Sony RX100 Mark V : prise en main

De l'extérieur, rien ne distingue vraiment le Sony RX100 Mark V du RX100 Mark IV, à l'exception (discrète) de son fin liseré longitudinal, plus visible. Les deux compacts experts ont ainsi le même aspect, la même ergonomie, le même équipement (viseur électronique rétractable, écran orientable, etc.) et la même définition d'image, en photo comme en vidéo.

Sony RX100 Mark V prise en main
Difficile de distinguer un RX100 Mark V d'un Mark IV...

Prise en main du Sony RX100 Mark V
...même de dos.

Pourtant, il y a bien une différence de taille entre les deux générations, et cette différence se trouve du côté de l'électronique : le Sony RX100 Mark V dispose d'un nouvel AF et surtout d'une rafale ahurissante de 24 images par seconde.

Un capteur qui mange 480 mégapixels par seconde

Deux composants clés diffèrent donc : le capteur et le processeur d'image.

Quoi que doté de la même définition d'image de 20 Mpx, le capteur CMOS Exmor RS 1 pouce est bien un nouveau capteur complètement revu. Sony a (grandement) amélioré ses processus industriels et, grâce à des années d'optimisation, la marque japonaise semble avoir atteint un Graal. Premier atout de poids : l'ajout de 315 points d'autofocus à détection de phase (PDAF, pour Phase Detection AF) qui se couplent à la mise au point par détection de contraste classique dans ce genre d'appareil. Un atout certain pour l'accrochage et le suivi des sujets, mais, au-delà d'un simple ajout de collimateurs, c'est la structure même du capteur qui change.

Sony RX100 Mark V : présentation des points forts (visuel constructeur)

Le capteur est ainsi de type "empilé" (stacked sensor) et ses différents éléments — photosites, circuits — sont conçus de manière indépendante et extrêmement fins. Sony a donc développé une couche de circuits particulièrement dense en canaux de transfert, afin d'éliminer tout goulet d'étranglement dans la lecture des informations récupérées par le capteur.

prise en main Sony RX100 Mark V structure du capteur

Sous la couche de pixels, puis celle des circuits, les ingénieurs nippons ont, comme sur le Mark IV, ajouté directement une barrette de mémoire vive afin d'absorber les images. Ainsi, le nouveau capteur de RX100 Mark V débite jusqu'à 24 images par seconde, soit 480 Mpx. Un débit intenable pour un processeur classique, mais pas pour le nouveau Bionz X.

Un ADN d'Alpha 99 Mark II

Quel composant de compact peut-il traiter autant de données en un si court laps de temps ? Aucun. Aussi Sony a-t-il récupéré un composant clé sur l'Alpha A99 Mark II, son reflex professionnel annoncé à la photokina : le processeur Bionz X.

Cette puce haut de gamme est en effet capable de débiter 12 images par seconde à une définition de 42 Mpx, soit 504 Mpx : c'est un peu plus que les 480 Mpx générés par le processeur 1 pouce du RX100 Mark V. Et, excusez du peu, les 24 images par seconde pendant 150 clichés (soit 6 secondes pleines) s'entendent avec l'AF continu enclenché...

Sony RX100 Mark V

Entre le capteur excité et le processeur sous stéroïdes, le nouveau compact expert de Sony mérite tout à fait son surnom marketing de Little Giant.

Rafale frénétique, rolling shutter corrigé

24 images par seconde : mais que faire avec une telle rafale ? Des photos de sport, d'action, ou d'événements/d'effets se déroulant trop rapidement pour que nous en prenions la pleine mesure. La bonne nouvelle est que l'obturateur électronique, nécessaire pour tenir de telles cadences dans le temps, profite de nouveaux algorithmes de correction de verticales.

Sony RX100 mark V prise en main, rolling shutter

Avec les capteurs CMOS en effet, la lecture ligne par ligne entraîne souvent un effet appelé rolling shutter, un défaut visuel qui se matérialise sur les vidéos et les rafales par la déformation des lignes verticales des sujets en mouvement — pales, hélices, etc.

Sony RX100 Mark V correction du rolling shutter

Comme le montre le visuel issu de la présentation officielle de Sony, le RX100 Mark V est à même de contenir ces déformations, ce qui n'est rien de moins qu'une exclusivité à l'heure actuelle dans cette gamme d'appareils.

AF qui accroche

Pour prouver les capacités de l'appareil, un danseur officiait lors de la présentation européenne du RX100 V à laquelle nous étions conviés. Notre "Petit Géant" l'a suivi parfaitement le sujet et n'a quasiment jamais raté sa mise au point.

Point d'astuce ici, nous étions juste en rafale "de la mort", en mode JPEG + RAW avec l'AF continu activé. Notez cependant que le responsable de l'atelier photo nous avait invités à effectuer des réglages manuels d'exposition, d'ISO et d'ouverture de diaphragme, afin de garantir une exposition équivalente entre chaque cliché.

Sony RX100 Mark V rafale à 24 ips RAW +JPEG
Une rafale à 24 ips en RAW + JPG : impressionnant.

Le résultat de cette rafale est sans appel : aucun autre appareil d'aucune autre catégorie de boîtier n'offre un tel débit d'image à 20 Mpx, même si l'analyse fine des fichiers à 100 % permet de déterminer qu'il s'agit bien d'un "petit" capteur 1 pouce et non d'un capteur APS-C ou plein format.

Marque : SONY
Modèle : DSC-RX100M5
Vitesse : 1/800 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 1600 ISO
Focale : 8.8 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw

Une carte mémoire devenue trop lente

Que se passe-t-il quand la mémoire tampon est pleine ? Il faut la vider bien sûr ! Dans le cas du mode photo en rafale, Sony a bien géré la situation, puisqu'on peut continuer de prendre des photos au fur et à mesure que les images sont écrites dans la carte mémoire. Ainsi, si l'appareil a écrit 15 photos, on va pouvoir continuer à shooter une rafale de 15 images pendant qu'il continue de se débarrasser des photos qui encombrent sa mémoire vive.

Si Sony a réussi à se débarrasser des nombreux goulets d'étranglement au sein même de la partie électronique, il reste cependant la phase finale d'écriture. Une phase qui se déroule sur nos précieuses cartes mémoire, des cartes que la violence de la rafale de ce petit compact a tout simplement rendues obsolètes. Et quand nous avons soulevé la possibilité d'utiliser une carte XQD, les ingénieurs de Sony, toujours obsédés par la miniaturisation, nous ont opposé une fin de non-recevoir, arguant qu'il faudrait pour cela que l'appareil soit un peu plus épais. Espérons que le consortium SD accouchera de cartes plus rapides prochainement, car Sony, lui, a fait un grand bond dans le futur avec les performances de son compact expert, et il y a fort à parier que la concurrence voudra rapidement faire de même.

Des exemples

Marque : SONY
Modèle : DSC-RX100M5
Vitesse : 1/125 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 800 ISO
Focale : 25.7 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw




> Test - Sony RX100 Mark V
PARTAGER

Vos réactions sur le forum :
Sony RX100 V : prise en main photo et vidéo



Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation