Pentax vient de présenter son nouveau reflex expert, le K-7. Celui-ci vient chapeauter la gamme, se situant par ses capacités un peu au-dessus du K20D, malgré son châssis plus compact.


Après trois ans de bons et loyaux services, le châssis des K10D et K20D prend donc sa retraite. Le K-7 gagne un centimètre en largeur, cinq millimètres en hauteur et une cinquantaine de grammes ; il visera donc un volume plus proche d'un Olympus E-620...

Nouveautés et évolutions

Pourtant, pas question d'abandonner les préceptes chers à la marque. La tropicalisation est bien entendu toujours là, mais c'est le viseur qui attirera les regards : Pentax, dont le viseur longtemps référence a été rattrapé notamment par le D90, adopte un nouveau pentaprisme, d'une couverture de 100% du champ et d'un grossissement de 0,92x.

Celui-ci devrait donc s'intercaler entre ceux de l'Olympus E-3 et du Nikon D300, seuls autres «experts» à moins de 1500 euros dotés d'un viseur 100%. Son grossissement est également légèrement inférieur à celui qui, apparu sur le *ist D, équipe encore le K20D, mais sa couverture supérieure devrait au final plus que compenser l'impression de confort. Un nouveau verre de visée est également annoncé, que l'on peut imaginer moins granuleux que les précédents.

Légère mise à jour également du système autofocus : le Saphox VIII laisse la place à un Saphox VIII+. Pas de modification fondamentale : on reste sur un système à onze collimateurs dont neuf en croix ; nous espérerons donc que les retouches concernent par exemple la sensibilité en basse lumière -- le Saphox VIII est bien connu pour sa tendance à prendre quelques fractions de seconde pour peaufiner la mise au point en soirée.

Grosse nouveauté en revanche pour le système de mesure, qui lui non plus n'avait pas connu de révolution depuis 2003. Il passe à 77 zones, certes loin de la mesure couleur 420 pixels du Nikon D90, mais dominant le E-3 (49 zones) et l'EOS 50D (35 zones). La correction d'exposition atteint pour sa part 5 IL de latitude, contre 3 IL maximum sur les modèles précédents.

Le K-7 pourra recevoir une poignée de prise de vue verticale. Le flash est articulé en arrière du prisme, augmentant nettement le déport de la potence.


L'obturateur, enfin, est renforcé pour monter à 1/8000 s, et la synchro flash atteint 1/250 s -- ceci dit, le flash intégré, dont la potence est articulée plus en arrière au profit du dégagement, dispose désormais de la synchronisation haute vitesse jusqu'alors réservée aux flashes externes.

Le capteur, enfin, n'est pour sa part pas une nouveauté : il ressemble fortement à celui apparu avec le K20D. Il faut reconnaître que 14,6 mégapixels sont plus que suffisants pour la plupart des utilisations, permettant déjà de généreux recadrages même pour des impression 30x45 cm. La plage de sensibilités n'évolue pas non plus (100 à 6400 iso), et est toujours réglable par 1/3 IL (notamment en mode TAv, où ouverture et vitesse sont choisies par le photographe et où l'appareil ajuste l'exposition en jouant sur les iso).

S'il y a modification, c'est donc sur le rythme de lecture. D'une part, la rafale, faiblesse du K20D, est revue à la hausse : avec 5 images par seconde, le K-7 reprend la main sur le D90 et rejoint l'Alpha 700 et les experts d'Olympus. La différence avec les D300 et EOS 50D (6 images par seconde) sera peu sensible, tous ces appareils se tenant en pratique dans un mouchoir. Mieux, le tampon est largement dimensionné : il accepte 17 images en Raw (DNG ou PEF), et 40 vues Jpg (en pratique, cela devrait être un minimum en particulier avec des cartes SDHC rapides).

De profil, on note le raccourcissement du prisme, désormais aligné sur la poignée, et le changement de côté de la prise de télécommande. La molette est désormais inclinée vers le haut. Sur le flanc gauche, outre les connexions habituelles (dont la synchro flash), on note les prises vidéo : HDMI pour la lecture, micro pour l'enregistrement.

D'autre part, comme le veut la règle du moment, le K-7 adopte la vidéo. Point de Full HD cependant : le mode standard sera en 720p, et un très original mode 1536x1024 pixels, reprenant donc le format 3:2 habituel en photographie, sera également proposé. Une sortie HDMI est prévue. Un bémol, mais de taille : le K-7 enregistrera ses vidéos en Mjpeg, solution facile à monter mais beaucoup plus lourde (ou beaucoup moins qualitative, selon la compression choisie) que le H.264 par exemple.

On notera en revanche que la stabilisation, dont sont équipés tous les reflex de la marque depuis le K100D, fonctionne en continu pendant la vidéo. Et, surtout, le K-7 propose au-dessus de la prise HDMI une entrée micro, permettant ainsi d'utiliser un appareil de prise de son externe. Les esprits chagrins regretteront l'absence de prise casque pour vérifier la qualité sonore obtenue, comme il en existe sur l'EOS 5D Mk II, mais le tarif de l'appareil n'est pas le même.

Cosmétique

Étonnamment compact pour un appareil de cette gamme, le K-7 franchit un pas par rapport aux KxxD. Son allure carrée et taillée à la serpe lui permet de proposer un écran 3 pouces, mais les commandes ont été largement redistribuées : outre la molette avant plus inclinée, dont le bien-fondé sera à vérifier lorsque nous aurons l'appareil en mains, on note :

  • la couronne de sélection du mode autofocus passe autour du bouton AF -- elle perturbera sans doute moins les Canonistes empruntant ponctuellement un Pentax ;
  • la touche Fn disparaît, remplacée par un accès direct à ses fonctions par le trèfle, de même que celle de bracketing et le commutateur de stabilisation (sans doute relégués dans les menus) ;
  • une touche directe d'accès au Live View apparaît ;
  • le bouton vert passe sous le pouce ; la correction d'exposition grimpe derrière le déclencheur, où apparaît une touche dédiée à la sensibilité ;
  • la touche AE-L est recentrée, enfin dans le prolongement du pouce et non plus isolée par-dessus la cale arrière ;
  • le levier d'ouverture de la trappe de carte disparaît, remplacé par un plus classique clapet coulissant.

Face supérieure : on note l'arrivée d'un mode vidéo sur la molette de gauche, et de la correction d'exposition et du réglage de sensibilité derrière le déclencheur.

La logique évolue donc peu, mais l'ergonomie devrait y gagner légèrement ; en outre, Pentax indique que la touche Raw pourra être reprogrammée.

Reste à voir si la compacité de l'appareil ne nuira pas à sa prise en mains ; mais Pentax a, avec le K200D aux dimensions comparables, déjà montré un certain savoir-faire dans ce domaine.

Nouvel objectif

Le K-7 inaugure également un nouvel objectif de kit. Les spécifications de celui-ci sont peu originales : il s'agit d'un 18-55 mm, ouvrant à f/3,5 en grand angle et f/5,6 en téléobjectif, et les visuels présentés rappellent très fortement le DA 18-55 mm AL livré avec les précédents appareils.

Cependant, le liseré vert (pas des plus discrets) et la mention WR ajoutés signent la grosse évolution de celui-ci : il est désormais protégé contre les intempéries, le kit K-7 + 18-55 mm WR étant ainsi entièrement tropicalisé. Le surcoût demeure raisonnable : cent euros (le surcoût du 18-55 mm classique livré avec le K20D est d'une cinquantaine d'euros).

Au final, le K-7, disponible mi-juin 2009, devrait être lancé à 1199 euros nu et 1299 euros avec le 18-55 mm WR.

Les informations diffusées par Pentax France étant assez parcellaires, nous vous livrons une fiche technique provisoire et certaines données techniques peuvent changer au dernier moment. Les indications en italiques ne sont pas validées par Pentax France.
Ainsi, certaines spécifications annoncées comme la correction automatique des aberrations chromatiques et de la distorsion de certains objectifs ne sont pas reprises dans la documentation Pentax France. Il faudra donc attendre que Pentax France daigne bien répondre à nos nombreuses questions...

Cela est d'autant plus énervant, qu'il semble que certaines entités Pentax aient été plus généreuses en informations comme en attestent certaines images sur Internet.

Pentax K-7 prise en main

Pentax K-7 : fiche technique synthétique 
Capteur : Nouveau capteur CMOS 14,6 Mpix Samsung. Taille : APS-C 23,4 x 15,6mm (rapport 3:2). 4 canaux de lecture.
Nouveau système antipoussière Dust Removal II avec vibrations ultrasoniques.
Stabilisation par déplacement du capteur.
Sensibilité : 100-3200 ISO, extensible jusqu'à 6400 ISO
Processeur : Nouvelle puce PRIME II (Pentax Real IMage Engine), gestion de la vidéo HD
Visée : Nouveau pentaprisme couverture 100% et grossissement de x0,92
Nouveau verre de visée Natural Bright Matte III
Visée directe sur écran : 100%
Mise au point : Nouveau module SAFOX VIII+ : 11 collimateurs, 9 en croix. Nouveaux algorithmes de traitement. AF single, continu ou manuel.
Visée sur écran : autofocus par détection de contraste avec reconnaissance des visages.
Écran LCD : 3 pouces, 920 000 points, affichage VGA (640x480 pixels)
Mesure exposition : Nouveau module TTL sur 77 segments.Multizones, centrale pondérée et spot
Obturateur : Nouvel obturateur : 30 à 1/8000 s. B, synchro flash 1/250 s.
Mode rafale rapide à 5,2 i/s sur 40 vues JPeg et 14 vues en RAW (DNG) / 15 vues en PEF.
Mode rafale lente : 3,3 i/s jusqu'à remplissage de la carte en JPeg et 17 vues en Raw.
Mode rafale très rapide : 21 i/s sur 115 vues JPeg à 1,6 Mpix.
Modes exposition : Vert, Programme (Hyper Programme), Priorité Sensibilité (Sv), Priorité Vitesse (Tv), Priorité Ouverture (Av), Priorité couple Vitesse/Ouverture (TAv), Manuel.
Correction d'exposition sur +/- 5 IL
Bracketing sur 3 ou 5 images
Dimensions / poids : 130 ,5 x 96,5 x 72,5 mm / 750 g chargé
Boîtier : Châssis en aluminium et boîtier en alliage de magnésium
Protection :   77 joints de protection, résistant au froid jusqu'à -10°C
Fichiers : Raw : PEF, DNG sur 12 bits, 4688x3120
JPeg, Raw + JPeg
Vidéo : AVI (compression Motion JPeg) 1280x720 pixels, 30 i/s
Monture :   Baïonnette KAF2 compatible avce les objectifs KAF3, KAF2, KAF
Support mémoire, connexions : SD/SDHC /  USB2, sprtie AV et HDMI, prise pour micro stéréo externe, alimentation, synchro flash, télécommande infrarouge (option)
Alimentation : Nouvelle batterie Li-ion DL-I90 (740 vues avec 50% au flash)

Il est, par ailleurs, intéressant de comparer les dimensions du nouveau Pentax K-7 avec ses principaux concurrents (Canon 50D, Nikon D300, Olympus E-30...). Le résultat est plutôt surprenant.

Pentax K7 comparaison
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation