Pentax dévoile aujourd'hui le K-r. Un reflex qui associe une image à 12 Mpx à un mode vidéo HDTV 720p. Le boîtier sera décliné en 3 coloris. Le K-r ne remplace pas le K-x (qui devrait rester au catalogue comme reflex très abordable) et vient compléter la gamme actuelle.

Pentax K-r prise en main test review

Prise en mains

Tout comme le K-x, le nouveau boîtier reflex Pentax ne dispose pas d'une construction tout temps (il ne dispose pas de joints d'étanchéité aux endroits stratégiques : trappe batterie, logement carte, joint sur l'optique 18-55 mm livré en kit...). 
Le boîtier est assez compact (12,5 x 9,7x 6,7cm), mais la construction est assez soignée pour un reflex de cette gamme. La poignée est assez large et bien dessinée pour une préhension agréable. Les diverses commandes sont bien positionnées et vous retrouverez la commande Verte qui permet de revenir rapidement à un mode automatique lorsque vous avez décidé de travailler en mode Manuel. Une sorte de touche antipanique...
Le viseur est agréable avec un grossissement important (0,85x)  et un bon dégagement oculaire pour les porteurs de lunettes. 

Pentax K-r face prise en main test review

Le K-r ne disposant pas d'écran LCD de contrôle sur le dessus de l'appareil, tous les réglages devront être réalisés sur l'écran arrière de l'appareil. Une simple pression sur la touche Info affiche un récapitulatif des principaux réglages : vitesse, ouverture, sensibilité, format de fichier, stabilisation...Les différentes options sont modifiables via le trèfle de sélection et la molette arrière. Une seconde pression sur Info dirige vers un panneau qui permet de modifier rapidement d'autres options comme le rendu colorimétrique, la stabilisation, la mesure d'expo, le mode autofocus, le format raw...

Le module autofocus est un SAFOX IX  à 11 collimateurs sélectionnables, mais nous n'avons aucune précision sur les possibles améliorations. Lors de notre prise en mains (modèle de présérie), l'autofocus  s'est montré toujours un peu hésitant en basse lumière et nous n'avons pas noté de différence avec le précédent modèle. Le K-r dispose d'une LED (rouge) pour épauler l'autofocus en basse lumière. Malheureusement  Pentax ne propose toujours pas une optique de kit 18-55 mm équipée d'une motorisation SDM plus rapide et surtout plus silencieuse. Pentax devrait au moins proposer des offres groupées avec le 17-70mm f/4 AL (IF) SDM ou le plus onéreux 16-50mm f/2,8 ED AL [IF] SDM. Contrairement au K-x, le ou les collimateurs actifs sont affichés dans le viseur optique. La mesure s'effectue toujours à l'aide d'une cellule à 16 segments.

Pentax K-r dos prise en main test review

Fonctionnalités évoluées

Le Pentax K-r fourmille d'options plus ou moins intéressantes selon votre profil photographique. Ainsi, vous pouvez piloter un groupe de flashes distants sans fil, mais également créer rapidement une image HDR par une succession d'images réalisées avec différents temps de pose. Vous pourrez également jouer avec des paramètres afin de retrouver des détails dans les zones claires ou les tons foncés, corriger à la volée la distorsion et les aberrations chromatiques de certaines optiques ou développer votre créativité avec des filtres (fish-eye, rétro...). Les plus techniques apprécieront de pouvoir régler précisément la balance des blancs ou les problèmes de front ou back focus de certaines optiques. Les images peuvent être directement marquées avec un copyright. 

12 Mpx, 25600 ISO et 6 i/s

Le Pentax K-r conserve le CMOS de 12 Mpix, mais améliore sensiblement le traitement des données. Ainsi, le reflex peut monter en sensibilité jusqu'à 25600 ISO. Impossible de montrer des images réalisées avec le boîtier (il s'agissait d'un prototype), mais les clichés que nous avons pu visualiser montrent une très bonne tenue jusqu'à 3200 ISO et des images exploitables à 6400 ISO. Des résultats plutôt prometteurs donc, même si les plus hautes sensibilités seront sans doute avant tout des arguments marketing.

Pentax K-x test review prise en mains

L'autre bonne nouvelle est l'amélioration de la rafale qui passe de 4,7 à 6 i/s. Voilà de quoi contenter les quelques photographes sportifs. Reste à savoir si l'autofocus sera capable de suivre le rythme.

Nouvel écran, nouvelle alimentation

Par rapport au K-x, le K-r se dote d'un bel écran de 7,6 cm capable d'affiche 920 000 points. Les angles de vision sont larges et l'écran est vraiment confortable notamment pour la visée directe qui est beaucoup plus détaillée. Si le K-x fonctionnait avec 4 piles AA, le K-r évolue notablement avec la possibilité d'utiliser au choix des piles (via un adaptateur et une autonomie portée à 1000 images avec des piles lithium) ou une batterie plus classique (470 images).

Pentax K-r alimentation pilePentax K-r alimentation batterie test review

Astucieux, il est possible via un adaptateur (apparemment optionnel ??) d'utiliser au choix des piles ou une batterie dans le K-r de Pentax.

Mode vidéo

Pentax ne fait malheureusement pas évoluer son mode vidéo. Le K-r conserve un format HDTV 720p à 25 i/s (.AVI, Motion-JPeg) alors que la plupart des concurrents ont basculé en AVCHD moins gourmand en espace, mais plus délicat à monter, il est vrai. Le son est enregistré en mono et le boîtier ne dispose pas d'entrée micro pour une prise de son stéréo. il faudra donc s'équiper d'un équipement supplémentaire pour des résultats plus convaincants. En outre, l'autofocus par détection de contraste reste toujours aussi lent et finalement peu utilisable. On regrettera l'absence d'une sortie HDMI pour visionner facilement et directement les vidéos sur un téléviseur compatible.

Pentax K-r prise en mains test review

Le Pentax K-r sera disponible au mois de septembre pour 649 euros nu et 699 euros avec un 18-55 mm.

> Fiche technique complète du Pentax K-r

Notre premier avis :

Le Pentax K-r est une belle évolution du K-x, mais sur le segment reflex à 600 euros, il aura fort à faire face à une concurrence acharnée avec un tout nouveau Nikon D3100, le Canon 500D ou le Sony Alpha 560. Certes le Pentax K-r a de bons arguments comme l'écran LCD 920 000 points, un bon viseur optique, une stabilisation intégrée, une rafale intéressante et probablement une bonne qualité d'image jusqu'à 6400 ISO. Certains apprécieront également les nombreux réglages (micro-ajustements de l'autofocus, balance des blancs ajustable, gestion de flashes sans fil, alimentation variée...).Toutefois, le modèle reste un peu faible face à la concurrence sur le mode vidéo (720p contre du HDTV 1080) et la définition des images (14 et 15 Mpx) et l'absence de sortie HDMI.

Face au Nikon D3100 : le nouveau Nikon dispose d'un capteur CMOS nouvelle génération de 14 Mpx et d'une électronique revue. Les images en haute sensibilité ne devraient pas décevoir si l'on considère l'excellent niveau atteint par le D90. Côté vidéo, le D3100 met la barre assez haute avec un mode HDTV 1080 (H.264 à 24 i/s, son mono). Le plus remarquable reste l'autofocus par détection de contraste plus rapide que la plupart des concurrents et disponible en permanence. Sur ce plan et sur des boîtiers reflex à moins de 600 euros, le D3100 est le plus rapide. Le D3100 a pourtant quelques lacunes comme un écran peu défini (230 000 points) et un viseur optique très petit. Son mode rafale reste également scotché à 3 i/s. Tout comme le K-r, le D3100 ne dispose pas d'entrée micro stéréo.

Face au Canon 500D : boîtier déjà un peu ancien, le 500D reste dans la course avec un prix revu à la baisse et une fiche technique intéressante : capteur CMOS à 15 Mpx, sensibilité jusqu'à 12800 ISO, mode vidéo 1080p (attention à 20 i/s uniquement et son mono) ou 720p à 30 i/s, écran LCD de 7,6 cm (920 000 points) et un viseur optique assez grand et lumineux. 
Le Canon 500D reste toutefois un reflex très "classique" et ne dispose pas de petites options intéressantes comme la gestion de flashes distants sans fil ou un autofocus par contraste rapide. Comme les deux précédents boîtiers, le 500D ne dispose ni d'entrée micro, ni de sortie casque. 
 

Face au Sony Alpha 560 : malgré sa sortie reportée au début de l'année 2011, le Sony Alpha 560 présentera une fiche technique intéressante avec, pour la première fois sur un reflex Sony, un mode vidéo HDTV 1080i (AVCHD). Le son est enregistré en stéréo directement sur le boîtier et ce dernier dispose également d'une entrée micro et d'une sortie HDMI. À l'intérieur, le A560 renferme un capteur CMOS à 14 Mpx stabilisé et un nouveau module AF à 11 points (+ 4 collimateurs d'assistance). Cet autofocus par corrélation de phase est disponible pendant la visée directe sur écran grâce à la présence d'un second capteur. Dernier atout, le A560 est doté d'un bel écran LCD (7,6 cm, 920 000 points) monté sur une charnière. Un vrai plus pour le mode vidéo. La rafale, elle, est capable de 5 i/s. Seul, le viseur (grossissement de 0,8x) laisse un peu sur sa faim. Bien sûr, il sera intéressant de surveiller également le Sony Alpha 33 qui propose un véritable mode vidéo fonctionnel pour à peine 50 euros de plus avec un autofocus à corrélation de phase permanent . Le nouveau capteur CMOS délivre 14 Mpx est bien sûr stabilisé et le boîtier propose un écran LCD orientable capable d'afficher 920 000 points ainsi qu'un viseur tout électronique qui pourra en dérouter certains.

 
Sony Alpha 33
Sony Alpha 560


 
 

Source : Pentax France


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation