Avec le Pen E-P2, Olympus change radicalement sa stratégie concernant la visée pour son compact expert. Le premier modèle dispose d'un viseur optique en association avec le panecake 17 mm f/2,8. Bien sûr, celui-ci ne fonctionne qu'avec cette optique et même à 17 mm avec le 14-42 mm, la précision n'est vraiment pas au rendez-vous. Avec le E-P2, Olympus délaisse la visée optique pour livrer un viseur électronique de haute volée.

Olympus Pen E-P1 E-P2 comparaison viseur
Le viseur optique du Pen E-P1 (gauche) et le viseur électronique articulé du Pen E-P2 (droite).

Celui ci s'adapte sur un nouveau connecteur et sur le sabot porte flash. Le viseur, VF-2, est assez imposant et réduit considérablement l'intérêt de la compacité et de la discrétion du Pen. Avec 3 centimètres supplémentaires en hauteur, plus question de ranger facilement  l'E-P2 dans une poche de veste et même dans un sac photo, cette excroissance de visée accroche et il est préférable de la retirer (la manipulation est aisée et rapide). Le viseur est, en lui-même assez petit, mais le socle, doté d'une charnière, ajoute une épaisseur dont nous aurions pu nous passer; l'orientation du viseur n'étant, à mon avis, pas essentielle.

Alors , pourquoi utiliser ce viseur ? Certains ont encore le reflexe (justement!) de porter l'appareil à l'oeil et ne se sont pas à l'aise avec la visée à bout de bras. La visée en plein soleil est également plus agréable, même si l'écran du Pen E-P2 reste assez lisible avec une forte luminosité. Enfin, le viseur électronique est moins consommateur en électricité que l'écran LCD classique et devrait allonger significativement l'autonomie de l'appareil. En outre, la visée est plus précise avec le VF-2 que sur l'écran arrière qui n'affiche que 230 000 points (320 x 240 pixels) contre 800x600 pixels avec le viseur. Dernier point qui peut avoir son importance, en portant à l'oeil le compact (les bras contre le corps), on maîtrise mieux ses tremblements pour limiter les flous de bougé.

Olympus Pen E-P2 test review viseur
Le viseur électronique VF-2 d'Olympus est pour le moins imposant...

Le VF-2 d'Olympus est, par ailleurs, le meilleur viseur électronique du moment avec, nous venons de l'énoncer, une définition de 800x600 pixels (1 400 000 points). La précision de l'image est donc équivalente à celle des Panasonic G1/GH1 et au-dessus de celle du Samsung NX10. En outre, il s'agit ici d'un écran de technologie TFT et non pas un affichage séquentiel comme pour les viseurs de Panasonic. Il n'y a donc pas de problème d'effet d'arc-en-ciel. De plus, le contraste est plus important (annoncé à 300:1). Le rafraîchissement à 60 i/s délivre également un affichage très fluide et le grossissement de 1,15x rend la visée confortable.

Olympus Pen E-P2 test review connecteur
Le Pen E-P2 dispose d'un nouveau connecteur pour relier le viseur électronique VF-2. Malheureusement, le format est propriétaire et "bien sûr", il n'est pas compatible avec le connecteur des appareils Panasonic. Sur le Pen E-P2, ce connecteur peut également relier divers accessoires comme le module audio stéréo EMA-1. Ces accessoires, qui occupent la griffe, ne permettent pas d'utiliser concomitamment le flash externe, ce qui est bien dommage.

La visée électronique n'est bien sûr pas aussi claire qu'une visée optique et des progrès restent à faire pour rivaliser avec les viseurs optiques même médiocres. Mais, les EVF (Electronic View Finder) présentent toutefois quelques avantages comme le retour d'information (histogramme, lignes pour le cadrage, sensibilité, images restantes...) et une visée 100% quel que soit l'objectif utilisé. En outre, en basse lumière, la visée électronique est amplifiée, il est possible alors de viser dans la pénombre sans trop de difficultés, l'affichage restant fluide, mais très bruité avec la présence de bandes verticales assez désagréables.

Au final, le viseur électronique d'Olympus VF-2 est une bonne, mais imposante, alternative à la visée arrière sur l'écran LCD. Dommage que le viseur ne soit pas équipé de détecteur permettant d'activer automatique celui-ci à l'approche du visage. Une solution pratique également lorsque vous souhaitez régler l'appareil, l'écran LCD étant à ce niveau beaucoup plus pratique.

Autofocus

Bien sûr, l'une des améliorations attendues concerne l'autofocus, cible des principaux griefs à l'encontre du Pen premier du nom. Malheureusement et malgré de nouveaux algorithmes, l'autofocus du Pen E-P2 est sensiblement identique à celui du E-P1.

Pour nos tests, nous avons placé le compact à objectifs interchangeables à 80 cm d'une mire et avons mesuré le temps écoulé pendant le déplacement des lentilles lors de la recherche du point avec le 17mm panecake f/2,8.

Olympus Pen E-P2 test review autofocus

La première mise au point après la mise sous tension nécessite environ 1/2 seconde (0,53 s) pour se caler. Sans éteindre l'appareil, les mises au point suivantes sont pratiquement identiques (avec un AF par mesure de contraste, le système est obligé de bouger les lentilles afin de vérifier que le contraste est maximal contrairement à un système à corrélation de phase).
Nous avons également mesuré la latence de mise au point avec le 20 mm panecake de Panasonic et les résultats sont également similaires.

Olympus Pen E-P2 test review autofocus

Nous avons également vérifié le temps de mise au point, dans les mêmes conditions, du Panasonic GF1 avec le 20 mm f/2 de la marque, mais également le 17 mm d'Olympus.

Il est intéressant de remarquer que la première mise au point après la mise sous tension nécessite également 1/2 seconde avec le GF1 (que l'on soit avec le 20 mm de la marque ou le 17 mm), l'objectif se calant automatiquement à l'infini lors de l'allumage.

Panasonic GF1 test review autofocus

Les mises au point suivantes sont alors plus rapides avec une latence d'environ 0,4 s avec le 20 mm de la marque et environ 0,47 s avec le 17 mm d'Olympus.

Panasonic GF1 20 mm test autofocus
Panasonic GF1 test review autofocus

Le Pen E-P2 n'a donc pas rattrapé son retard sur son principal rival (Panasonic) et nous sommes impatients de constater de l'efficacité du système autofocus de Samsung sur le NX10 qui promet une mise au point au 0,3 s. Globalement, si les compacts Micro 4/3 sont largement plus rapides que la plupart des compacts actuels, ils sont également plus lents que les reflex d'entrée de gamme que vous dénichez à moins de 500 euros.

Parmi les nouveautés, nous retiendrons également le suivi de sujet en mode autofocus continu qui permet de suivre un sujet lorsque le déclencheur est enfoncé à mi-course. En revanche, c'est le système qui réalise la première mise au point sur le sujet le plus proche, il n'est pas possible de définir manuellement le sujet à suivre. La reconnaissance des visages fonctionne également assez bien.

Pour la mise au point manuelle, une loupe est immédiatement activée (x7 ou x10) afin de faciliter la lecture des détails. Comme sur le E-P1, la version 2 du Pen ne dispose pas de lampe d'assistance pour la mise au point dans la pénombre.
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation