Depuis la présentation du caméscope Sony VG-900 (testé) l'année dernière équipé d'un capteur 24x36 et d'une monture E, tous les photographes sont en émois : il est possible d'associer un capteur dit plein format et une monture Sony E ! Depuis les rumeurs d'un Nex 24x36 n'ont pas cessé de proliférer sur Internet. Des rumeurs qui viennent de prendre fin avec l'annonce officielle de non pas un, mais bien deux compacts à objectifs interchangeables au format 24x36 : les Sony A7 et A7R.

Sony Alpha 7 et 7R sans optique
Les Sony Alpha 7 et 7R jouent aux équilibristes pour Focus Numérique.

Après avoir présenté le RX1 (testé), un compact 24x36 équipé d'une focale fixe 35 mm f/2 terriblement séduisant à qui il ne manque qu'un viseur intégré et un autofocus réactif (et s'il on pinaille une batterie plus performante), Sony enfonce le clou dans le segment des appareils à grand capteur avec deux compacts à objectifs interchangeables en monture E. Les 7 et 7R se différencient essentiellement par leur capteur : l'Alpha 7 intègre un capteur 24 Mpx doté d'un système autofocus hybride alors que le 7R joue la carte de la définition avec un 24x36 de 36 Mpx défiltré. Juste pour l'anecdote, le chef produit nous disait encore récemment qu'il n'y aurait pas de Nex 24x36. Il avait raison. Les nouveaux 7 et 7R sont des... Alpha !

Prise en mains

J'avoue, je n'ai pas été immédiatement séduit par la ligne des A7. Est-ce l'imposant et faux prisme qui domine l'ensemble, l'œilleton très présent du viseur ou l'absence de revêtement sur l'avant du boîtier ? Difficile à dire, mais je n'ai pas eu le même coup de foudre qu'avec le RX1 ou le plus récent Olympus E-M1. C'est un avis personnel qui se joue à quelques détails et l'essentiel n'est pas là, mais les premiers contacts avec un nouveau boîtier sont importants. 

Sony Alpha 7/7R détail de la poignée

Quoi qu'il en soit, la préhension est agréable : la poignée est large, bien dessinée et recouverte d'un revêtement confortable (pourquoi diable ne pas l'avoir appliqué sur tout l'avant de l'appareil ?). Nu, l'appareil n'est pas très lourd et n'accuse qu'un peu plus de 400 g sur la balance. Pour autant, les A7/A7R bénéficient d'un châssis en alliage de magnésium à la fois léger et résistant. Si les nouveaux Alpha sont protégés contre la poussière et l'humidité, ils ne sont pas totalement étanches. Quand Nikon propose l'AW1, COI capable de descendre jusqu'à -15 m sous l'eau à 700 euros, il est difficile de comprendre qu'un boîtier haut de gamme ne propose pas les mêmes protections contre l'eau et les chocs. Ne boudons toutefois pas notre plaisir, boîtiers et optiques devraient facilement résister à une pluie ou une sortie sous la neige.

Sony 7/7R en version éclatée
Un Sony A7 «éclaté»

Si l'on exclut les proéminents viseurs électronique, les A7/A7R sont finalement à peine plus imposants qu'un Nex-7. Les Alpha 7 font en effet 127 x 94 x 48 mm contre 120 x 70 x 43 mm pour le Nex-7, mais intègrent un capteur deux fois plus grand. Notez que comme pour le RX1, le capteur n'est plus stabilisé mécaniquement, le système étant désormais déporté dans certaines optiques. 

Sony Alpha 7 et Nex-7 comparaison

Sony Alpha 7 et Nex-7 comparaisonUn boîtier APS-C avec viseur intégré à gauche et un 24x36 avec viseur intégré au-dessus à droite.

La finition des nouveaux Alpha est d'excellente facture, reste à voir comment ils évolueront dans le temps, la peinture des RX100 s'écaillant finalement assez facilement. Sur le dessus de l'appareil, vous trouverez une molette pour le choix du mode d'exposition avec les modes PSAM, Auto, SCN, vidéo et panoramique par balayage. Sony a corrigé l'erreur du Nex-7 qui ne proposait pas de modes personnalisés. Les Alpha 7/7R proposent deux enregistrements distincts. La mise sous tension s'effectue à l'aide d'une couronne placée autour du déclenchement. Vous trouverez également un correcteur d'exposition et une touche C1 également personnalisable. Les Alpha 7/7R abandonnent le système Tri-Navi des Nex-7 au profit d'une ergonomie certes moins singulière, mais plus éprouvée de la double molette avant / arrière. 

Sony Alpha 7 vue de dessus

L'une des différences majeures avec le Nex-7 reste bien sûr la position du viseur. Décalée sur le côté gauche sur le Nex, elle est désormais plus au centre sur les nouveaux Alpha. Un choix qui semble plus naturel pour les ingénieurs de Sony. Il est surtout beaucoup plus gros et donne véritablement un petit look de reflex aux boîtiers. Les plus perspicaces auront déjà noté l'absence de flash intégré, surtout que renseignement pris, il n'y aura pas de modèle amovible livré avec le boîtier. Il faudra donc se payer un petit accessoire supplémentaire comme le HVL-F20 pour accéder à une lumière d'appoint.

Les nouveaux Alpha dispose d'une griffe porte accessoire pour flash, mais celle-ci est Multi-Interface est permet également de piloter un bloc XLR pour l'enregistrement audio ou des torches Led.

Sony Alpha 7 dos et dessus

L'arrière du boîtier est assez classique avec un accès aux menus à gauche, une autre touche personnalisable à droite, un basculeur pour activer au choix la mémorisation d'exposition ou la mise au point manuelle, une touche Fn pour activer certaines options à l'écran, une roue codeuse pour naviguer dans des menus et un trèfle de sélection pour choisir la motorisation ou la balance des blancs. La touche d'enregistrement vidéo est déportée sur le côté droit du repose pouce arrière. 

Sony Alpha 7 vue de dos avec les écrans orientables L'écran inclinable, mais non tactile des Alpha 7 / 7R.


L'écran LCD est monté sur double charnière qui permet une orientation 90° vers le haut et 45° vers le bas . La dalle de 7,5 cm affiche 921 600 points dans un format 3:2. Il n'est malheureusement pas tactile et Sony n'a pas cru bon de reconduire la technologie RVBB avec 4 sous pixels pour améliorer la luminosité. Tant pis, ce sera pour la prochaine version. Les Alpha 7/7R n'intègrent également qu'un seul emplacement pour carte mémoire. Au niveau des petits regrets, nous pointerons également l'absence de puce GPS pour marquer les images à la volée. 

Les A7/A7R sont alimentés par une batterie Li-Ion NP-FW50 qui offrirait 270 vues (viseur électronique). Il sera possible d'associer une poignée d'alimentation pour doubler l'autonomie et faciliter la prise de vue en portrait. 

Sony Alpha 7 poignée alimentationLa poignée d'alimentation en option

Les déclenchements des nouveaux Alpha ne sont pas vraiment silencieux. Le A7 autorise l'utilisation d'un premier rideau électronique qui diminue sensiblement le bruit (un seul aller-retour du rideau). Le A7R fonctionne quant à lui uniquement en mode obturation mécanique avec un deux allers-retours pour conserver la visée électronique. Impossible de photographier en mode totalement silencieux avec une obturation électronique comme le propose le GX7 de Panasonic.

Connexions Wi-Fi et NFC

Les nouveaux boîtiers sont dotés d'une connexion Wi-Fi pour un pilotage à distance sans fil et le partage rapide des images vers un smartphone ou un ordinateur. Pour faciliter les connexions, les Alpha disposent également d'une puce NFC (Near Field Contact) pour un paramétrage instantané avec des appareils compatibles. Comme sur le Nex-6, il sera possible de télécharger des applications sur PlayMemories pour afin d'acquérir de nouvelles fonctionnalités.

Capteur 24x36 et Bionz X

bien sûr, une bonne partie de l'intérêt de ces nouveaux COI est le capteur 24x36. A ces simples chiffres, les photographes amateurs et experts ont les yeux qui brillent et voient du flou arrière et de l'excellente gestion du bruit électronique. 

Sony alpha 7 capteur
L'oeil 24x36 d'un Alpha 7.

L'Alpha 7 est équipé d'un capteur de 24,3 Mpx sans doute assez proche de celui qui équipe l'Alpha 99, mais sans doute un peu différent. En effet, le nouveau capteur intègre 117 collimateurs à corrélation de phase contre 102 sur l'Alpha 99. En outre, le réseau de micro lentilles a été également revu pour mieux capter la lumière en périphérie. Le tirage optique étant très court, les lentilles en bordure de capteur sont inclinées afin de mieux conduire la lumière vers les photosites. Une spécificité déjà connue puisque Leica a également été obligé d'adapter son capteur 24x36 pour le M9 ou le M avec une technologie sans doute similaire.

De son côté, l'Alpha 7R travaille avec un capteur 36 Mpx. Un capteur probablement proche, dans sa conception, à l'imageur présent dans le Nikon D800E. D800E et pas D800, le capteur du A7R étant également défiltré. Contrairement au modèle 24 Mpx, le capteur 36 Mpx ne dispose pas de technologie autofocus à corrélation de phase intégrée.

Pour avaler la qualité de données produites par ces capteurs, les nouveaux Alpha sont équipés de la dernière génération de processeur : Bionz X.

Sony Alpha 7 Bionz X
Le nouveau processeur Bionz X sur la carte mère d'un Alpha 7.

Celui-ci permet de délivrer des JPeg jusqu'à 25 600 ISO et d'attendre une cadence rafale de 5 vps avec suivi autofocus sur l'Alpha 7 et 4 vps avec le 7R.
Concernant le bruit électronique, les ingénieurs nous ont expliqué avoir travaillé sur une amélioration de leur algorithme prenant en compte l'analyse des images afin de traiter au mieux les textures, les aplats colorés et des bordures). Nous attendrons les premiers tests pour vérifier leur dire. 

Autofocus

C'est l'un des points sur lesquels Sony est attendu. L'autofocus du RX1 n'étant pas le point fort du compact, nous étions très impatients de voir les progrès du constructeur dans ce domaine. Lors de notre prise en mains avec des boîtiers non définitifs, nous avons été agréablement surpris par la réactivité des deux boîtiers. 

L'Alpha 7 dispose d'un module AF hybride qui utilise à la fois la corrélation de phase pour dégrossir le travail de recherche du point et la détection de contraste pour affiner les résultats et travailler en basse lumière. L'Alpha 7R est, sur le papier, moins bien loti avec un module AF uniquement par détection de contraste avec 25 collimateurs. 

Lors de nos courts essais (avec des prototypes faut-il le rappeler), les deux boîtiers se sont montrés aussi rapides que les derniers Nex et notamment le Nex-6. Voilà qui est plutôt rassurant. Reste à vérifier la qualité du suivi de sujet en mode rafale. L'Alpha A7 semble plus taillé pour la photo d'action, même si 5 vps reste une cadence un peu limite pour le sport. 

Viseur

Le viseur est également un point important. Sony a ici reconduit la dalle Oled de 2,3 millions de points déjà présents dans l'Alpha  99. La définition est donc de 1024x768 pixels (XGA) et n'est pas adaptée au format 3:2 des images. Une partie du viseur n'est donc disponible pour l'affichage d'information. Dommage que Sony n'est pas profité de l'occasion pour améliorer la précision du viseur et offrir un ration 3:2 d'origine.

Sony Alpha 7/7R viseur oled

Lors de nos petits essais, nous étions dans une pièce peu éclairée et nous avons remarqué quelques saccades à l'affichage. Cela reste, pour moi, un des principaux problèmes des viseurs électroniques. Si la précision est assez bonne, la dynamique reste à améliorer tout comme la réactivité lors des passages à fort contraste. Bon point, le viseur est équipé de détecteurs de présence pour éteindre automatiquement l'écran à l'approche du visage. Cette fonctionnalité est bien sûr débrayable.

Le grossissement de 0,71x est confortable tout comme l'œilleton et le dégagement oculaire. 

Mode vidéo : un vrai petit caméscope

Outre la photo, les A7/A7R sont également de véritables petits caméscopes. Ils filment en AVCH v2 pour de la captation en 1920x1080 à 60,50, 25 et 24 vps (60/50i disponible) ou MP4 pour du 1440x1080 (30/25 vps). Le débit des vidéos peut grimper jusqu'à 28 Mbps (60/50p). Il sera possible d'utiliser tous les modes d'exposition (PSAM), un zoom numérique et les effets créatifs. L'ISO automatique pour aller jusqu'à 6400 ISO.

Sony alpha 7 connexions

L'autofocus fonctionne en continu et pour la mise au point manuelle, vous pourrez compter sur un système de peaking toujours très efficace. Mieux, Sony propose également, pour la mesure de la lumière, les zébras d'exposition. Pour parfaire le tout, les A7/7R sont également équipés d'une entrée micro stéréo au format mini-jack et d'une sortie casque (alléluia) pour vérifier la captation sonore. Cerise sur le gâteau, la prise multi-interface permet de fixer un bloc XLR (son) ou une torche (éclairage). Le seul manque ? La molette de réglage silencieuse présente sur l'Alpha 99 et qui est malheureusement absente ici.

Cerise sur le gâteau, la sortie HDMI n'est pas compressée et vous pouvez enregistrer directement sur un module externe ou diffuser en direct. Nous n'avons malheureusement pas eu plus d'information technique sur cette partie. L'échantillonnage vidéo est-il en 4:2:0 ou en 4:2:2 ? sur 10 bits ? Il faudra attendre les premiers tests pour être fixé.

Du 4K, mais en photo

Le 4K n'arrivera pas cette année sur nos appareils photo, mais Sony prend déjà une option avec une sortie HDMI 1.4 capable d'afficher des images en 4K (8 millions de pixels 4096 x 2160 pixels) avec les téléviseurs compatibles. 

Gamme d'optiques

Avec un capteur 24x36, voilà Sony contraint à une nouvelle gamme d'optiques ! En monture E, les optiques couvrant le cercle optique plein format seront estampillées FE. Elles seront naturellement compatibles avec tous les Nex. Tout cela va commencer à devenir sérieusement compliqué entre les Alpha dont certains sont compatibles avec les optiques A (Alpha 99 / 77 / 58...) et d'autres avec les optiques E (Alpha 3000 / Alpha 7), les baques d'adaptation avec ou sans miroir semi-transparent et les Nex en monture E compatibles avec les optiques E et FE. 

Sony alpha 7 optiques
De gauche à droite : 28-70 mm, 35 mm et 55 mm.

Pour le lancement des Alpha 7/7R Sony dévoile également 5 nouvelles optiques FE donc (voir actualité) :
> 55 mm f/1,8 Zeiss (1000 euros, disponible en décembre)
> 24-70 mm f/4 OSS (stabilisé) (1200 euros, disponible en janvier)
> 35 mm f/2,8 Zeiss (800 euros, disponible en décembre)
> 70-200 mm f/4 (disponible plus tard en 2014)
> 28-70 mm f/3,5-5,6 OSS (stabilisé) livré d'abord en kit puisque plus tard à 500 euros

Sony prévoit également un objectif macro, et un zoom grand-angle f/4 en 2014. 

Pas mal pour une première annonce, mais nous attendions une gamme peut être un peu plus haut de gamme comme à bien sûr le faire Fujifilm avec la série X-Premium. Le 35 mm est une excellente focale, mais pourquoi ne pas proposer une ouverture à f/2 ou f/1,4 ? Il est certain que les utilisateurs de boîtiers 24x36 attendent également des optiques très lumineuses. Arriveront-elles rapidement ? C'est toute la question. Car qui dit 24x36 dit optique plus imposantes, plus lourdes et souvent plus chères. En outre, avec un capteur 36 Mpx exigeant, la formule optique doit être soignée. Bref, le pas vers le 24x36, c'est aussi des contraintes qu'il faut bien mesurer. Quant on voir la qualité du capteur APS-C X-Trans de Fujifilm, la gamme d'optique lumineuse, le poids et l'encombrement moindre, la question du 24x36 mérite d'être posée...

Prix et disponibilité

Le Sony Alpha 7 sera disponible pour 1500 euros nu et 1800 euros avec le 28-70 mm f/3,5-5,6 au mois de novembre. Le Sony Alpha 7R sera, quant à lui, disponible nu pour 2100 euros également au mois de novembre.

Les tarifs des nouveaux Alpha est la bonne surprise de cette annonce. Après le prix assez élevé du RX1, nous nous attendions pas à un tarif aussi agressif sur les compacts à objectifs interchangeables 24x36. Par comparaison, l'Alpha 7 est au même prix que l'Olympus E-M1...

Notre premier avis

Nous l'attendions de pied ferme et il est enfin là ! Enfin ils sont enfin là. Car Sony nous gratifie de deux boîtiers à objectifs interchangeables au format 24x36. L'un avec un capteur 24 Mpx doté d'un autofocus hybride et plutôt orienté action avec une rafale à 5 vps, l'autre équipé d'un capteur 36 Mpx défiltré destiné à un travail plus posé (studio, paysage) ou à ceux qui veulent le maximum de définition !

La prise en mains est agréable et hormis quelques détails (qui en agaceront certains) comme l'écran non tactile, l'absence de flash intégré ou l'oubli du GPS. Pour le reste, les A7/A7R sont d'un excellent cru avec des capteurs 24x36 de 24 et 36 Mpx capables, respectivement d'une cadence à 5 et 4 vps, un obturateur en béton jusqu'à 1/8000 s, un viseur électronique de bonne facture, un écran orientable, une connexion Wi-Fi, la possibilité d'ajouter une poignée d'alimentation (un caisson étanche serait également prévu pour l'année prochaine)... Sur le papier, il ne manque pas grand-chose... 

C'est surtout au niveau du prix que Sony tape vraiment fort en positionnant son modèle 24 Mpx moins cher que les 6D de Canon ou D610 de Nikon à leur prix officiel (on trouve les reflex à environ 1500 euros chez les revendeurs...). Voilà qui devrait séduire les photographes à la recherche d'une solution compacte et légère, mais équipée d'un très grand capteur 24x36 !

Mais, si nous sommes très enthousiastes quant au concept (un full frame "compact" et abordable, qui n'en a pas rêvé ?), nous avons tout de même deux petites questions qui nous turlupinent. Pourquoi avoir doté les deux modèles d'un AF si différent ? Pourquoi ne pas avoir développé le même système de corrélation de phase pour le 36 Mpx ? 

L'autre question tenant bien entendu aux optiques. Si Sony fait un effort louable sur les programmations de sortie, il manque selon nous quelques focales fixes très lumineuses. La plus lumineuse est pour l'heure un 55 mm f/1,8. Du f/1,4 ou plus grand aurait été appréciable. Primo car ce genre de capteur aime les grandes ouvertures et les bokeh bien crémeux. Deusio parce que des focales fixes sont souvent plus compactes que les zooms. Et rendraient certainement le concept encore plus séduisant pour le photographe urbain désirant voyager aussi léger que possible.

Mais ne gâchons pas notre joie. Le RX1 avait ouvert une brèche que ces Alpha viennent élargir. Si on ajoute les QX au tableau, Sony semble de loin le plus actif des constructeurs photo, le plus novateur, le plus audacieux du moment. Espérons que ces sorties créent une dynamique, et pousse la concurrence à innover à son tour... pour le plus grand bien du photographe. 
Source : Sony France


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation