C'est le pari un peu fou réalisé par une équipe de chercheurs américains qui tentent de trouver des solutions pour répondre au besoin toujours croissant de stockage des données numériques.
Présenté lors de la conférence internationale ASPLOS (Architectural Support for Programming Languages an Operating Systems), leur rapport détaille une technique permettant de coder, stocker et récupérer des données numériques sous la forme de molécules d'ADN.



La vie a produit cette molécule fantastique qu'on nomme ADN et qui stocke efficacement toutes sortes d'informations sur nos gênes et sur le fonctionnement d'un système vivant tout en présentant une grande compacité et une grande résistance. Nous proposons de nous en servir pour stocker des données numériques photos, vidéos, documents de manière gérable pour des centaines ou des milliers d'années Luis Ceze, professeur agrégé de sciences de l'informatique et d'ingénierie à l'université de Washington

Dans ce document accessible en ligne, les chercheurs expliquent comment ils ont convertis les séquences numériques binaires d'un fichier informatique en éléments constitutifs de l'ADN — à savoir l'adénine, la guanine, la cytosine et la thymine — et la façon dont ils ont réussi à inverser le processus pour reconstruire une image numérique sans perdre aucune information.

adn

L'intérêt d'un tel système réside notamment dans son faible encombrement car les informations stockées dans l'ADN peuvent être plusieurs millions de fois plus denses que dans n'importe quel système de stockage existant. L'ADN présente de plus une résistance à la dégradation très forte qui lui permet d'être déshydraté et conservé pendant des siècles. Compte tenu du temps d'accès aux informations, ces recherches ne portent pas sur les systèmes de stockage pour un accès rapide mais plus sur l'archivage des données pour leur conservation.

adn

Reste aujourd'hui le coût très élevé de ce système... Mais si les recherches permettent d'en optimiser la réalisation pour en faire baisser le prix, il se pourrait que ce genre de technologie vienne un jour compléter celle employant le silicium pour le stockage à long terme des données. "Peut-être est-il temps pour l'industrie informatique d'utiliser les progrès réalisés dans les biotechnologies pour faire progresser l'état de l'art des systèmes informatiques" conclut le rapport.

Lire le rapport « A DNA-Based Archival Storage System »

Lire également :
> Toute l'actualité
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique
Source : ASPLOS 2016
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation