En partenariat avec DxO Labs, nous publions les résultats des mesures réalisées avec DxO Analyser pour DxOMark. Pour l'occasion, nous avons vissé le 24-120 mm f/4G sur un Nikon D3x.

Piqué

Pour cette série de graphiques, nous observons pour quelle valeur de paire de lignes par millimètre (lp/mm) l'optique délivre un minimum de 20% de contraste (valeur de MTF = 20%). Pour faciliter les comparaisons entre les différentes optiques, ces valeurs sont rapportées à un capteur 24x36 mm.

Au centre, le nouveau 24-120 mm f/4G est plutôt bon et devance légèrement le précédent modèle f/3,5-5,6. Au centre, le piqué est bon sur pratiquement sur toute la plage focale à pleine ouverture (f/4). Jusqu'à f/11, le piqué reste excellent. Il faut monter à f/16 pour voir les premiers effets de la diffraction.

Il reste désormais à vérifier l'homogénéité des résultats sur tout le champ de l'image. (vous pouvez voir les résultats en déplaçant la souris sur les valeurs). Au 1/3 du champ, les résultats sont encore très bons, même si l'on note une petite faible à pleine ouverture. Il faut fermer d'un diaphragme pour atteindre le maximum des possibilités de l'optique.

Au 2/3 du champ, les choses se gâtent et l'optique perd en précision notamment à 120 mm et à pleine ouverture. Il faut également fermer d'un cran pour retrouver un peu de piqué. En périphérie, les performances sont encore en baisse et il conviendra de fermer l'optique entre f/8 et f/11 pour retrouver un peu de tonus dans les images.

Centre 1/3 du champ 2/3 du champ bords

Nikkor 24-120 mm f/4G ED VR II piqué au centre

Distorsion

La nouvelle optique Nikon 24-120 mm f/4G ne brille pas par ses performances dans les déformations géométriques. Au grand-angle, le distorsion en barillet atteint 1% et s'inverse (déformation en coussinet) dès 35 mm. De 35 à 120 mm, la déformation est bien visible et frôle les 1% également.
Nikkor 24-120 mm f/4G ED VR distorsion

Vignetage

Le vignetage est un problème important sur l'optique. A pleine ouverture, l'assombrissement est facilement visible (jusqu'à -2 IL) sur pratiquement toute la plage focale. Même en fermant à f/5,6, le problème persiste notamment à 24 mm et il faut grimper à f/8 pour le problème s'amenuise.
nikkor 24-120 mm f/4G ED VR vignetage

Aberrations chromatiques

Si l'optique dispose d'éléments ED pour limiter les problèmes d'aberrations chromatiques, le problème reste présent notamment en grand-angle entre 24 et 35 mm. Il faudra fermer un peu le diaphragme à f/8 pour que le problème se résorbe partiellement. Il est intéressant de noter que le problème est visible sur les fichiers bruts. Lors de notre terrain, les JPeg sont directement traités par le boîtier et les aberrations chromatiques latérales sont beaucoup moins visibles.

Nikkor 24-120 mm f/4G ED VR aberrations chromatiques

Il est intéressant de noter que la plupart des problèmes soulevés ici et bien visibles sur un plein format sont beaucoup moins sensibles sur un capteur APS-C : le vignetage estpratiquement absent, la distorsion moins marquée et les aberrations chromatiques moins visibles. Toutefois, la plage focale intéressante en plein format, l'est nettement moins avec un APS-C (36-180 mm).

Stabilisation

Doté d'un système de stabilisation optique de deuxième génération, le Nikkor 24-120 mm f/4 s'avère particulièrement performant. Avec 6 photos nettes pour un temps de pause de 1/2 seconde, la stabilisation impressionnante et pour une fois raccord avec l'argument marketing. Il est pratiquement possible de gagner jusqu'à 4 IL.

Nikon 24-120 mm f/4 test review
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation