Voilà une analyse qui ne laissera personne indifférent. En effet d'après Reuters Japon, seuls Canon, Nikon et Sony auraient la capacité de survivre au boom du smartphone.

Pour en arriver à cette conclusion, les auteurs se basent sur plusieurs faits tangibles. À commencer par le fait que des Panasonic, Fujifilm et Olympus ont perdu de l'argent depuis que les smartphones ont commencé à grignoter les ventes de compacts. Cette année les ventes de compacts sont attendues en baisse de 40 %, avec à peine plus de 59 millions d'unités dans le monde. 40 %, c'est également la proportion dans laquelle la vente de boîtiers Panasonic a chuté d'avril à septembre, tous types confondus. Cela explique certainement la décision de Panasonic de verser son activité de production de capteurs dans une joint-venture contrôlée à 51 % par son nouveau partenaire Israélien Tower Jazz.

lumix gf1

Dans le même temps les ventes d'hybrides, longtemps vus comme le format d'avenir... ont calé. Seuls le Japon et quelques autres pays d'Asie ont connu un certain succès dans ce segment, avec par exemple un Japon qui voit les hybrides capter 36 % des ventes de boîtiers à optiques interchangeables entre janvier et octobre. Mais dans le reste du monde, c'est le quasi-flop: autour de 11 % du même marché en Amérique et en Europe, ce qui est loin d'être satisfaisant.

Le boîtier photo est-il mort ? Il faut croire que non, car si les hybrides patinent, si les compacts s'effondrent, les reflex sont épargnés. Pendant la fin d'année aux USA, leurs ventes se sont même accrues de 1 % en volume, alors que tous les autres formats perdaient en vitesse. Et ce même pendant le Black Friday, la semaine de soldes immanquables Outre-Atlantique.
canon eos 6D

L'autre produit que l'analyse de Reuters fait sortir du lot sont les QX de Sony. Ces blocs optique-capteur sont une tentative intéressante de lier les mondes de la photo et du smartphone. D'après Sony ce produit n'a pas fait l'unanimité en interne, et le géant n'avait aucune idée de combien d'unités il pourrait en écouler. Il s'est retrouvé un peu pris de court, avec une demande très largement supérieure à la production.



Pour finir, c'est cette phrase que l'on retiendra : « Seuls ceux qui ont une marque forte et qui sont compétitifs sur les prix pourront s'en sortir - et seuls Canon, Nikon et Sony répondent à ces critères ». Elle est de Yu Yoshida, un analyste du Crédit Suisse spécialisé sur les marchés de l'imagerie.
Source : Reuters
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation