Après avoir mis à l'honneur Raymond Cauchetier en 2013, Sabine Weiss en 2014 et Gianni Berengo Gardin et Elliott Erwitt l'année dernière, le Salon de la Photo 2016 consacrera une vaste exposition au photographe Jean Marquis.

Jean Marquis au salon de la photo 2016, affiche

Si l'édition de cette année lui est consacrée, c'est également parce que 2016 marque le 90e anniversaire de Jean Marquis. Né en 1926 à Armentières dans le Nord, il découvre la photographie auprès de Robert Capa, le cousin de son épouse, et fait ses gammes en laboratoire chez Pictorial Service sous l'œil de Pierre Gassmann. À force d'observation des planches contacts de grands photographes, Jean Marquis aiguise son œil à la lumière et à la composition. Son premier reportage le long de la Deûle lui ouvre les portes de la célèbre agence Magnum, où il entre en 1953.


Quand on entrait à Magnum, on faisait partie d’une grande famille. Les jeunes photographes étaient vraiment pris en considération. S’ils étaient là, c’est qu’ils avaient quelque chose à dire. Ils [les fondateurs] visionnaient les contacts pour voir comment on avait abordé le sujet et ainsi ils suivaient notre travail. Jean marquis, photographe.

Accompagné de son Leica racheté à Henri Cartier-Bresson, il exerce le métier de reporter pour le compte de l'agence, puis pour Time Life et le New York Times, ainsi que pour Sciences et Vie ou L'Express. Reconnu pour ses photos au grain marqué et parfaitement maîtrisé, ainsi que sa passion des éclairages nocturnes, il s'est notamment distingué par un reportage réalisé en 1955 à Liverpool.

Jean Marquis, Liverpool
Dockers. Liverpool (Angleterre), 1955. © Jean Marquis / Roger-Viollet

Il a également photographié la campagne française et des métiers aujourd'hui disparus. Amateur de longues marches dans les rues de la capitale, il a collaboré à la demande de Robert Laffont avec Louis Aragon en 1963 à l'ouvrage Il ne m'est Paris que d'Elsa.

Photographe de presse pendant toute sa carrière, il a pris sa retraite en 1989, mais continue de balader son appareil sur différentes manifestations, comme les grèves de 1995. C'est donc une traversée dans l'histoire, sensible et singulière, que les organisateurs du Salon de la Photo ont choisi d'offrir au public de cette année.

Quel que soit le sujet qu’il aborde, Jean Marquis laisse rayonner, avec simplicité et retenue, son émotion et son empathie. Simon Edwards, directeur artistique du Salon de la Photo.

Lire aussi :
> Le Salon de la Photo dévoile son affiche 2016
> Votez pour le zoom du public au salon de la photo 2016

> Toute l'actualité
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation