Photokina 2012 : Sony poursuit son évangélisation de la visée électronique avec le SLT (Single-Lens Translucent : miroir fixe) Alpha 99. Au programme un nouveau capteur 24x36 à 24,3 Mpx, un nouvel autofocus à double corrélation de phase et un mode vidéo très ambitieux.

Sony Alpha A99 et son capteur 24x36
Signe distinctif des boîtiers 24x36, l'A99 se pare d'un cercle orangé au niveau de la monture.

Depuis l'Alpha 900 (mi 2008) et Alpha 850 (mi 2009) Sony s'est fait plus que discret sur les reflex 24x36, la marque essayant de nouvelles orientations (visée électronique) et se concentrant sur la mise en place de sa gamme de compacts à objectifs interchangeables Nex. Celle-ci étant désormais installée, Sony dévoile sa nouvelle arme pour les photographes professionnels et les vidéastes.

Visée électronique

Depuis les Alpha 33/55 en 2010, la technologie SLT qui associe un miroir fixe semi-transparent et une visée électronique se propage à toute la gamme reflex. C'est donc en toute logique que le nouvel Alpha 99 est également doté de la technologie SLT. Pour le modèle «pro» Sony a choisi de reconduire la dalle Oled de l'Alpha 77 qui affiche 1024x768 pixels (XGA 2,3 millions de points). Ce viseur est actuellement, le meilleur de sa catégorie et l'avons plutôt apprécié sur le reflex expert (cf. vidéo). Rappelons que la visée électronique permet d'afficher un nombre important d'informations (histogramme d'exposition, niveau électronique, rappels des options, grille de composition, menus...). En outre, la visée électronique offre une couverture de champ de 100% et permet, par amplification de signal, de «voir» en basse lumière. Vous voyez donc, en temps réel, exactement ce que vous allez avoir sur votre image, chose impossible à faire avec un viseur optique.

Avec un grossissement de 0,71x, l'affichage du viseur est large et agréable. Les quelques essais réalisés lors d'une courte prise en mains se sont avérés satisfaisants : l'affichage est fluide (nous n'avons pas essayé de nuit) et la trame n'est pas visible. Sur les mouvements très rapides, on note un petit flou, mais vraiment rien de dramatique. La dynamique est satisfaisante, seul le passage d'une zone claire à une zone sombre montre une latence pour adapter la luminosité (phénomène identique au A77). En intérieur, l'affichage est lumineux et peu bruité, le capteur étant probablement plus sensible que le modèle APS-C 24 Mpx du A77. Nous regrettons toutefois que pour le modèle phare de la gamme, les ingénieurs de Sony n'aient pas proposé un nouveau modèle plus performant. Au début de l'année, une société grenobloise Microoled présentait une dalle en 2560 x 2048 pixels.

Prise en mains

En l'absence d'un imposant verre de visée, l'Alpha 99 est un boîtier plutôt compact et léger (730 g) alors que les Nikon D800 ou Canon 5D Mark III flirtent avec le kilogramme . Pour autant, Sony ne fait pas beaucoup de compromis et offre une fabrication de qualité avec un châssis en alliage de magnésium et une finition tout temps. 

Sony Alpha 99 châssis magnesium et obturateur
Sony Alpha 99 : châssis en alliage de magnésium et un obturateur garantit 200 000 déclenchements.

La prise en mains est agréable : la poignée est bien dimensionnée et notera les petits détails de fabrication qui font la différence comme l'inclinaison des molettes de réglages à l'avant et à l'arrière de la poignée. Pour ceux qui apprécient la position portrait, Sony propose une poignée d'alimentation - également traité anti-ruissellement - qui permet à la fois d'accroître l'autonomie du boîtier avec la possibilité d'utiliser 3 batteries (celle du boîtier et deux dans le grip, ce qui porte l'autonomie à environ 410 x 3 = 1230 vues, ce qui est tout juste acceptable) et double les commandes (joystick, molettes, touches...) pour une tenue verticale améliorée. 

Sony Alpha 99 poignée alimentation

Le nouvel obturateur mécanique est testé sur 200 000 cycles (comme celui du D800) et permet de grimper au 1/8000 s avec une synchro flash au 1/250 s. Notez que comme sur l'Alpha 77, l'obturateur permet de déclencher avec un premier rideau électronique. Cela réduit la latence au déclenchement et limite les vibrations et le bruit. En pratique, le A99 n'est pas très bruyant puisque le miroir ne bouge pas, mais l'obturateur émet un son assez aigu qui pourra déplaire.

Petit (ou grosse) déception : pas de flash intégré. L'absence est difficile à comprendre, car sans verre de visée, ce n'est pas la place qui manque et Nikon a déjà montré qu'il était possible de proposer un flash sur un modèle traité anti-ruissellement (D800). C'est d'autant plus dommage que l'Alpha 99, tout comme le Nex-6, dispose désormais d'une griffe porte accessoire à la norme ISO.
Sony Alpha 99 dessus
La nouvelle griffe porte-accessoires.

Vous pouvez donc y fixer la plupart des accessoires actuels et un adaptateur (environ 10-15 euros) sera disponible pour continuer à utiliser les anciens flashes comme l'excellent HVL-F58AM. Notez que cette nouvelle griffe est certes plus flexible, mais surtout, elle dispose d'un connecteur qui permet d'utiliser des accessoires spécifiques comme un module audio qui permet de connecter des prises XLR pour la captation sonore de qualité. Notez que l'Alpha 99 intègre également  deux micros sur le boîtier pour un enregistrement stéréo.

Sony Allpha 99 prise accessoire vido audio
Il y a encore peu, tout cet équipement était réservé au Canon 5D Mark II...

L'autre point fort du A99 reste bien sûr son écran LCD monté sur un combiné charnière - rotule qui permet d'orienter ce dernier dans pratiquement tous les sens. L'écran est sans doute identique à celui du RX100, à savoir un LCD de 7,5 cm White Magic (quadruplet de pixels : rouge, vert, bleu et blanc) pour améliorer la lisibilité au soleil et affichant donc 1 228 000 points pour une définition VGA (640x480 pixels).

Sony Alpha 99 écran orientable
L'écran affiche un tableau de bord impressionnant pour l'Alpha 99.

Côté connexion, l'Alpha 99 sort également le grand jeu : deux slots SD (SDHC, SDXC, UHS-I) dont 1 (pourquoi 1 seul ??) est compatible Memory Stick. Pour la petite histoire, le boîtier ne propose étonnamment pas d'emplacement pour le format XQD présenté par Sony et disponible uniquement sur le Nikon D4 (qui était livré il y a encore peu avec une carte...Sony). De l'autre côté, vous trouverez une prise pour la télécommande, une entrée micro stéréo et une sortie casque, une fiche HDMI (mini-connecteur C) et USB 2 (ahhhh toujours pas d'USB 3...), une prise pour l'alimentation secteur et une synchro flash. En outre, le boîtier dispose d'une puce GPS pour géolocaliser les images. Le manque ? Une connexion Wi-Fi ? Pourquoi pas, mais un écran tactile aurait été alors presque indispensable. 

Sony Alpha 99 côtés
Le double slot mémoire permet l'enregistrement différencié (raw d'un côté, JPeg de l'autre), l'enregistrement simultané (copie de secours) ainsi que le débordement.

Capteur et autofocus

Le nouvel argument choc du reflex 24x36 est bien évidemment son capteur. Il est étonnant que Sony n'ait pas reconduit le capteur 36 Mpx présent dans le Nikon D800 sur son modèle phare. Les ingénieurs de Sony souhaitent sans doute proposer le meilleur 24x36 du moment, ils ont concocté un tout nouveau capteur qui intègre quelques améliorations. Ainsi, la couche de circuit est encore plus fine et permet une meilleure captation de la lumière avec un nouveau réseau de micro-lentilles et une surface sensible plus importante. Sony annonce également avoir travaillé sur le filtre passe-bas. Comme sur tous les modèles de la marque, le capteur 24x36 est également mécaniquement stabilisé. Un point qui peut s'avérer essentiel.

Le reflex dispose naturellement d'un nouveau processeur de traitement des données. L'Alpha 99 propose une plage ISO de 50 à 25600 ISO et propose une réduction du bruit par zone (avec détection des limites, des aplats et des textures). Bien sûr, cette réduction du bruit spécifique se limite au JPeg. Concernant les fichiers bruts, il est désormais possible d'enregistrer les .ARW sur 14 bits.

Le processeur Bionz permet une cadence rafale de 6 vps en pleine définition et un mode 10 vps avec un format en 4,3 Mpx et 7 vps en APS-C. L'autofocus est naturellement disponible pendant les rafales.

Ce nouveau capteur a une particularité intéressante : il dispose de pixels dédiés à la mise au point par corrélation de phase. L'Alpha 99 intègre donc 102  points d'assistance AF qui viennent épauler le module autofocus classique par corrélation de phase (logé au niveau du viseur) qui propose 19 collimateurs, dont 11 croisés. 

Sony Alpha 99 collimateurs autofocus
En rouge, les collimateurs de l'autofocus «classique» et en bleu les 102 points d'assistances sur le capteur.

Globalement, la zone autofocus n'est pas plus large (dommage), mais les collimateurs d'assistance montent assez haut et offre un maillage intéressant pour le suivi d'un sujet. Ce système sera-t-il plus efficace que l'utilisation de la cellule comme sur les Nikon D4 ou Canon 1D X ? Seuls les tests pourront départager les boîtiers, mais l'arrivée d'autofocus sur le capteur principal est très intéressante. 

En plus des modes classiques de mise au point, l'A99 propose un mode AF-D qui limite la plage de mise au point. Ainsi, derrière une grille ou une vitrine, vous pouvez interdire par exemple, une mise au point trop rapprochée. Voilà qui pourra s'avérer assez pratique dans certains cas.

Un vrai petit caméscope

Le succès du Canon 5D Mark II dans les productions vidéo n'a pas échappé à Sony et l'Alpha 99 propose une mode vidéo très complet.
Avec son miroir semi-transparent, l'A99 est le seul boîtier de format reflex à proposer une mise au point continu rapide et précise digne d'un caméscope. 3 modes seront disponibles selon les sujets : rapide (sujet sportif), moyen (compromis entre vitesse et précision) et lent (avec des sujets venant interférer avec le sujet principal).

Sur le reste de la fiche technique, c'est assez classique...pour du Sony : AVCH v2 pour de la captation en 1920x1080 à 60,50, 25 et 24 vps (60/50i disponible) ou MP4 pour du 1440x1080 (30/25 vps). Le débit des vidéos peut grimper jusqu'à 28 Mbps (60/50p). Il sera possible d'utiliser tous les modes d'exposition (PSAM), un zoom numérique et les effets créatifs. L'ISO automatique pour aller jusqu'à 6400 ISO. 

Sony Alpha 99 dos
Le Sony Alpha 99 dispose d'une touche d'enregistrement vidéo en accès direct.

L'audio n'est pas oublié. Le boîtier dispose d'une entrée son stéréo, d'une prise micro et d'une sortie casque pour un contrôle précis du niveau sonore (un vumètre est également présent avec un ajustement sur 32 niveaux). Nous l'avons vu, il sera possible de brancher un boîtier XLR sur la griffe porte accessoire (double connecteur XLR pour 800 euros environ). 

Comme sur les caméscopes de la marque, l'A99 dispose d'une molette silencieuse cliquable à l'avant (à côté de l'objectif) pour effectuer des réglages comme l'ouverture, la sensibilité ISO, l'exposition. Voilà qui devrait s'avérer bien pratique.

Sony Alpha 99 molette silencieuse

Prix et disponibilité

Le Sony Alpha 99 sera disponible au mois d'octobrepour 2800 euros. Il est accompagné d'un flash HVL-F60LM (qui fait également torche) à 650 euros, le grip d'alimentation VG-C99AM à 380 euros et une torche annulaire HVL-RL1 à 350 euros.

> La fiche technique complète de l'Alpha 99 sur le site de Sony

Notre premier avis

Le retour de Sony sur le segment du 24x36 était attendu et l'attente ne fut pas vaine ! Avec l'Alpha 99, Sony tourne probablement définitivement la page de la visée optique (pourtant le point d'orgue de l'Alpha 900) pour laisser la place à la visée électronique et le miroir fixe semi-transparent. L'arrivée d'un viseur électronique sera sans doute appréciée différemment selon les personnes, mais celle-ci à des avantages : nombreuses informations, meilleure visée en basse lumière et capacité de voir réellement le résultat de l'image avant de déclencher. 

L'atout en vidéo est également indéniable avec un autofocus permanent et rapide. Sony n'a d'ailleurs pas lésiné sur les moyens pour séduire les vidéastes avec un mode vidéo très complet et des accessoires intéressants, notamment pour le son. Côté photo, le nouveau capteur 24x36 est très alléchant et dispose toujours de la stabilisation mécanique. La grande innovation reste bien sûr le double autofocus par corrélation de phase à la fois sur un capteur externe, mais également sur l'imageur principal. Nous sommes très impatients de tester cette nouvelle génération d'autofocus, couplé à une cadence rafale à 6 vps

Bien sûr, nous pointerons quelques manques comme le flash intégré ou une autonomie un peu juste (entre 400 et 500 vues). Au final, la polyvalence de l'Alpha 99 (vidéo, photo, rafale...) est sans doute l'atout principal du nouveau boîtier Sony.

Lire également :
> Tous les reflex testés
> Toute l'actualité Photokina 2012
> Les formations à l'utilisation d'un reflex

Source : Sony France


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation