Lors de la présentation du nouveau compact "mystère" d'Olympus, nous avons pu rencontrer Yoshiyuki Ôyama, responsable des relations publiques pour le département marketing, l'un des rares francophones parmi les constructeurs japonais.

Focus Numérique : Olympus a présenté sous cloche une maquette d'appareils compact expert, mais sans aucune indication technique. Pouvez-vous en dire plus ?

Olympus Yoshiyuki Oyama interviewYoshiyuki Ôyama : C'est encore aujourd'hui un peu tôt pour en donner des détails précis : il n'arrivera pas avant le premier trimestre 2011. On peut toutefois considérer la maquette comme assez représentative du design final : ce n'est pas comme le modèle présenté il y a deux ans, qui était un premier essai très différent de ce que furent les Pen finaux. Je peux cependant vous dire qu'il s'agira d'un appareil nouveau, doté d'un capteur plus grand que celui des compacts habituels sans pour autant atteindre la taille des 4/3". Et vous aurez noté la marque Zuiko sur son objectif ; c'est une marque dont nous sommes très fiers et que nous réservions jusqu'ici aux optiques pour reflex et micro 4/3. Il s'agira donc d'un très bon objectif, très lumineux aussi.

Focus Numérique : Concernant la stratégie à venir, vous avez fortement investi sur le µ4/3 depuis un an, au point que certains doutaient de la pérennité du système reflex 4/3. Pourtant, vous avez lancé le E-5 dans cette gamme. Peut-on alors espérer d'autres nouveautés reflex, comme des remplaçants aux E-30 et E-620 par exemple ?

Yoshiyuki Ôyama : Nous pensons que pour l'heure le reflex reste plus performant, et donc préférable, sur le haut de gamme. En revanche, les Pen sont bien adaptés au bas de gamme. Le choix de l'un ou l'autre système dépend donc de la cible et des exigences techniques. Nous déciderons donc pour chaque gamme s'il faut en faire un reflex ou un appareil à visée électronique. Ceci étant, au fur et à mesure que la technologie de ceux-ci s'améliorera, la gamme Pen est appelée à s'étendre.

Focus Numérique : Autre surprise sur le E-5, l'utilisation d'un capteur 12 Mpx. En effet, Panasonic a présenté un capteur 4/3" de 16 Mpx et l'utilise dans son GH2. Pourquoi ne pas l'avoir utilisé ?

Olympus Yoshiyuki Oyama interviewYoshiyuki Ôyama : C'est une évolution, certes, mais la qualité d'image dépend non seulement du capteur, mais de son utilisation par le processeur. Pour nous, le critère, c'est la qualité d'image. Et la résolution est quelques chose de différent de la définition : sur le E-5, nous n'avons certes que 12 Mpx, mais nous avons une excellente résolution grâce aux optiques Zuiko et au nouveau filtre anti-aliasing.

Focus Numérique : À propos des Pen, ils utilisent toujours un obturateur mécanique pour la photographie. Pourquoi ne pas passer à un système électronique, donc parfaitement silencieux, comme en vidéo ?

Yoshiyuki Ôyama : Actuellement, il y a toujours des avantages à l'obturateur mécanique. Lorsque nous pourrons le supprimer sans conséquence, il est possible que nous le fassions, mais pour l'instant notre priorité est la qualité d'image, et un obturateur mécanique est plus efficace. Et puis, vous savez, personnellement, j'aime bien ce bruit, il est ancré dans l'histoire de la photo.

Focus Numérique : La plupart des constructeurs proposent quelque chose en rapport avec la 3D, mais pas Olympus. Pourquoi ?

Olympus Yoshiyuki Oyama interviewYoshiyuki Ôyama : C'est une piste intéressante, mais à mon avis il est trop tôt pour la proposer. Vous savez, aujourd'hui, presque personne n'a de téléviseur compatible 3D. Certes, la 3D est à la mode dans les médias, concrètement, je fais quoi de mes images stéréoscopiques ? Quand il y aura suffisamment d'équipements compatibles, il sera temps d'intégrer une technologie de ce type — il est également trop tôt pour me prononcer sur laquelle nous emploierons.

Focus Numérique : Pour finir, pouvez-vous nous dire pourquoi vous ne passez pas au JPeg2000, qui permet certaines améliorations par rapport au JPeg normal ?

Yoshiyuki Ôyama : Nous préférons une solution éprouvée et pratique pour tout le monde. Actuellement, trop d'équipements sont incompatibles.


 
 

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation