Sony World Photography Awards 2015 (SWPA) entrée Somerset House

Jeudi 23 avril se tenait la remise des 8e Sony World Photography Awards  plus rapidement baptisés SWPA. Cette compétition photographique internationale a une nouvelle fois battu son record de participation avec plus de 170 000 images soumises provenant de 171 pays. Un chiffre impressionnant qui positionne définitivement les SWPA comme le plus grand concours photo actuel.

En marge de la remise des prix, j'ai pu visiter l'exposition qui se tiendra à Londres à la Somerset House jusqu'au 10 mai de cette année. Avant de vous révéler les différents lauréats des SWPA, je vous propose une sélection des travaux réalisés par différents photographes que j'ai particulièrement appréciés.

L'une de mes plus belles découvertes reste sans doute Annalisa Natali Murri (Italie) avec une superbe série Then the sky crashed down upon us. J'avoue, j'aime généralement bien les doubles expositions et les images de la photographe réalisées au Bangladesh un an après la catastrophe du Rana Plaza sont d'une extrême sensibilité.

Sony World Photography Awards 2015 (SWPA) / Annalisa Natali Murri

Après un tel drame, la population locale est encore très affectée. Des blessures physiques, mais surtout psychologiques. De nombreuses personnes souffrent de crises de panique, de pertes de mémoire, d'hallucinations ou entendent encore les cris des travailleurs disparus. Ces travailleurs hantent également ces photos, souvenirs impérissables et douloureux de l'évènement.

Annalisa Natali Murri
Crédit photo : Annalisa Natali Murri.

Le documentaire du photographe Roumain Cosmin Bumbut (catégorie architecture) sur les pièces intimes des prisons de son pays est également assez éloquent.

Sony World Photography Awards 2015 (SWPA)  / Cosmin Bumbut

Après l'adhésion de la Roumanie à l'Europe, le système de prison a subi une grande réforme avec notamment la création de pièces privées qui permettent aux prisonniers mariés de retrouver leurs compagnons pendant 2 heures tous les 3 mois. Parfois décorées, le plus souvent dépouillées, ces pièces sont des symboles forts d'une humanité retrouvée, d'un réconfort certain, d'un lien social qu'il convient de préserver.

Cosmin Bumbut
Crédit photo : Cosmin Bumbut.

D'autres préoccupations chez le photographe anglais Simon Norfolk. Dans la catégorie paysage (il couvre plus souvent des conflits), ce professionnel de l'image tente de prévenir ces concitoyens de l'urgence qu'impose le réchauffement climatique.

Sony World Photography Awards 2015 (SWPA) / Simon norfolk

De par le monde, certains glaciers se réduisent. Ici, les lignes enflammées symbolisent les anciennes limites du glacier Lewis du Mont Kenya. Ce dernier a diminué, en volume, de 90% depuis 80 ans... S'ils ne sont pas évidents ici, ce sont bien les effets néfastes de l'activité humaine qui sont ici pointés du doigt.



Simon Norfolk
Crédit photo : Simon Norfolk.

D'autres pays, d'autres projets photographiques. Le photographe italien Riccardo Bonomi nous embarque dans d'impressionnants matchs de catch féminin en Bolivie. La violence contraste avec les jupes, jupons et ballerines dorées.

Riccardo Bonomi
Crédit photo : Riccardo Bonomi.

Le travail de Sebastian Gil Miranda (représentant la France) dans la catégorie Campaign m'a également interpellé .

Sony World Photography Awards 2015 (SWPA) / Sebastien Gil Miranda

Shoot ball, not gun est un documentaire portant sur des jeunes enfants qui participent à un projet social mis en place dans l'un des bidonvilles les plus dangereux de Buenos Aires afin d'envisager un avenir loin du trafic de drogue, une perspective quasi inévitable pour nombre des habitants de cette zone. (Lire notre entretien "Rencontre avec Sebastian Gil Miranda").

Sebastien Gil Miranda
Crédit photo : Sebastien Gil Miranda.

Cette visite ne sera pas complète sans un détour par les salles consacrées au photographe Eliott Erwitt. Lauréat d'un prix honorifique pour l'ensemble de son œuvre, vous retrouverez des tirages d'une belle sélection des clichés du photographe américain. Si vous ne retrouvez pas les photos cocasses du maître sur les murs de la Somerset House, vous vous régalerez des monographies présentes dans l'exposition.

Eliott Erwitt

La 8e cérémonie des Sony World Photography Awards a cette année récompensée par un Iris d'Or, le reporter américain John Moore pour son travail documentaire au Liberia pendant l'épidémie d'Ebola.

SWPA 2015 - John Moore Iris d'Or
Le photographe John Moore à droite.

Ce photographe chevronné et maintes fois récompensé par de prestigieux prix (World Press Photo, Pulitzer, médaille d'or Robert Capa...) s'est laissé envahir par l'émotion quand il a retracé son reportage photo. Si l'appareil photo peut agir comme un filtre sur le terrain face au désespoir, la souffrance dont il faut témoigner, ces images violentes restent dans la tête de celui qui les a prises.

John moore
Crédit photo : John Moore.

Dans la catégorie des photographes professionnels, les SWPA 2015 ont récompensé les auteurs suivants :
- Cosmin Bumbut (architecture)
- Aristide Economopoulos (arts & culture)

Aristide Economopoulos
Crédit photo : Aristide Economopoulos

- Sebastien Gil Miranda (campaign)
- Rahul Talukder (conceptual)
- Scott Typaldos (contemporary issues)
- John Moore (current affairs)
- Simon Norfolk (landscape)
- Li Fan (lifestyle)

Li Fan
Crédit photo : Li Fan.

- Giovani Troilo (people)
- Rubén Salgado Escudero (portraiture)

Rubén Salgado Escudero
Crédit photo : Rubén Salgado Escudero

- Riccardo Bonomi (sport)
- Donald Weber (still life)
- Bernard Lang (travel)

Dans la catégorie Amateur, c'est Armin Appel qui a remporté le prix Open Photographer of the year avec sa photo Schoolyard. Le Malaisien Yong Lin Tan s'est vu décerné le prix du Youth Photographer of the Year tandis que Svetlana Blagodareva a reçu le prix Student Photographer of the Year.

Svetlana Blagodareva
Crédit photo : Svetlana Blagodareva

> Le site Internet des Sony World Photography Awards
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation