Pour les essais en studio, nous avons utilisé le savoir-faire de DxOLabs et nous interprétons les résultats publiés sur DxOMark. Nous nous focaliserons sur les résultats du 70-300 mm f/4-5,6 Di VC USD vissé sur un Nikon D3x.

Centre 1/3 du champ 2/3 du champ bords

Tamron 70-300 mm f/4-5,6 VC USD piqué au centre

Ce 70-300 m manque clairement d'homogénéité sur toute la plage focale, mais c'est souvent le lot des télézooms grand public. Le centre est bon à 70 mm jusqu'à f/11 (la diffraction amoindrit les résultats au-delà). À pleine ouverture (de f/4 à f/5,6), les images perdent en piqué de manière sensible à partir de 135 mm et régulièrement jusqu'à 300 mm. 
Si le centre de l'optique est assez bon de 70 à 135 mm, le piqué diminue également lorsque l'on s'éloigne de celui-ci. Dès le premier tiers de l'image (en partant du centre), le piqué diminue globalement pour toutes les focales. Le phénomène s'accentue en s'éloignant du centre, le bord des images étant un peu décevant. 

Bien sûr, il est intéressant de comparer le Tamron au modèle Nikon actuel, le 70-300 mm f/4,5-5,6G VR.

Centre 1/3 du champ 2/3 du champ bords

Nikkor 70-300 mm f/4,5-5,6 G VR

Au centre de l'image, le modèle Nikon s'avère de meilleure qualité sur pratiquement toute la plage focale (de 70 à 300 mm). Certes le Nikkor est légèrement moins lumineux (f/4,5 contre f/4), mais la différence est pour le moins marginale. De 100 à 300 mm, les deux optiques sont assez proches, le Nikon gardant une légère avance au centre de l'image. À 300 mm, le modèle Nikkor s'avère globalement plus performant, notamment à f/5,6.

Sur Nikon D3x (24 Mpx), le Tamron offre une prestation honnête, mais en léger retrait par rapport au modèle équivalent Nikkor.

Avec un capteur APS-C

Avec le capteur APS-C 12 Mpx du D300s, pratiquement aussi exigeants que le plein format du D3x (la taille des photodiodes est d'environ 5,42 µm), les résultats sont pratiquement similaires avec globalement les mêmes défauts. Il sera vraiment intéressant de vérifier les résultats du 70-300 mm avec le nouveau capteur 16 Mpx du Nikon D7000. Une affaire à suivre donc.

Petite comparaison entre amis...

Difficile de comparer réellement le Tamron 70-300 mm testé sur un Nikon D3x (le modèle sera aussi disponible en monture Canon et Sony) avec les principaux concurrents des marques que sont le Canon EF 70-300 mm IS USM et le Sony 70-300 mm SSM. 

70 mm 100 mm 200 mm 300 mm

Tamron 70-300 mm f/4-5,6 VC USD piqué au centre

Mais les mesures réalisées par DxO permettent néanmoins d'avoir une bonne idée des performances du Tamron par rapport aux autres modèles. Nous avons choisi de comparer les résultats pour une ouverture constante à f/5,6. À 70 mm, le piqué au centre est globalement identique, mais le Sony se démarque avec une meilleure homogénéité. À 100 mm, les optiques sont assez proches et à 200 mm, c'est le Canon qui domine avec un meilleur piqué au centre. À 300 mm, le Canon est également meilleur sur tout le champ.

Distorsion

Tamron 70-300 mm f/4-5,6 VC USD test review distorsion

La distorsion, qu'elle soit en barillet (grand-angle) ou en coussinet (au-delà de 70 mm), n'est pas réellement un problème. Dans les scènes de la "vraie vie", les déformations géométriques seront à peine perceptibles, même sur des images comportant des lignes droites.

Vignetage

Tamron 70-300 mm f/4-5,6 VC USD test review vignetage sur 24x36

Bien visible sur capter plein format à pleine ouverture (notamment de 70 à 135 mm), l'obscurcissement des bords devient négligeable au-delà de f/5,6 et invisible à f/8.

Tamron 70-300 mm f/4-5,6 VC USD test review vignetage APS-C

Les capteurs APS-C sont moins sensibles au vignetage. Les mesures réalisées sur un Nikon D300s montrent que le problème est tout bonnement absent.

Aberrations chromatiques

Tamron 70-300 mm f/4-5,6 VC USD test review aberrations chromatiques

Le graphique parle de lui-même ! Les aberrations chromatiques latérales ne sont pas vraiment un problème avec le D3x et le phénomène est pratiquement invisible.

Stabilisation optique

Pour mesurer les performances de la stabilisation optique, nous réalisons une série de 10 clichés à différentes vitesses avec la stabilisation optique activée. Ensuite, nous utilisations le logiciel DxO Analyser pour déterminer de manière impartiale le nombre de photos nettes et floues. Le Tamron 70-300 mm f/4-5,6 équipé du système VC se montre très convaincant.

Tamron 70-300 mm f/4-5,6 VC USD test review stabilisation

Pour nos tests, nous avons positionné l'optique à 200 mm. Normalement, la vitesse limite théorique est donc de 1/focale soit 1/200 s. A cette vitesse, le taux d'images nettes est d'ailleurs de 100% avec la stabilisation optique. Même au 1/13 s (soit 4 IL en dessous de la limite théorique), le taux d'images acceptables est encore impressionnant.
Néanmoins, la stabilisation optique a un petit défaut : elle est bruyante. La mise en route des moteurs ne passe pas inaperçue, notamment si vous êtes en train de filmer. Sur ce plan, la stabilisation optique du Nikon VR est beaucoup plus discrète.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation