Epson 4900 test review avis recommandé
La mise sur le marché de l'Epson Stylus Pro 4900 n'est pas une surprise et cette évolution de l'imprimante A2+ suit la logique déjà en place avec les 9900 (B0), 7900 (A1).

Le passage de la série des 880 (4880, 7880, 9880) aux 900 n'a rien d'anodin et pour la 4900, les changements sont nombreux et intéressants:  nouvelle interface, nouvelles encres, nouveaux algorithmes, nouveau design, système de profilage en option.

Il faut dire qu'avec des concurrents comme HP ou OCE (Canon), certes moins présents et visibles, mais tout aussi performants (notamment l'excellente HP Z3200 SP), Epson avait du souci à se faire sur le segment des impressions grands formats.

Comme la 4880, la 4900 est orientée vers la production et découragera assez rapidement un photographe amateur ou passionné qui n'a pas de problématique de rentabilité. Il se tournera alors plus facilement vers des modèles plus simples : R3000 et 2880 pour le A3 et 3880 pour le A2.

La nouvelle interface apporte un réel plus par rapport à la 48800 : panneau de contrôle avec écran couleur, simple et ludique. Le design va lui dans le sens des dernières Epson : on aime ou on n'aime pas ... Nous on préfère le style de la 4880 !

Les nouvelles encres HDR viennent efficacement combler les lacunes des précédents K3 Vivid Magenta. En ajoutant le vert et l'orange, l'espace des couleurs reproductibles s'approche des espaces colorimétriques RVB (sRGB et AdobeRGB). La 4900 s'oriente ainsi vers les photographes qui convertissent rarement leurs fichiers Photo en CMJN avant d'imprimer. Cependant, la série 4000 est souvent utilisée pour de l'épreuvage pré-presse. Nous ne testons pas les imprimantes dans cette logique d'utilisation et nous ne pouvons donc pas porter un jugement objectif à ce sujet. Epson annonce une couverture de 98% Pantone.
Aucune amélioration de la DMax n'est visible, contrairement aux annonces d'Epson dans les brochures publicitaires.

Revers de la médaille, le passage en HDR augmente sérieusement la facture des consommables : plus de 1000 euros pour 11 cartouches de 220 ml. Comme sur les modèles inférieurs, l'Epson Stylus Pro 4900 ne dispose que de 10 têtes d'impression pour 11 cartouches. Le changement d'encre (noir mat, noir photo) nécessite une purge du système d'alimentation de la tête dédiée au noir : la 4900 est au format A2 avec des emplacements cartouches fixes (non solidaires des têtes d'impression) et donc des tuyaux de raccord très longs !! On vous laisse imaginer les euros d'encre qui s'envolent en cas de purge !

L'option Spectroproofer est intéressante...pour l'épreuvage. Le photographe sera sans doute moins séduit par cet attirail supplémentaire. Vous devrez investir dans Profil Maker 5 et/ou un RIP selon le type d'utilisation (RVB ou CMJN pour de l'épreuvage) que vous en faites. Le système est très automatisé, mais assez lent. Cette solution est plus conçue pour nos confrères du pré-presse que pour un photographe indépendant qui souhaite profiler ses papiers et qui dispose déjà d'un logiciel de création de profil colorimétrique. Dans le cas contraire, l'addition est plus salée. 

Si vous choisissez d'opter pour une imprimante et un système de mesure séparée, vous devrez générer votre profil vous-même (quelques minutes de perdues et un peu d'huile de coude), mais vous pourrez également calibrer vos écrans, votre projecteur numérique, vos sources de lumière et aussi bénéficier des avantages des programmes tiers comme Argyll CMS ou Profil Maker.

Le positionnement de la 4900 est ambigu. L'amateur éclairé ou l'indépendant (graphistes, photographe) risque de la trouver trop chère, et trop imposante d'autant plus avec un système de gestion des couleurs embarqué. Les PME (photograveurs, photographes de quartier, labo indépendant) se sentiront eux limités par la taille des impressions et le fait que l'imprimante n'est pas (pour le moment) agréée Digigraphie.

Malgré ces défauts, la 4900 mérite son statut Recommandé, car l'imprimante apporte son lot d'améliorations intéressantes : vitesse d'impression accrue, gamut largement étendu, interface revue et corrigée.

Points forts

Points faibles

Le gamut des nouvelles encres HDR

Le contraste du mode noir et blanc un peu fort

Superbe neutralité de la gamme de gris en couleur et en noir et blanc

La reproduction des détails n'égale pas celle de l'Epson R3000

Les réglages couleur Epson trés fidèles

Le prix de l'option spectrophotomètre et absence de logiciel de profilage

Interface claire et efficace

Pas d'augmentation de la Dmax

Deux systèmes de chargement papier épais

Pas (encore) de label Digigraphie

Rapidité améliorée par rapport à la 4880

1 tête d'impression pour noir mat et noir brillant avec purge des encres

Spectrocolorimètre en option

 



Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation