L'année 2014 est placée sous le signe du compact expert de poche. À date, nous n'avons pas moins de 4 boîtiers actuellement en concurrence : le Sony RX100 Mk3, le Panasonic LX100, le Fujifilm X30 et le Canon G7X.

Chacun possède des qualités et naturellement des défauts, et il n'est pas simple de faire un choix. Pour vous aider un peu (ou pas du tout...), nous vous proposons une série de 4 tests afin de les départager sur plusieurs aspects de la qualité d'image : le bokeh, la précision, le bruit électronique et le mode macro.

Sont RX100 Mark III

Sony RX100 Mark III

Canon G7x

Canon G7X


Fujifilm X30

Fujifilm X30

Panasonic LX100

Panasonic LX100


Bokeh (le fameux flou)

L'une des raisons de choisir un compact expert est de pouvoir utiliser une optique lumineuse et ainsi créer un beau flou arrière afin de détacher le sujet de l'arrière-plan. C'est particulièrement pratique pour réaliser des portraits.

La profondeur de champ dépend de 3 paramètres :
  • - la focale : plus elle est grande, plus la profondeur de champ est courte ;
  • - la luminosité de l'optique : plus l'optique est lumineuse, plus la profondeur de champ est petite ;
  • - la distance de mise au point : plus celle-ci est courte, plus la profondeur de champ l'est également.

Alors pourquoi faut-il utiliser un grand capteur (ceux des reflex par exemple) pour minimiser la profondeur de champ ? En réalité, la taille du capteur va influencer un autre paramètre : la focale. Ainsi, pour obtenir l'angle de champ d'une focale réelle de 50 mm, il faut utiliser une focale d'environ 33 mm sur un capteur APS-C (coefficient multiplicateur de 1,5x) et ainsi de suite avec des capteurs de plus en plus petits. Pour un capteur 1", le coefficient multiplicateur est d'environ 2,7x, la focale réelle sera donc 2,7 fois plus petite. Et plus cette focale est courte, plus la profondeur de champ est grande.

Pour notre test, Johana s'est portée volontaire pour quelques portraits. Nous avons positionné les appareils à la plus longue focale et à la plus grande ouverture en essayant à chaque fois de conserver le même cadrage, avec tous les aléas d'une prise de vue à main levée.

Les protagonistes sont les suivants :
  • - Canon G7X : capteur 1", zoom optique 8,8-36,8 mm f/1,8-2,8 ;
  • - Fujifilm X30 : capteur 2/3", zoom optique 7,1-28,4 mm f/2-2,8 ;
  • - Panasonic LX100 : capteur 4/3, zoom optique 10,9-34 mm f/1,7-2,8 ;
  • - Sony RX100 Mark III : capteur 1", zoom optique 8,8-25,7 mm f/1,8-2,8.

Sur le papier, c'est le Panasonic LX100 qui dispose de la plus grande focale à f/2,8 et devrait donc proposer les images avec la profondeur de champ la plus réduite. À l'inverse, c'est le Sony RX100 Mark III qui devrait avoir la plus grande profondeur de champ avec la focale la plus courte à f/2,8.
Pour des raisons de simplification, nous laisserons de côté la question du cercle de confusion, qui varie en fonction de la taille des photodiodes et va également influencer le rendu du flou. Ci-dessous, vous trouverez les 4 portraits ainsi que les détails.

Fujifilm X30 portrait Canon G7X portrait
Portrait Panasonic LX100 Portrait Sony RX100 Mark III

La gradation évoquée précédemment est bel est bien vérifiée sur le terrain. Le flou arrière du LX100 est plus prononcé que ceux des autres boîtiers. Le plus étonnant est la différence entre le RX100 Mark III et le G7X. Pour quelques millimètres de focale, elle est bien visible. Notre préférence en termes de bokeh va donc comme suit, de manière subjective et décroissante : LX100, G7X, X30 et RX100 Mk3.

Compacts experts G7X, Rx100 Mark III, LX100 et X30 comparaison bokeh

Précision de l'optique

Un autre aspect important pour un compact expert reste bien évidemment la qualité de l'optique. Les images doivent être piquées, le plus homogènes possible, et ce, dès la pleine ouverture.
S'il n'est pas possible de comparer toutes les focales et toutes les ouvertures (on se reportera aux tests complets), nous avons choisi de photographier la superbe vue disponible depuis notre balcon. Les boîtiers sont configurés à 100 ISO et l'optique, positionnée à 28 mm et f/5,6, ce qui est assez classique pour un paysage. Cette scène nuageuse permettra également de comparer (rapidement, car les conditions lumineuses en extérieur ne sont évidemment jamais identiques...) la dynamique des différents appareils.

Pour faciliter la comparaison, nous avons également réalisé des extraits d'images normalisées pour un tirage 40 x 60 cm à 180 dpi.

Au centre, les capteurs de 20 Mpx l'emportent facilement avec des images bien détaillées et une accentuation un peu poussée sur le RX100 Mk3. Le LX100 arrive en 3e position avec un bon rendu malgré sa définition de 13 Mpx seulement. Le Fujifilm X30 arrive en dernière position, avec à la fois un manque de précision de l'optique et une définition un peu faible par rapport à la concurrence. Ce manque de précision, nous l'avons déjà noté sur la montée ISO avec une focale équivalente à 50 m.

Fujifilm X30 paysage
Fujifilm X30
Canon G7X paysage
Canon G7X

Panasonic LX100 paysage
Panasonic LX100
Sony RX100 Mark III paysage
Sony RX100 Mark III

Ci-dessous, des extraits au centre de l'image.



Sur les bords, même constat : le Sony RX100 Mk3 et le Canon G7X sont devant le Panasonic LX100, qui devance lui-même le Fujifilm X30.

compacts experts G7X, Rx100 Mark III, LX100 et X30 comparaison précision optique

Concernant la dynamique, nous retrouvons ici le problème déjà évoqué dans notre test du LX100 de Panasonic : le ciel est percé à plusieurs endroits et manque cruellement de détail. Les autres boîtiers s'en sortent bien mieux avec de plus belles modulations dans les tonalités de gris. Même le petit capteur 2/3" du X30 offre un bien meilleur rendu.

Bruit électronique

La bonne gestion du bruit électronique dans les hautes sensibilités ISO est également un critère important. Ici, deux points sont à prendre en considération : la taille des photodiodes (plus elles sont grandes, plus elles peuvent collecter facilement la lumière), et la définition.
La définition permet de faire plus ou moins ressortir le bruit électronique sur un tirage donné. Plus la définition est importante, moins le bruit est visible à tirage égal. Or pour une taille de capteur donnée, plus la définition est importante, plus les photodiodes sont petites. La bonne gestion du bruit électronique est donc un savant dosage entre définition, taille des photodiodes et algorithmes de traitement des données.

Ceux qui suivent Focus Numérique depuis des années reconnaîtront sans doute ci-dessous la première scène utilisée pour les montées ISO : un retour aux sources pendant la refonte de notre labo pour tester les dernières nouveautés technologiques. Comme pour les autres tests, nous avons aussi réalisé des extraits à 100 % d'images normalisées pour un tirage 60 x 40 cm à 180 dpi.

 

Fujifilm X30 bruit
Fujifilm X30
Canon G7X bruit
Canon G7X

Panasonic LX100 bruit
Panasonic LX100
Sony RX100 Mark III bruit
Sony RX100 Mark III

Là encore, et c'est assez logique finalement, les grands capteurs l'emportent plutôt facilement sur le 2/3" du Fujifilm X30. Ce dernier présente une image vraiment plus granuleuse et moins précise que ses concurrents. Le Sony RX100 Mk3, qui dominait jusqu'à présent la compétition sur la gestion du bruit électronique, se trouve distancé par le Canon G7X et le Panasonic LX100. Entre ces deux derniers, nous avons une préférence pour les résultats délivrés par le capteur 4/3 de Panasonic.

compacts experts G7X, Rx100 Mark III, LX100 et X30 comparaison bruit électronique

Mode macro

Retour sur l'optique pour nous intéresser ici au mode macro. Les quatre boîtiers proposent des distances de mise au point différentes. Le plus impressionnant est ici le Fujifilm X30 qui permet pratiquement de coller l'optique au sujet en mode super macro. Il remporte donc cette étape de la compétition.

Comme pour les autres tests, des extraits à 100 % d'images normalisées sont proposés.

Fujifilm X30 macro
Fujifilm X30
Canon G7X macro
Canon G7X

Panasonic LX100 macro
Panasonic LX100
Sony RX100 Mark III macro
Sony RX100 Mark III

La profondeur de champ du Fujifilm X30 est extrêmement réduite. Dans le domaine de la macro, le LX100 se débrouille également très bien.

compacts experts G7X, Rx100 Mark III, LX100 et X30 comparaison macro

Il est intéressant de noter que la plus grande définition des capteurs 1" à 20 Mpx permet également de se rapprocher "numériquement" du sujet par un simple recadrage. Toutefois, et même avec 20 Mpx, il est n'est pas évident de conserver autant de matière que nécessaire pour rivaliser avec le mode macro optique.

comparaison macro après recadrage et mise à l'échelle

Premier bilan

Il serait bien réducteur d'établir des conclusions définitives sur ces quatre compacts experts à partir de ces 4 premiers tests. Il convient de prendre également en compte d'autres caractéristiques comme la visée (viseur, écran), la réactivité, l'autofocus, la prise en main, l'ergonomie, le mode vidéo... Et pour cela, il faut attendre les tests complets.

Il n'en reste pas moins que nous pouvons d'ores et déjà en tirer quelques enseignements : les grands capteurs dominent largement la compétition, avec un bokeh plus prononcé et une meilleure gestion du bruit électronique. sur ce point, il n'y a aucun doute. Reste au constructeur à redoubler d'effort et d'ingéniosité pour conserver des zooms lumineux et une bonne compacité. Nous sommes impatients de voir les réactions d'Olympus, Nikon, Samsung et pourquoi pas Ricoh-Pentax.

C'est une tendance désormais bien enclenchée et pour l'instant seul Fujifilm
PARTAGER

Vos réactions sur le forum :
4 compacts experts en lice



Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation