Si le moyen format Pentax 645D semble taillé pour l'aventure pour un reportage dans les pires conditions climatiques, nous avons choisi un test terrain un peu moins stressant pour le boîtier tropicalisé : le studio photo Sténopé dans le 10e arrondissement de Paris. 

Pentax 645D et optique 150 mm f/2,8 Pentax 645D studio prise en mains
Le Pentax 645D, le 55 mm f/2,8 et le 150 mm f/2,8, déclencheur flash, torches, boîtes à lumière, bol beauté : tout est prêt pour le shooting.

Ici, l'ambiance est plus chaleureuse (et confortable !), pour l'équipe de prise de vue en tout cas. En entrant, des riffs de Jimi Hendrix mettent rapidement à l'aise. Quentin Caffier (photographe) et Richard Bord (assistant) s'affairent autour d'un ring flash Broncolor et petit à petit le studio prend forme : bol beauté, boîte à lumière, snoot sur le fond pour créer l'ambiance, réflecteur...

Préparatifs

Dans la salle du fond, deux modèles sont déjà là et sont prises en mains par la maquilleuse Coline Roussel et la coiffeuse Vee Gomes. Aujourd'hui, c'est une séance test beauté. La journée verra donc défiler cinq modèles (Mahady, Mélifera (DMA), Christina, Kasja-Stina, Anélis) pour des portraits rapprochés, des détails, le tout avec un éclairage totalement maîtrisé.

Pentax 645D test terrain et en studio
Mahady, Richard et Quentin et le Pentax 645D en plein travail au studio Sténopé.

Premiers déclenchements et premières sueurs : les flashes ne partent pas. Livré sans documentation, Quentin doit se familiariser rapidement avec l'appareil et se sent un peu seul...Pour le déclenchement à distance des flashes sans fil, Quentin utilise un transmetteur sans fil Broncolor RFS (Radio Slave Transmitter). Pas de problème de ce côté, mais il faut passer en mode X pour activer la synchro flash (1/125 s) en mode manuel. Pour l'occasion, nous avons équipé le 645D avec deux cartes Sandisk SDHC 16 Go. Quentin choisit de photographier en Raw (DNG et non le PEF propriétaire) afin de pouvoir visualiser les images facilement dans Capture One 5.1. En effet, pour l'instant et pour notre modèle d'essai, Pentax ne livre ni logiciel pour le traitement, ni pour la capture. D'ailleurs, il est difficile d'imaginer travailler en mode connecté en studio avec le 645D. Si le boîtier est équipé d'une sortie USB, celle-ci sera sans doute un peu juste pour transférer rapidement les 65 Mo des fichiers DNG. Une connectique rapide de type FireWire manque cruellement à l'appel ici. Quoi qu'il en soit, nous serons en autonome avec la seconde carte en débordement. 

Rapidité et...lenteur

Pour cette première série, Quentin tente une série en mode rafale avec Mahady. La mémoire tampon permet d'enchaîner une belle série d'images sans bloquer l'appareil, mais l'enregistrement des images est vraiment lent. Quentin a fini par supprimer la prévisualisation pour accélérer le traitement, mais rien n'y fait. Pourtant, les Sandisk Extreme Classe 10 16 Go ne sont pas les cartes les plus lentes du marché. L'enregistrement des images est définitivement trop lent et il faut patienter jusqu'à 10 secondes avant de pouvoir relire les images. Si la mémoire tampon n'est pas vraiment la cause, le choix du format SD/SDHC est assez surprenant. Un emplacement Compact Flash (le format offrant actuellement les meilleurs débits en lecture/écriture) aurait été le bienvenu. D'autant que, et là, c'est également très agaçant, le 645D n'est pas compatible avec la nouvelle norme SDXC plus rapide et offrant une capacité de stockage supérieure à 64 Go. Il ne reste qu'à espérer qu'une mise à jour vienne combler cette lacune.

Le bel écran 7,6 cm et 920 000 points permet par contre de vérifier facilement la qualité des images et de partager et d'échanger avec le modèle (NDLR : nous avons testé l'écran du 645D avec notre procédure classique et celui-ci s'est montré remarquable. Pour les amoureux des chiffres : DeltaE de 1,7, un contraste énorme de 2200:1, un gamma à 2,2 et TC à 6500 K) . L'écran est de bonne qualité et permet même de vérifier la qualité des couleurs. Une fois enregistrées, les images se consultent très rapidement. Il est possible de zoomer à l'intérieur des clichés sans attente, les navigations dans les menus sont instantanées...Nous avons utilisé des moyen format beaucoup moins réactifs...
Autre point sympathique, les images s'orientent automatiquement selon  la position du boîtier. Encore du bon sens chez Pentax. 

Pentax 645D test review attente
Il faut être patient avec le 645D de Pentax...

Le système autofocus SAFOX IX+ est également très satisfaisant. Quentin préfère encore la mise au point d'un reflex pro plus réactive et proposant une couverture plus large. Toutefois, lorsque l'on compare le Pentax au H3 d'Hasselblad dont il a l'habitude, le 645D est supérieur. À plusieurs reprises, quand les lumières pilotes sont faibles, Quentin est obligé de passer en mode manuel. Le viseur, spacieux et précis, est alors un précieux allié. Malgré un dégagement oculaire important et le port de lunettes, Quentin n'est pas gêné, bien au contraire. 

Ergonomie et autonomie

C'est au tour de Mélifera (DMA) d'entrer en piste. Après une série rapide, le 645D émet un chuintement étonnant et un voile orangé vient couvrir partiellement une dizaine de clichés. Bref moment de répit pour le 645D et tout rentre dans l'ordre. Impossible de savoir ce qui vient de se passer.

Pentax 645D test review avis voile orange
Malgré l'utilisation du mode synchro-x (1/125e de seconde, fixe), qq images sont barrées d'un voile orangé (lampes pilotes). Aucune explication...

Au fur et à mesure de la séance, Quentin découvre toutes les possibilités du boîtier. Celui-ci est suffisamment grand pour proposer de nombreux raccourcis, un principe qu'affectionne tout particulièrement le photographe qui n'a pas à naviguer dans les menus pour régler telle ou telle option. 

Pentax 645D test review modèle mélifera
Mélifera, Quentin et le Pentax 645D en plein travail.

L'après-midi se poursuit avec Kasja-Stina et Anélis. Le Pentax 645D enchaîne les prises de vue sans broncher et la batterie n'affiche plus qu'un seul niveau au bout de 800 vues ! Nous sommes loin de l'autonomie des autres moyen format qui ne dépasse pas 400 vues en autonome. En prime, le Pentax 645D utilise la même batterie que le reflex K-5 (Lithium‐ion D‐LI90), un modèle standard qui ne coûte qu'une trentaine d'euros dans le commerce. De quoi s'assurer une série de déclenchements à moindre frais. 

En fin de journée

En fin de journée, Quentin est plutôt convaincu par son expérience moyen format Pentax 645D. La prise en main est excellente et le boîtier n'est ni trop gros, ni trop lourd. La construction est superbe et l'ensemble est vraiment pro. Pour le studio, ce n'est pas un critère déterminant, mais Quentin n'hésiterait pas à sortir avec pour un reportage ou un shooting "au naturel". Sur les images, Quentin est également satisfait. La définition à 40 Mpx offre une bonne marge pour du recadrage, offre une belle matière et un beau modelé.

Pentax 645D test review avis exemple 1 Pentax 645D test review avis exemple 1
Kasja-Stina @Idole : La dynamique d'exposition du capteur permet de conserver une douce modulation malgré un contre un peu fort. Vous pouvez cliquer sur les vignettes pour visualiser les images à 100%.

La dynamique est également importante et permet une bonne latitude de retouche lors du posttraitement. Avec Capture One 5, les images ne présentent pratiquement pas de moiré et les détails dans les hautes fréquences (cheveux, cils...) sont superbes. 

Pentax 645D test review avis exemple 3 Pentax 645D test review avis détail
Le ringflash couplé au capteur de 40 MPix permet de discriminer jusqu'aux cils le plus fins.

L'utilisation d'un moyen format a toutefois quelques contraintes et notamment en ce qui concerne la gestion de la profondeur de champ. Il faut souvent travailler à plus de f/11 et cela peut nécessiter d'avoir beaucoup de puissance au niveau de l'éclairage. Dans les conditions sommes toutes assez faciles, du studio, Quentin est donc plutôt conquis et il n'a qu'un regret, n'avoir pas eu le temps de faire quelques clichés en extérieur. 

Pentax 645D test review avis exemple 4

Un grand merci à toute l'équipe de préparation et aux différents modèles pour la participation à cet article et à Pentax France pour le 645D.

> En savoir plus sur Quentin Caffier
> En savoir plus sur Richard Bord
> En savoir plus sur Coline Roussel
> Modèles : Mélifera (DMA), Kasja-Stina @ Idole
> Contacter Vee Gomes
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation