Capteur CMOS Exmor
La Z7 utilise trois capteurs CMOS ClearVid 1/3 de pouce basés sur la technologie Exmor de Sony. Déjà très présente sur les caméscopes DVCam mais aussi sur les modèles grand public de Sony, la technologie Exmor numérise chaque rangée de pixels en colonnes parallèles au fur et à mesure de leur captation. Ce traitement a pour but d'améliorer de manière significative les prises de vue en basse lumière.
sony z7 test review Molette des filtres ND
Et ça marche plutôt bien. Ayant filmé un concert dans une salle totalement plongée dans l'obscurité et des éclairages tamisées sur scène, l'image reste propre avec un bruit à peine perceptible. Un vrai plus pour les caméramens freelance du Mariage qui pourront capter des images d'église et de salle des fêtes très correctes sans avoir à trimballer une torche dans leur sac.

Cette excellente sensibilité de la Z7 égale celle de la Z5, et améliore les performances de la Z1. Le gain, lui, est débrayable sur une échelle de 10 valeurs : -6, -3, 0, 3, 6, 9, 12, 15, 18, 21 dB.

En extérieur, on apprécie l'efficacité des 3 filtres à densité neutre (ND) disponibles : 1/4, 1/16 et 1/64. Sa molette à quatre niveaux, discrètement placée sur le flanc gauche, est utilisée de façon quasi-permanente puisque la lumière change souvent. Qu'il y en ait  trop ou pas assez, une icône clignote dans le viseur et l'écran en indiquant le filtre requis.

Le Sony HVR-Z7 en images : les clips ont été tournés en réglages automatiques (avec zoom 12x pour la chanteuse).
   


La balance des blancs est naturellement débrayable et enregistrable sur deux profils (positions A et B de l'interrupteur). De même la température de l'image est ajustable entre 2300 et 15000 K.

À gauche, les données affichées sur l'écran en tournage, à droite la sélection du mode de balayage dans le menu.


Mode progressif natif 25p
La HVR-Z7E offre la possibilité de choisir entre le mode de balayage 25p et le mode 25p natif. Lorsque le mode d'enregistrement natif est utilisé, l'image est scannée et enregistrée comme une image progressive avec cette légère saccade sur les plans mouvements :

- ce mode améliore la reproduction progressive en balayant et en enregistrant progressivement.
- il confère une plus grande souplesse d'utilisation. La caméra peut être utilisée pour un grand nombre d'applications, de la création de film à petit budget en mode 25p aux productions TV en mode entrelacé classique.
- la possibilité d'utiliser le mode progressif pour un rendu cinématographique et la correction de la courbe gamma permet la production de film.

sony z7 test review L'enregistreur à Compact Flash et le logement pour cassette MiniDVEnregistrement hybride

L'enregistrement s'effectue au format HDV soit du Mpeg-2 en résolution 1440x1080 pixels avec un échantillonnage 4.2.0. Jusque-là rien d'extraordinaire. La nouveauté se situe au niveau du stockage. La Z7 enregistre sur cassette MiniDV mais aussi sur un enregistreur à carte Compact Flash, le HVR-MRC1, qui se fixe à l'arrière de la caméra. Il est soit alimenté par une batterie spécifique soit par celle du caméscope. 

L'intérêt de cet enregistreur est considérable. Essayez-le et vous ne pourrez plus vous en passer. Le transfert de clips (fichiers M2T) au montage est 4 fois plus rapide qu'un dérushage classique de cassette DV. Un petit écran LCD intégré à l'enregistreur vous indique le timecode lors du tournage et en lecture.

Le menu de la Z7 propose trois modes de stockage :
SYNCHRONISE : l'enregistrement s'effectue simultanément sur la cassette et la carte CF pour créé un backup de vos rushes. Intéressant pour les JRI travaillant dans les pays sensibles à qui l'on peut confisquer la cassette. Les autorités ne penseront pas forcément à vous prendre aussi la carte...
RELAIS : l'enregistrement se fait sur cassette et bascule ensuite sur la carte dès que la bande est terminée.
EXT SLT : l'enregistrement se fait exclusivement sur la Compact Flash.

La carte CF n'est pas fournie. Mais une carte de 16 Go peut stocker jusqu'à 72 minutes en HDV (débit 300x requis). Chaque carte est formatée en FAT32 limitant la taille des fichiers à 4 Go en continu. Autre détail qui semblera évident à certains : la qualité d'image est identique sur la CF et sur la cassette.

Côté alimentation, la Z7 est accompagnée d'un chargeur double (l'AC-VQ1050) très pratique pour recharger 2 batteries en même temps, et une batterie NP-F570 que j'ai pu utiliser 2 heures sur le terrain (arrêt, enregistrement, redémarrage, pause). Il faut compter 2h30 environ pour sa recharge.

Qualité du son
La Z7 n'a pas de micro stéréo intégré au boîtier comme sur la Z5. Mais ce n'est pas un problème. Sony fourni à la place un micro mono ECM-XM1 qui se connecte à l'une des deux prises XLR. Du coup, vous pouvez cumuler l'enregistrement d'un micro-cravate (pour une interview) à celui du micro mono (pour l'ambiance). Le volume des micros se règle avec les molettes graduées de 0 à 10 situées sur le flanc gauche du caméscope, protégés sous un volet, avec un interrupteur pour rester en mode automatique (CH1, CH2).

À gauche le bloc d'interrupteurs pour les 2 canaux audio. À droite les molettes pour le volume des micros.
sony z7 test review Interrupteurs des canaux audio sony z7 test review Molettes de réglage du volume des micros

 
La sélection des canaux, elle, s'effectue sur la poignée avec des interrupteurs pour chaque entrée XLR (48V, Mic, Line). Vous avez la possibilité d'alimenter le micro en Phantom 48V. Le caméscope peut ainsi enregistrer le son du micro mono et d'un micro d'interview en même temps.


sony z7 test review La prise iLink 6 broches de la Z7Connectique
Bien que la Z7 possède la panoplie complète du caméscope HD, on s'agace de certains défauts. Les prises Composite (A/V) et Composante (Component) ont une fiche propriétaire à Sony. C'était déjà le défaut majeur de la Z1. Pour l'avoir souvent connecté en studio à un mélangeur analogique, je peux dire que la petite fiche du câble A/V s'est souvent détachée de la caméra au point de s'abîmer.
Par ailleurs, les prises vidéo ne fonctionnent qu'en sortie. Vous ne pourrez donc pas utiliser la Z7 comme un convertisseur analogique/numérique. 

Ces lacunes sont heureusement compensées par deux éléments :

1- La sortie HDMI est une vraie prise standard et non pas "mini" comme sur les caméscopes grand public. Son raccord à un moniteur  HD ou un mélangeur vous permettra de conserver la qualité du signal HD natif en 1920x1080 en "tête de caméra".

2- L'interface i.Link n'est pas 4 broches (comme sur la plupart des caméscopes) mais 6 broches ce qui est un gage de robustesse.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation