Si le Pen E-PL2 évolue sur de nombreux points, le mode vidéo reste "scotché" en HDTV 720p (1280x720 pixels). Le compact à objectifs interchangeables utilise toujours un algorithme de compression ancien (Motion-JPeg) et la cadence est figée à 30 i/s.

À défaut de proposer un mode HDTV 1080, nous aurions appréciés qu'Olympus emploi un codec de compression plus récent (h.264) et face grimper la cadence à 60 i/s pour une meilleure fluidité pour les sujets en mouvements ou les travelings. Pour la prise de son, il faudra se contenter par défaut d'une entrée mono (le son est enregistré dans un format stéréo) et pour s'assurer la stéréo, il faudra bourse délier (80 euros environ) afin d'acquérir l'accessoire EMA-1.

Olympus EMA--1 enregistrement stéréo sonOlympus Pen E-P2 et micro stéréo
Le nouvel accessoire (EMA-1) permet également de relier un micro stéréo (ici un ME-51S) ici sur un Pen E-P2.

Le E-PL2 dispose de plusieurs modes d'enregistrement vidéo : P, A et un mode manuel qui permet de gérer à la fois la vitesse d'obturation, l'ouverture et la sensibilité ISO. Vous pouvez même utiliser les filtres artistiques (Pop Art, sténopé, diorama...) au prix d'un traitement vidéo assez lourd et donc d'une cadence d'enregistrement ralenti à 15 i/s. La stabilisation par déplacement du capteur n'est pas disponible en mode vidéo.

Il est possible de prendre un cliché pendant l'enregistrement d'une vidéo, mais celle-ci coupe le filmage et génère donc deux fichiers vidéo.

Qualité des images

Sur notre mire de précision, le nouveau E-PL2 donne des résultats similaires au E-PL1, ce qui au vu de la fiche technique, est globalement rassurant. Avec un capteur 12 Mpx, le moiré et l'aliasing sont moins présents que sur les vidéos produits en même définition avec un Canon EOS 550D. Dans tous les cas, le E-PL2 et les autres compacts/reflex sont assez loin de la qualité d'image d'un caméscope grand public comme le Panasonic T700

Olympus E-PL2 test review précision vidéo HDTV 720p


Autofocus et rolling shutter

En vidéo, un autre point d'achoppement réside dans la mise au point autofocus. Les progrès notés dans la partie photo (réactivité, souplesse...) sont également présents en vidéo, mode dans lequel l'autofocus "pompe" beaucoup moins. Il est alors possible de suivre un sujet en déplacement sans trop de difficulté.



Les problèmes de rolling shutter (déformation de l'image pendant les mouvements), surtout visible sur les capteurs CMOS (qui fonctionnent avec une obturation par balayage) sont finalement peu visibles sur les vidéos réalisées avec l'Olympus E-PL2.
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation