surtout le plus prétentieux.
Dans la pratique, manque pratiquement 2 IL. Il est presque moins puissant que ses concurrents, qui pourtant affichent des nombres guide officiels plus bas.
Le diffuseur, qui permet au flash d'atteindre la focale de 17 mm, fait perdre un diaphragme. Rien d'anormal ici.
Par contre, le rapport gradation/luminosité n'est pas satisfaisant. En divisant la puissance du flash de moitié, nous perdons pratiquement un diaphragme et demi d'exposition. Il faudra donc bien vérifier vos images si vous modifiez les réglages du flash.

Gradation et température de couleur

Sigma EF 610 DG Super test review température des couleurs

On attend généralement d'un flash une température de couleur comprise entre 5000 et 6000 K. Le Sigma 610DG Super possède donc une température de couleur un peu froide. En abaissant la gradation du flash, on atteint même les 7200 K. C'est beaucoup.
La balance des blancs manuelle est donc à privilégier. Si on travaille avec plusieurs flashes Sigma, il faudra également penser à rééquilibrer le flash avec des gélatines colorées.

L'indice de rendu des couleurs

L'indice de rendu des couleurs, ou IRC, est un chiffre normalisé, compris entre 1 et 100, indiquant la fidélité des couleurs restituées par une source de lumière. Plus l'IRC est élevé, plus la source de lumière est susceptible de restituer des couleurs aux teintes fidèles.
Par exemple, une ampoule à incandescence (ampoule standard) aura un IRC proche de 100. Une lampe au sodium basse pression, comme celle utilisée pour l'éclairage urbain de nuit, aura un IRC très faible (20-25).

Pour calculer l'IRC, on se base sur certaines références:
- 8 couleurs précises (les TCS01 à 08). Plus tard, la CIE (instance de normalisation) préconisa l'addition de 7 autres couleurs (les TCS09 à 15), plus saturées.
- des illuminants références supposés parfaits, à savoir la lumière du jour (pour les températures de couleurs élevées) ou le corps noir en chauffe (pour les températures de couleurs basses).

Pour plus d'information sur l'IRC, nous vous recommandons les pages Wikipedia, en particulier celle en anglais, bien plus complète sur le sujet:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_rendu_de_couleur
http://en.wikipedia.org/wiki/Color_rendering_index

Dans le premier graphique, nous détaillons l'IRC, couleur par couleur.
Sur la première ligne est représentée la couleur telle qu'elle devrait être restitué par un illuminant parfait de même température de couleur que la source de lumière testée.
Sur la seconde ligne, ces mêmes couleurs restituées par la source de lumière.
Ces deux lignes de couleurs sont purement indicatives puisque la différence perçue entre les deux dépend également du réglage couleur de votre écran. Nous les avons représentés selon l'espace sRGB.
La dernière ligne indique le Ra (IRC) couleur par couleur. L'IRC final est une moyenne de tous les Ra.

Voici les résultats de nos mesures. Le flash est réglé à 50 mm et à pleine puissance.
 
Sigma EF 610 DG Super test review rendu des couleurs
Sigma EF 610 DG Super test review gradation et rendu des couleurs

La conclusion est la même pour tous les flashes cobra que nous avons testé. Les IRC mesurés serviront surtout à être comparé à d'autre type d'éclairage, comme les ampoules à basse consommation d'énergie et les LED.
Sans surprise, les ampoules au xénon délivrent une lumière très proche de la lumière du jour. Elles ont un excellent IRC.
En réduisant la puissance du flash, l'IRC reste quasi-constante. Un bon point.

Temps de recyclage

Le temps de recyclage est paramètre très important dans le choix d'un flash. Dans certaines situations, il sera nécessaire de pouvoir réaliser une série rapide de photo tout en conservant l'usage du flash. Les personnes qui se sont essayées à la photo de mariage sont bien conscientes de ce problème. Plusieurs paramètres entrent en compte : qualité des composants (par exemple les condensateurs), la qualité des piles ou batteries utilisées, l'usure des piles, la température.

La majorité des flashes fonctionnent avec 4 piles ou batteries au format AA autrement nommé LR6 de 1,5 V pour un total de 6 V nécessaires pour faire fonctionner le flash.

Il existe différents types de piles ou batteries rechargeables au format LR6 AA. Un flash est un élément qui nécessite des piles de grande qualité. D'une manière générale il est préférable d'opter pour des piles Lithium ou Alkaline haut de gamme.

L'avantage des piles Lithium est bien entendu leur performance, leur poids (plus léger que les Alkalines).

Le temps de recyclage d'un flash n'est pas constant selon la manière dont il est utilisé. Plus la puissance est faible, plus le temps de recyclage est court. Pour nos tests, nous avons mesuré le temps de recyclage du flash à la puissance maximale 1/1 avec les piles Liuthium Energizer neuves.

Sigma EF 610 DG Super : environ 7,6 secondes

Le temps de recyclage est horriblement long, un des plus longs que nous ayons testés jusqu'à présent. Il empêche clairement le flash d'être utilisé dans une configuration reportage à pleine puissance. Dès le passage au 1/4 ou au 1/8 de puissance, le temps de recyclage est beaucoup plus court avec moins d'une seconde.

Couverture

Le zoom du flash est gradué de 24 mm au 105 mm avec la possibilité d'utiliser un diffuseur. Ces options permettent d'adapter le faisceau en fonction de la focale de l'objectif utilisé.
Les visuels suivants ont tous été réalisés dans les mêmes conditions pour une comparaison la plus objective possible.

Faisceau au 24 mm

Faisceau au 105 mm
 
Faisceau avec le diffuseur

Le zoom du flash Sigma permet de contrôler la focalisation de la lumière. Les dégradés sont parfaitement restitués.

Verdict

Sigma EF 610 DG Super test review avis
Le choix d'un flash est assez délicat. En effet, on est déjà souvent bridé par le modèle d'APN compatible et dans certains cas la griffe porte accessoire. Différentes questions sont à se poser :

- Quelle Puissance de flash ?
- Fonctionnement manuel ou TTL ?
- Utilisation déportée avec ou sans fil ?
- Multiflash ?
- Modes spécifiques : synchro haute vitesse - mode stroboscopique

Les flashes Sigma sont une alternative intéressante aux modèles constructeurs, on trouve des modèles compatibles avec la majorité des appareils.

Lors de notre série de tests de flashes cobra, nous nous sommes aperçus que tous les constructeurs trichent sur le nombre guide annoncé officiellement. Mais Sigma obtient la palme des plus optimistes.
En arborant fièrement son nombre guide maximum de 61, le Sigma EF 610 DG Super se positionnait comme le champion de flash cobras en terme de luminosité. En réalité, il est beaucoup moins puissant: presque 2 diaphragmes moins lumineux. Nous l'avons même trouvé très légèrement moins puissant que le Pentax AF-540 et son nombre guide officiel de 54.

La gradation est également peu fiable. Il faudra bien faire attention à son exposition si l'on change le réglage du flash et le diaphragme de son appareil à la volée. La température de couleur est trop froide et monte rapidement à 7000 K. L'indice de rendu des couleurs est lui, par contre, excellent. Mais c'est aussi le cas des autres flashs, également pourvus d'une ampoule à décharge xénon.

Points forts

Points faibles

Prix imbattable

Tête 3D avec deux boutons de contrôle

Qualité des matériaux

Qualité de construction : boîtier, trappe, griffe

Bon indice de rendu des couleurs (IRC)

Système de verrouillage de la griffe

Un modèle sans la synchronisation sans fil moins cher

Température de couleur beaucoup trop froide et fluctuante avec la gradation de puissance

Qualité des dégradés

Nombre guide officiel le plus fantaisiste parmi les flashes testés

 

Gradation de puissance peu fiable

 

Temps de recyclage un peu long

 

Touches trop molles




PARTAGER
NOS FORMATIONS

FOCUS NUMERIQUE & RDV Photo vous proposent toute l'année des formations photos.

Contact LES RDV PHOTOS