Alors qu'Adobe vient de placer la barre tarifaire assez haut concernant les logiciels de traitement des images (Lightroom 2 est à 300 euros), Micro Application se lance sur le créneau avec un logiciel déjà connu : Silkypix Developer Studio 3 (140 euros).

Micro Application Silypix Developer Studio 3

Silkypix n'est véritablement un nouvel arrivant sur le marché des logiciels de traitement des fichiers Raw. En effet, les possesseurs du tout nouveau Samsung GX20 reconnaîtront au premier coup d'oeil le logiciel livré avec leur reflex. Les pentaxistes, eux aussi, connaissent bien le logiciel, puisqu'il est également livré, sous un autre nom, avec les reflex Pentax.

Silkypix Developer Studio 3 est un logiciel mature et très complet qui offre des fonctionnalités par foison. Vous retrouverez les contrôles les plus courants pour modifier l'exposition, la balance des blancs, le contraste ou la saturation. Le contrôle de la luminosité est particulièrement efficace avec un outil de récupération de la dynamique des images assez puissant. Le photographe retrouvera également un outil de courbe pour travailler précisément sur le rendu des tonalités.

Silkypix Developer Studio 3 intègre un module de correction des aberrations des objectifs qui permet de contrôler le vignetage, les aberrations chromatiques et la distorsion. Une fonctionnalité qui fait encore défaut chez Adobe ou Apple. On regrette toutefois que le module ne dispose pas d'une base de données pour une correction automatique de la distorsion optique pour un couple appareil-objectif comme le propose PTLens par exemple. On aurait également souhaité une correction des perspectives pour compléter ce module. Dans les points forts du logiciel, on notera également le module d'impression riche et simple d'utilisation.

Silkypix Developer Studio 3

Toutefois, Silkypix n'est pas exempt de défaut. Le premier reste l'interface. Si le logiciel arbore une interface gris anthracite "tendance", la multiplication des fenêtres et la profusion des options rendent le logiciel un tantinet délicat à manipuler. Un deuxième écran, pour ranger les nombreuses palettes flottantes, devient rapidement indispensable et il est possible de configurer rapidement une interface à sa mesure.
Le second point noir réside dans l'absence de véritable gestionnaire de fichiers pour organiser un flux de travail. Les options de tri sont rudimentaires et il n'est pas possible d'éditer les données IPTC ou d'encapsuler des mots-clés afin d'organiser une véritable banque d'image efficace. Dommage.

Bien sûr, les retouches s'effectuent, comme il se doit, sans modifier les fichiers originaux (méthode non destructive).

Le logiciel est désormais distribué par Micro Application et trouvera donc sa place à côté d'Aperture d'Apple (200 euros), Lightzone de Light Crafts (90 euros), Bibble de Bibble Labs (130 dollars), DxO Optics Pro 5.2 (130 euros) ou Capture One (130 euros).



Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation