Le système antipoussière d'Olympus SSWF (Super Sonique Wave Filter) a toujours était assez impressionnant d'efficacité et il était rare de trouver une poussière sur les modèles testés même après 15 jours d'utilisation. Avec le Pen E-P2, le constat est...un peu différent.

En effet, après 15 jours d'essais et pas mal de changements d'objectifs (nous avions la chance de pouvoir jongler entre le 14-42 mm et le 17 mm) nous avons relevé pas mal d'impuretés sur les images même après plusieurs nettoyages. Comme le montre la photo ci-dessous (diaphragme à f/22), les poussières sont finalement assez nombreuses. Le modèle testé n'était certes pas un nouveau modèle et d'autres personnes l'avaient utilisé auparavant, mais ceci n'explique pas tout.

Olympus Pen E-P2 anitpoussiere
Sur ce cliché, le contraste a été poussé pour mettre en évidence les taches

Stabilisation

Autre atout de l'Olympus Pen E-P2, celui-ci dispose d'un système de stabilisation intégré au boîtier par déplacement du capteur, ce dont ne bénéficient pas les modèles Panasonic, qui eux, déportent la stabilisation dans les optiques. Généralement, la stabilisation optique est légèrement plus performante que la solution mécanique, mais cette dernière à l'immense avantage d'être fonctionnelle avec toutes les optiques et surtout les modèles ultraplats (pancake) dans lesquels il est plus difficile d'insérer un système de stabilisation optique.

Olympus Pen E-P2 stabilisation graphique

Pour nos essais, nous avons utilisé l'optique pancake 17 mm f/2,8. En équivalent 24x36, cette optique est semblable à un 34 mm. La vitesse théorique pour obtenir une image nette serait donc 1/30 s. Pour cette vitesse d'obturation, le taux de réussite est assez proche que la stabilisation soit enclenchée ou non. La stabilisation mécanique devient un atout essentiel au 1/15 s. À main levée le taux de réussite est de 50% alors qu'il est de 80% avec le déplacement mécanique du capteur. Au 1/8 s, il devient délicat de réussir des photos à main levée, la stabilisation permet d'obtenir un bon score de 60% d'images acceptables. Au 1/4 s, la stabilisation mécanique peine à compenser les tremblements du photographe. Avec un peu d'entraînement, il est possible d'avoir un taux de réussite de l'ordre de 50%. Les performances restent toutefois assez éloignées des 4 vitesses gagnées avec la stabilisation mécanique.

Olympus Pen E-P2 stabilisation
Exemple d'image réalisée à main levée au 1/4 s avec le système de stabilisation (cliquez
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation