Limités aux trois premiers morceaux d'un concert, parqués dans une zone autorisée et forcés de composer avec les conditions d'éclairage du spectacle : être photographe de concert n'a jamais été facile. Jusqu'à présent, tant qu'on leur permettait de faire leur métier, ils en acceptaient les contraintes, même si, comme nous le confiait l'année dernière Francis Vernhet, celles-ci pèsent de plus en plus lourd.

Mais depuis quelque temps, la colère gronde chez les photographes d'agence ou les indépendants. Dernier événement en date : le concert de Johnny Halliday au Paléo Festival Nyon 2015, en Suisse. Quelques heures avant le début de la manifestation, les photographes accrédités ont reçu un sms qui leur annonçait que leur présence n'était pas autorisée et que seul le photographe officiel de l'artiste couvrirait l'événement. C'en est trop pour le syndicat suisse Impressum qui dénonce "une dérive visant à contrôler de plus en plus le travail des médias" par le biais de deux communiqués de presse consécutifs publiés sur son site les 20 et 23 juillet : "Les photographes ne sont plus libres de faire leur métier. impressum tire la sonnette d'alarme !" et "La liberté d'information à nouveau bafouée dans un festival de musique".

Car si, pour le concert de Johnny à Nyon, l'argument avancé par les organisateurs est la sécurité des photographes, sur un show où les effets pyrotechniques sont nombreux, la véritable raison serait plus sournoise. Les managers des stars cherchent de plus en plus à contrôler l'image de leurs protégés. Les photographes de presse, dont l'activité consiste à témoigner des faits, ne mettraient pas suffisamment en valeur les artistes et ne produiraient pas des images assez flatteuses pour leurs actions de communication. Après avoir cherché à imposer la cession gratuite de leurs images contre l'autorisation de photographier ou avoir exigé un droit de regard avant publication, on leur interdirait donc purement et simplement l'accès à la scène.

M à Bercy en 2010
M lors d'un concert à Bercy en 2010.

Le cas n'est pas isolé, puisque le syndicat suisse avait également dénoncé les actions de la chanteuse Lady Gaga lors du Festival de Montreux. Cette dernière avait décidé de ne fournir à la presse qu'une seule et unique photo la mettant correctement en valeur.

On se souvient également de l'action menée par les photographes du festival des Vieilles Charrues en 2008 : ils avaient déposé leurs appareils au sol pour protester contre les décisions du chanteur Étienne Daho qui avait interdit les photographes, ces derniers ne respectant pas ses exigences d'être photographié uniquement sous un certain angle.

Le plus navrant dans cette histoire, c'est que si les appareils reflex sont généralement contrôlés à l'entrée des salles de concert et parfois en festival, les compacts et smartphones permettent aujourd'hui de produire des images d'une qualité tout à fait acceptable, a fortiori pour un usage en ligne, et permettent donc aux blogueurs et membres des réseaux sociaux de diffuser rapidement des images après, voire pendant le spectacle.

Keziah Jones au Bout du Monde en 2014
Keziah Joane au Festival du Bout du Monde en 2014.

Impressum "déplore cette évolution et exhorte les instances dirigeantes des festivals et des organisateurs de concert à trouver une entente avec les managers des stars qui veulent contrôler l'image de leur diva à tout prix et les photographes dont le précieux travail permet à leur festival de transcender les frontières. En Norvège, une charte a été signée entre les rédactions et les festivals. Quiconque tente de contrôler l'image de l'artiste à tout crin n'est pas diffusé. Le boycott est fructueux : les journaux ne se font pas l'écho du show, les photographes peuvent travailler librement dès le lendemain."

Lire aussi :
> Rencontre avec Francis Vernhet, photographe de concert
> Pratique : la photographie de concert
> Exercice photo : photographier un concert
> Kimd : une appli pour prendre discrètment vos photos de concert
> Rencontre avec Gaelle Beri
> No Cameras Allowed : le documentaire illégal qui secoue la toile
Source : Impressum
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation