Le Nikon D7000 est livré en kit avec le 18-105 mm, mais notre exemplaire semble souffrir d'un manque de netteté évident. Nous reviendrons prochainement sur cette optique lorsque nous disposerons d'un nouveau modèle. Pour notre test de précision, nous sommes donc revenus au 50 mm f/1,8D, un classique bien connu.

Les premières mesures sur notre mire MTF avec des fichiers JPeg donnent une valeur de 45 lp/mm au centre (f/5,6). Un précision légèrement supérieure à celle du D90 (43 lp/mm), mais la différence est toutefois assez faible. L'étude de la courbe montre une accentuation très faible du fichier JPeg. Le D7000 délivre donc des images JPeg assez douces qu'il conviendra d'accentuer avant une impression par exemple.

Nikon D7000 test review mtf 50 mm f/1,8

Colorimétrie et balance des blancs

Le respect des couleurs est un domaine ardu et pas forcément déterminant pour le choix d'un appareil photo. Si les couleurs sont "figées" lors de l'enregistrement d'un fichier JPeg, le fichier Raw n'enregistre quant à lui aucune couleur et celles-ci seront développées lors du passage dans un logiciel. Avec les fichiers Raw, vous pouvez donc avoir "virtuellement" tous les rendus des couleurs. Pas question donc de trop polémiquer sur cette thématique, surtout qu'il est désormais possible, sur pratiquement tous boîtiers, de personnaliser le rendu des images en modifiant la saturation des couleurs, la luminosité, le constate et les teintes.

Il est toutefois intéressant de voir le rendu JPeg d'un appareil. Dans notre test, nous photographions une mire Gretag Colorchecker sous un éclairage stabilisé à 5500 K (lumière du jour) avec une balance des blancs automatique.

Nikon D7000 rendu des couleurs balance blancs auto

La balance est (heureusement) assez juste avec un Delta E moyen de 1,4. Les couleurs sont pour le moins "contrastées" avec des teintes assez fidèles, mais des tons bleus et vert et jaune plutôt saturés. En mode standard, le rendu JPeg des images est donc flatteur et devrait faire l'unanimité.

Dans un second test, nous plaçons notre mire sous un éclairage halogène (xxxx K) afin de découvrir comme la balance des blancs automatique corrige les dominantes colorées.

Nikon D7000 test review balance des blancs auto sous halogène
Dans notre cas, la balance des blancs automatiques ne parvient pas rétablir la neutralité sur notre scène. Pratiquement toutes les couleurs sont déplacées vers des teintes plus chaudes et la dominante orangée est clairement visible. Il est intéressant de noter que le D7000 dispose de deux balances de blancs automatiques : l'une neutre, l'autre permettant de conserver des teintes chaudes. Toujours sur notre mire, la balance des blancs automatique 2 permet effectivement d'obtenir une image avec une dominante encore plus chaude.

Nikon D7000 balance des blancs automatique 1Nikon D7000 balance des blancs automatique 1
Nikon D7000 balance des blancs automatiques 1 (neutre à gauche) et 2 (chaude à droite).

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation