Annoncés au CES 2016 de Las Vegas, les Nikon D5 et D500 ont fait grand bruit. Taillés pour l'action, le sport et toutes les disciplines qui demandent rapidité et précision, les deux appareils partagent de nombreuses fonctions mais se distinguent par un élément clé : le capteur 24x36 du premier et APS-C du second. Et selon vous, c'est une stratégie plutôt bien pensée de la part de Nikon. Car si l'on en croit vos réponses à ce sondage, vous êtes plutôt emballés par ces deux appareils à qui vous reprochez tout de même d'être trop chers. Reste la fonction SnapBridge du D500 qui vous laisse un peu dubitatifs, voire sceptiques.

Ergonomie et définition partagées

sondage Nikon D5 et D500
Vous êtes globalement très satisfaits de voir l'ergonomie des deux appareils reprendre les mêmes codes et les mêmes dispositions de boutons. Parmi ceux d'entre vous qui ont répondu à ce sondage, seuls 2,4 % sont des utilisateurs de D3 ou de D300. Ce n'est donc pas l'avis d'utilisateurs mécontents qui se dessine, mais une remarque générale concernant la stratégie des fabricants. D'ailleurs, la majorité d'entre vous (58,9 %) pense que les marques devraient toujours s'appliquer à proposer une même ergonomie sur tous les appareils pour fidéliser leurs clients. Pour 34,5 % d'entre vous, cette satisfaction à voir l'ergonomie des deux appareils Nikon s'accorder montre aussi et surtout une montée en gamme par rapport au D300s, avec un positionnement plus professionnel. 

sondage Nikon D5 et D500
Les deux boîtiers possèdent tous deux des capteurs de 20,8 Mpx, mais dans des tailles différentes, ce qui signifie que la densité de photosites est plus importante sur le D500 que sur le D5. Mais cela ne vous gêne pas vraiment : vous n'êtes que 13,2 % à regretter que Nikon n'ait pas choisi une définition plus faible pour son reflex APS-C. 16,5 % d'entre vous trouvent tout de même qu'étant donné la qualité des capteurs actuels et les progrès en termes de traitement du signal, il aurait été possible de proposer une définition un peu supérieure sur le D5, ce qui aurait offert une plus grande liberté, dans les recadrages par exemple. Mais pour 70,3 %, Nikon a fait le bon choix, laissant à chaque appareil son secteur de prédilection : les conditions de faible lumière pour le D5 et le besoin de longues focales pour le D500.  

Des photographes sportifs

sondage Nikon D5 et D500
Un capteur autofocus de 180 000 pixels et 153 collimateurs dont 99 en croix : les deux boîtiers partagent un même module aux caractéristiques impressionnantes. Et pour près de 80 % d'entre vous, c'est une performance que vous appréciez, 15 % indiquant qu'elle établit une distance notable avec les performances des boîtiers concurrents Canon. Mais pour 20,3 %, on en fait trop et cette course à celui qui en affichera le plus sur sa fiche technique n'a pas vraiment de sens, tant les appareils construits aujourd'hui sont performants : le gain en qualité ne saurait être perçu sur le terrain.  


sondage Nikon D5 et D500

Concernant l'argument de la vidéo, il vous laisse de marbre... Seuls 15 % d'entre vous n'envisagent pas d'acheter un appareil qui ne filme pas en 4K à l'heure actuelle, quand 13 % soulignent que c'est un argument marketing bidon, la durée des séquences étant trop courte pour les rendre exploitables. Un quart lui préfère une bonne définition Full HD et retiendra les performances des deux boîtiers dans ce domaine, alors que près de la moitié (45,8 %) ne voit pas l'intérêt des fonctions vidéo et ne s'intéresse qu'aux performances photographiques des deux compères.

Nouvelles technologies

sondage Nikon D5 et D500

Presque tous les appareils en sont pourvus aujourd'hui, du compact au reflex grand public en passant par certains dos numériques professionnels. Pourtant, l'écran tactile était absent de toute la catégorie des reflex experts et professionnels. Vous êtes donc plus des deux tiers à voir d'un bon œil l'introduction d'écrans tactiles sur les D5 et D500, 14 % d'entre vous soulignant juste que cette fonctionnalité sera utile au paramétrage, mais que la visée et le déclenchement par l'écran ne font pas partie des applications de ces appareils. 13,4 % s'inquiètent cependant de la potentielle fragilité de cet accessoire.
sondage Nikon D5 et D500

SnapBridge est un nouveau mode de transmission inauguré sur le D500 et que Nikon met en avant comme une vitrine de son savoir-faire technologique. Mais les arguments de la marque ne vous emballent guère : 42 % sont méfiants et attendent de voir les résultats en pratique, quand 15 % ne voient tout simplement pas l'intérêt. Vous êtes tout de même 32,8 % à afficher votre curiosité et attendre beaucoup des premiers tests, et 10,1 % à être carrément conquis.

sondage Nikon D5 et D500
Les valeurs affichées en sensibilité ne vous impressionnent pas tant que ça non plus. Plus de la moitié les voit de manière négative et estime, pour la majorité, qu'elles ne servent qu'à l'effet d'annonce. Près d'un tiers y prête attention tout de même et 15 % sont même pressés de voir les paliers continuer d'être franchis. Car il est vrai que si on nous avait dit il y a quelques années qu'on pourrait photographier à 12 800 ou 25 600 ISO avec la qualité dont on dispose aujourd'hui, on n'y aurait jamais cru. Alors il est peut-être permis de rêver un peu !

Compromis nécessaires


sondage Nikon D5 et D500
Vous êtes plus des deux tiers à regretter l'absence de flash intégré sur le D500, mais pour la moitié, c'est un mal nécessaire auquel il faut consentir pour que l'appareil gagne sur d'autres aspects, par exemple celui de la fragilité ou de l'étanchéité aux poussières. Ce qui fait qu'au final, seulement un tiers d'entre vous se déclare vraiment déçu de ce sacrifice.

sondage Nikon D5 et D500
Quand il s'agit de passer à la caisse, vous êtes moins enthousiastes... Il faut dire que Nikon a frappé fort avec un tarif affiché de 7 000 € pour le D5. Un montant qu'on imagine mal un photographe indépendant pouvoir débourser et qui destine plutôt l'appareil aux agences. Seuls 22,2 % estiment que le prix des D5 et D500 est logique au regard des spécifications. Pour près d'un quart d'entre vous, le tarif très élevé du D5 a au moins pour intérêt de faire passer un peu mieux celui du D500 qui, à 2 300 €, pourrait presque passer pour bon marché !

Merci de votre participation à ce sondage et à la semaine prochaine pour un nouveau sujet.

Lire également :
> Test - Nikon D5
> Test - Nikon D500
> Toute l'actualité
> Suivez l'actualité photo en direct sur la page Facebook de Focus Numérique
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation