Une femme faisant sécher du fumier de vache. Il s'agit du combustible le plus utilisé par les familles pauvres pour se chauffer et cuisiner. Village Khyber Pakhtunkhwa, Pakistan, 2013.

Visa pour l'image 2013 : Lors du précédent Visa pour l'Image en 2012, avait été décerné le Prix Canon de la femme photojournaliste, en partenariat avec l'Association des Femmes Journalistes (AFJ) et le Figaro Magazine à la photographe française, Sarah Caron.
Un an plus tard, grâce à cette bourse, son reportage sur les femmes pachtounes : des êtres de second rang est achevé et exposé au Couvent des Minimes pendant le 25e Visa pour l'Image.

Dans les régions tribales du Pakistan où sévissent les talibans, les traditions culturelles rigides du Pachtounwali (code d'honneur pachtoune) associées au fléau de l'extrémisme religieux ont transformé la vie des femmes en un véritable cauchemar. Le climat d'insécurité et les restrictions officielles dans les zones frontalières entre l'Afghanistan et le Pakistan (appelée ligne Durand) ont rendu le travail des journalistes étrangers et locaux quasiment impossible.


Fatima vient d'avoir des jumelles. Elle a accouché chez elle car l'hôpital le plus proche est à 70km. Alors que la naissance d'un garçon est célébrée par des tirs de fusil, celle d'une fille est accueillie sans aucune joie ni festivité. Khyber Pakhtunkhwa, Pakistan, 2013

Sarah Caron, forte de ses nombreuses venues au Pakistan depuis 2007 pour la presse nationale et internationale, avait à l'esprit depuis longtemps de mener à bien un projet sur la condition des ces femmes, condition très peu ou pratiquement pas traitée dans la presse. De ce vide documentaire, et en tant que femme, que Sarah Caron s'est questionnée sur  le droit des femmes, leur quotidien au prise avec une ségrégation et une séparation totale Hommes/Femmes.

En avril 2013, le courage de deux femmes pachtounes avait fait l'admiration des milieux éclairés pakistanais en se portant candidates aux élections du 11 mai. En bravant ainsi l'autorité tribale des talibans, ces deux femmes s'étaient dressées de manière exceptionnelle contre leur culture locale, régions rurales où prédominent des coutumes ancestrales.

Focus numérique avait eu la chance quelques jours avant le début du festival, d'avoir une interview téléphonique avec Sarah Caron. Mais pour des raisons personnelles, cette dernière n'a pas souhaité que l'entretien soit retranscrit et publié.

www.sarahcaron.fr

> Tout savoir sur Visa pour l'image 2013

Contact LES RDV PHOTOS Charte de la vie privée