La sortie de nouvelles cartes SDHC chez SanDisk est une excellente occasion de rencontrer Christophe Rocca directeur marketing pour le sud de l'Europe, pour parler du marché, mais également des nouvelles nomenclatures concernant les cartes au format SD.

Christophe Rocca Sandisk
Christophe Rocca, directeur marketing pour le sud de l'Europe chez SanDIsk
Focus Numérique
:  Comment se positionnent les nouvelles cartes Sandisk par rapport à la gamme actuelle ?

Christophe Rocca : La gamme Extreme Pro remplacera tout simplement les cartes Extreme en place actuellement et nous conserverons les mêmes prix pour les différentes capacités.

Focus Numérique : Pouvez-vous  nous expliquer la nouvelle nomenclature utilisée pour définir les cartes SD ?

Christophe Rocca : Effectivement avec cette nouvelle génération de cartes, nous abordons la norme de transfert UHS-I (pour Ultra High Speed). Sur les cartes SDHC nous pourrons donc trouver la dénomination des Class (4,6,8 et 10) qui garantissent le débit minimum des cartes en Mo/s (10 Mo/s par exemple) et désormais les UHS-I. Les cartes UHS bénéficient d'une nouvelle architecture de bus pour le transfert des données. Actuellement, les cartes SDHC UHS-I sont équivalentes aux cartes de Class 10. Ce qui change, ce sont les spécifications techniques. Les Class appartiennent aux spécifications SD 2.0, les UHS-I appartiennent à la spécification SD 3.0 plus récente.

Focus Numérique : Concrètement qu'est que cela change ?

Christophe Rocca : Si vous utilisez un matériel compatible UHS-I, vous bénéficiez avec notre carte Extreme Pro d'un débit de 45 Mo/s aussi bien en lecture qu'en écriture. Pour la vidéo, en écriture continue donc, nous atteignons 10 Mo/s au minimum. En théorie, la norme UHS-I permet des débits de 50 Mo/s et sachez qu'une norme UHS-II permet de monter jusqu'à 104 Mo/s.

Focus Numérique : Quels sont les matériels compatibles actuellement ?

Christophe Rocca : Il y en a peu pour l'instant. Le Nikon D7000 est compatible et les prochains appareils le seront sans doute. (NDLR : le Fujifilm X100 est compatible UHS-I).

SanDisk USH-I reader expresscard
Lecteur de carte UHS-I au format ExpressCard
Focus Numérique
: Les cartes SDHC UHS-I sont compatibles avec le matériel SDHC actuel ?

Christophe Rocca : Absolument, mais vous ne pourrez pas bénéficier des avantages et des débits et une mise jour firmware ne changera rien, il faut un changement physique du slot.

Focus Numérique : Ces débits sont également intéressants quand il s'agit de vider une carte sur un ordinateur. Pourtant, il n'existe toujours pas de lecteur de carte USB 3 sur le marché. SanDisk prévoit-il quelque chose dans ce sens pour dépasser les 20 Mo/s de l'USB 2 ?

Christophe Rocca : Malheureusement, pas dans l'immédiat. Nous aurons probablement un modèle d'ici à la fin de l'année. Pour l'instant nous n'avons qu'un lecteur de carte compatible au format ExpressCard.

Focus Numérique : Les normes UHS-I et UHS-II s'appliquent aussi bien aux cartes SDHC et SDXC ?

Christophe Rocca : Effectivement, après, il s'agit avant tout d'une capacité de stockage. Le format SDHC utilise un système de fichier FAT32, alors que les SDXC utilisent le système exFAT qui permet de gérer des fichiers beaucoup plus volumineux.

Sandisk Extreme Pro SDHC USH-I 32 Go
SanDisk Extreme Pro UHS-I 32 Go
Focus Numérique
: Il y a-t-il encore de l'innovation dans les cartes SD ?

Christophe Rocca : Bien sûr. S'il existe des spécifications techniques, chaque marque peut innover pour optimiser le traitement des données. Ainsi, sur nos cartes Extreme Pro, nous analysons si les données sont des photos ou des vidéos pour optimiser l'enregistrement en fonction de la taille des fichiers. Nous avons également un système qui permet, en quelque sorte, d'émuler de la mémoire cache pour l'appareil hôte. Ainsi, la mémoire tampon d'un appareil photo pourra se décharger plus rapidement. 
Nous travaillons également sur la fiabilité de nos cartes tant au niveau de l'électronique que sur l'aspect physique. Nos mémoires disposent de bits pour la correction des erreurs (ECC : Code de Correction des Erreurs) et nous utilisons un algorithme de protection pour assurer l'intégrité des données enregistrées en cas de coupure d'alimentation ou d'extraction forcée de la carte. Nos cartes Extreme Pro résistent aux rayons X, à l'eau et aux températures extrêmes. La version 32 Go bénéficie en plus d'une protection magnétique.

Focus Numérique : Vous garantissez toujours vos cartes à vie ?

Christophe Rocca : Effectivement !

Focus Numérique : En association avec Sony et Nikon, SanDisk a également dévoilé des projets ambitieux avec des cartes au format CF pouvant atteindre 500 Mo/s (interface PCI Express) et 2 To en stockage. À quoi cela peut-il bien servir ? Pourquoi Nikon et Sony sont-ils associés à ce projet ?

Christophe Rocca : J'ai peu d'information sur cette annonce. Toutefois, je pense qu'il s'agit avant tout d'une démonstration technologique. Nous sommes en train de mettre en place les futures normes. Malgré un engouement bien moindre ces dernières années, le format Compact Flash reste pour nous important. Toutes les technologies présentes dans les cartes SDHC Extreme Pro ont été développées dans un premier temps pour les cartes CF. C'est un marché important, car il concerne les professionnels.

PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation