Les smartphones ont été le cauchemar des industriels de la photo, un mauvais rêve qui a sacrément remué le marché du compact. Et les fabricants de smartphones ne sont pas prêts de s'arrêter en si bon chemin. Si, côté optique, on voit de grosses améliorations avec entre autres l'apparition de moins en moins rare de zooms optiques, côté traitement c'est là encore ne progression. 
Chez Qualcomm on met en avant les fonctions photo pour assurer la promotion du Snapdragon 800, le dernier SoC de la marque que l'on retrouvera au coeur de plusieurs modèles de marques variées. Une soixantaine selon Qualcomm.



Le but est, on s'en doute, de se rapprocher encore et toujours de ce que  proposent les reflex. On retrouvera plusieurs petites nouveautés assez intéressantes sur le papier. 
Première d'entre elle, le ChromaFlash, qui consiste à prendre une photo avec flash normal, une sans flash, et à mélanger les deux en prenant la luminosité de l'une et la colorimétrie de l'autre afin d'avoir une image correctement rendue, sans l'effet délavé du mauvais coup de flash, ni la teinte rougeâtre de la photo sans flash en basse lumière. 

L'autre technologie mise en avant, OptiZoom, est un des grands classiques de l'amélioration de définition. Il s'agit de prendre plusieurs photos d'une même scène et de comparer les micro-mouvements des pixels capturés afin de combiner ces images en une seule super-définie. En l'occurrence le Snapdragon prend 12 photos pour les analyser et créer une image très définie. 

Vient ensuite une autre fonction, Ubifocus, que l'on commence à voir apparaître chez certains: c'est une reproduction de ce que permet Lytro avec ses boîtiers plénoptiques, le "lightfield" en moins. Ici le capteur reste un CMOS classique incapable de capturer la direction des rayons lumineux. On va donc procéder différemment, en prenant 5 photos avec des zones de mises au point différentes. En recombinant les 5 photos, avec un algorithme maison derrière, on laisse à l'utilisateur  le choix de la zone de netteté. Premier plan, arrière-plan, ou partout. 

La dernière mentionnée par le fondeur consiste à faire du HDR sans "fantôme", une technologie déjà maîtrisée par la plupart des solutions logicielles HDR sérieuses... et qui arrive désormais dans les smartphones. 

Bref, au-delà de ces nouveautés, le plus intéressant est encore de constater que les acteurs du mobile ont encore de la marge de progression et que la qualité de l'image produite par les smartphones est vue comme un des vecteurs de progrès. Pour nous qui sommes plus boîtier que smartphone à priori, la chose est intéressante, car ce type de stimulation un peu désagréable ne devrait avoir pour effet que de pousser les marques de photo traditionnelles à innover, sous peine de se voir dévorées vivantes. La concurrence a souvent du bon. 
Source : Qualcomm


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation