Photokina 2016 – Nous avons profité de notre passage à Cologne pour rencontrer une nouvelle fois le président de Sigma, M. Kazuto Yamaki. Il est vrai que, ces derniers temps, nous le voyons régulièrement, mais l'actualité brûlante de la marque l'oblige.

Sigma Photokina 2016
Monsieur Kazuto Yamaki, pas peu fier de son 18-35 mm T2,0 !

La dernière fois que nous l'avons vu, c'était en mars, à l'occasion du CP+, à Yokohama, au Japon. Sigma venait de lancer ses deux nouveaux sd Quattro, une bague d'adaptation pour utiliser leurs optiques (en monture Canon) sur les hybrides Sony A7 et un 50-100 mm f/1,8.

Sigma 50-100 mm f/1,8 DC HSM Art

Une fois de plus, Sigma fait très fort en mettant sur le marché un objectif très innovant. En plus de ses caractéristiques impressionnantes (ouverture constante f/1,8), l'objectif est une réussite au niveau de la prise en main (quoiqu'un peu lourd), de la qualité de construction et de la qualité optique.

Voir le test complet



Depuis la firme s'est lancée dans l'univers du cinéma, a continué de développer sa gamme de focales fixes avec un 85 mm f/1,4, a développé une lentille asphérique de 8 cm de diamètre moulée (une première, semblerait-il) pour faire un 12-24 mm f/4 et a développé un 500 mm f/4 toutes options.

> Sigma 85 mm f/1,4 Art, 12-24 mm f/4 Art et 500 mm f/4 Sport !

Sigma Photokina 2016
Les dernières nouveautés Sigma présentées à la Photokina 2016.

Focus Numérique – Vous avez passé une année très impressionnante avec le lancement de très nombreux nouveaux produits. Arriverez-vous à maintenir ce rythme de sorties dans les années à venir ?

M. Kazuto Yamaki – Nous continuons toujours à travailler sur le développement de nouveaux produits. Par contre, pour être franc, je ne suis pas sûr que nous pourrons continuer sur le même rythme que ces dernières années. Le marché ne cesse de baisser et je ne vois, pour l'instant, aucun signe qui pourrait indiquer que cela s'arrête. Les affaires seront donc plus dures pour nous.

Sigma Photokina 2016
L'objectif rêvé chez Sigma est désormais une réalité.

Focus Numérique – Vous venez d'annoncer un 12-24 mm f/4. Bien que vous n'en ayez pas encore dévoilé le prix, vous avez déclaré que ce zoom grand-angle serait beaucoup moins cher que son concurrent, le 11-24 mm de Canon*, sans pour autant faire de compromis sur la qualité optique. Comment avez-vous réussi à contenir autant le prix ?

M. Kazuto Yamaki – Il y a deux raisons. La première est que nous produisons nous-mêmes la majorité des pièces et ne faisons pas appel à des sous-traitants. La seconde est que nous avons développé une nouvelle technologie de lentille asphérique moulée. Nous sommes les premiers à avoir réussi la production de lentilles asphériques moulées de ce diamètre. Jusqu'ici, pour obtenir cette taille, il fallait utiliser la technique du polissage traditionnel. Elle fonctionne très bien, mais coûte très cher. Nous devions limiter les coûts de production et avons donc commandé au constructeur une machine spéciale pour mouler ce type de lentilles. Cela a été un long et important investissement pour nous. Je ne pense pas que nous pourrons amortir cet investissement uniquement avec le 12-24 mm, nous utiliserons donc ces lentilles dans d'autres types d'objectifs.

[*NDLR – En mars, M. Kazuto Yamaki avait salué l'objectif de Canon comme le produit qui l'avait le plus impressionné sur ces 5 dernières années.]

En ce qui concerne la technologie pure, je dirais les verres à diffraction de Nikon. Et pour le produit, je dirais le Canon EF 11-24 mm f/4 L USM. Beaucoup, beaucoup de technologies et savoir-faire se retrouvent dans cet objectif. Le seul problème est le prix. Kazuto Yamaki, Interview CP+ 2016

Focus Numérique – Il semblerait que la "mode" en ce moment chez Sigma mais aussi chez d'autres constructeurs soit de faire des optiques de très haute qualité (prêtes pour les capteurs ultra haute définition de 100 Mpx, par exemple), et par conséquent lourdes et imposantes. Ne pensez-vous pas que certains photographes seraient aussi intéressés par des objectifs plus compacts, quitte à "rogner" un peu sur les très grandes ouvertures ou la qualité optique ?

Sigma Photokina 2016
Imposant, ce nouveau 85 mm f/1,4 Art...

M. Kazuto Yamaki – Je suis complètement d'accord avec vous. Nous développerons peut-être ce genre d'objectifs dans le futur. Comme vous le savez, la qualité optique est intimement liée à la taille et au poids des objectifs. Grâce aux nouvelles technologies (lentilles asphériques ou nouveaux matériaux de lentilles), nous pouvons tout de même limiter le poids et l'encombrement d'un objectif. Si nous devions faire les objectifs actuels avec les technologies d'il y a quelques années, ils auraient été encore plus gros et lourds.

Le concept des objectifs Art est : "Aucun compromis sur la qualité d'image". Les objectifs Contemporary offrent par contre un juste équilibre entre poids, taille et coût. Par exemple, nous avons un 30 mm f/1,4 pour hybride. C'est un objectif léger et compact. Dans le futur, nous ferons peut-être des objectifs de ce genre pour reflex.

Sigma 30 mm f/1,4 DC DN Contemporary

Au final, nous n'avons pas grand-chose à reprocher à cette nouvelle focale fixe conçue pour les hybrides Sony (APS-C) ou Micro 4/3 ; elle reçoit naturellement son label recommandé. Excellente prise en main, qualité de construction, très grande ouverture, qualité optique (surtout entre f/2,8 et f/5,6) : la check-list est complète.

Voir le test complet



Sigma Photokina 2016
Bientôt, des déclinaisons des focales fixes Art en monture FE ?! Oui, il semblerait.

Focus Numérique – On a vu cette année beaucoup de constructeurs se lancer sur la monture Sony FE. Après Zeiss et ses gammes Batis et Loxia, il y a aujourd'hui Samyang (avec des objectifs autofocus) et Tokina avec sa nouvelle gamme Firin. Vous avez lancé en début d'année la bague d'adaptation MC-11 pour la monture FE. Quels sont les premiers retours dessus, et allez-vous lancer des objectifs en monture FE pour les Sony A7 ?

M. Kazuto Yamaki – Notre bague d'adaptation a très bien marché dans les premiers mois qui ont suivi l'annonce. Malheureusement, par la suite, cela a moins été le cas. Le nombre de personnes qui utilisent une bague d'adaptation est assez limité.
Je pense que la monture FE est l'une des plus importantes dans cette industrie. Je pense que Sony sera l'un des constructeurs numéro 1 dans cette catégorie d'appareils grâce à leur technologie de capteur.

L'avenir de la monture FE est rayonnant. Donc oui nous allons sortir des objectifs en monture FE dans le futur.

L'avenir de la monture FE est rayonnant. Donc oui nous allons sortir des objectifs en monture FE dans le futur. J'ai personnellement acheté un A7R II afin de comprendre les performances et les possibilités des hybrides Sony. J'utilise normalement nos propres appareils équipés du capteur Foveon, mais de temps en temps, j'achète de nouveaux appareils innovants ("game changing cameras"). Il y a quelques années j'avais acheté un Canon EOS 5D.

Sigma Photokina 2016
Sigma se lance sur le marché du cinéma !

Focus Numérique – Nous avons découvert avec surprise votre entrée sur le marché du cinéma avec l'adaptation de certaines de vos optiques. Vous avez annoncé pas moins de 8 nouveaux objectifs. Vous n'avez pas encore dévoilé leurs prix, mais il semblerait qu'ils soient beaucoup plus chers que les versions photo (avec autofocus) existantes. Comment expliquer cela ?

M. Kazuto Yamaki – Les performances de ces nouvelles optiques égalent ce qui se fait de mieux à l'heure actuelle pour le cinéma. Même si leurs prix sont bien plus élevés que ceux des versions photo, ils restent très compétitifs sur ce marché. La production de ces objectifs est très onéreuse, car nous utilisons beaucoup de pièces en métal et nous usinons toutes les pièces une à une. Nous avons acheté de nouvelles machines et créé de nouvelles lignes de production. C'est très long, donc coûteux. De plus, le volume de production est petit. Nous devons donc adapter nos tarifs comparés à ceux des versions photo.

Focus Numérique – Nous avons été très agréablement surpris par le design de ces nouvelles optiques. Ne pensez-vous pas que des versions équivalentes (tout en métal, sans autofocus, avec une bague manuelle de diaphragme) en photo rencontreraient un certain succès ? 

M. Kazuto Yamaki – J'ai vu des commentaires du même type en ligne. Depuis, il est vrai que nous y pensons. Mais si je vais voir mes ingénieurs et que je leur demande une telle chose, ils risquent de penser que je suis encore fou. À chaque fois que je fais des propositions de ce genre, ils pensent que je suis fou. J'ai besoin d'y réfléchir...

> Tous nos tests d'objectifs
> Toute l'actualité de la photokina 2016
> Toute l'actualité
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation