Panasonic dévoile le Lumix GF1 (600 euros nu), un appareil 12 Mpix à objectif interchangeable compact et capable de filmer en HDTV 720p.

 
Panasonic GF1
Vous pouvez consulter la fiche technique du Panasonic Lumix GF1 sur le site de Panasonic.
 

En présentant le système micro 4/3 il y a un peu plus d'un an (août 2008), Panasonic et Olympus ont ouvert la voie à la possibilité de créer des appareils photo à objectif interchangeable plus compacts et plus légers en retirant tout simplement la chambre reflex. Les premières réalisations de Panasonic, les G1 et GH1, ont surpris certains par leurs formes finalement assez proches des reflex actuels. Certes, les G1 et GH1 sont plus petits que les boîtiers reflex, mais ceux-ci restent relativement encombrants.
Le premier essai d'Olympus sur les terres du micro 4/3, le Pen E-P1, est sans doute plus proche de l'attente de nombreux photographes qui recherchent un appareil compact et discret. L'E-P1 avec son objectif 17 mm f/2,8 au format "crêpe". Pour autant, le modèle d'Olympus n'est pas exempt de défauts à l'image de l'écran qui n'affiche que 230 000 points, l'absence de viseur électronique, la mise au point un peu lente, l'absence de flash intégré et l'autonomie de la batterie un peu faible.

Avec le Lumix GF1, Panasonic propose un compact à objectif interchangeable assez proche du E-P1 dans le format (les mensurations sont assez proches) et dont la carrosserie s'inspire grandement du LX3. Ainsi, le volume du GF1 est 35% moindre par rapport à un GH1 et 25% plus léger : pas mal ! Surtout que le GF1 conserve certaines caractéristiques importantes comme le flash intégré ou l'écran LCD de 7,6 cm (3 pouces) capable d'afficher 460 000 points. Reste à savoir si le traitement antireflet aura été amélioré, ce dernier point étant généralement le talon d'Achille des appareils Panasonic.

Panasonic GF1 dessus
Un haut-parleur est présente sur le devant de la griffe flash et un petit trou à droite permet au GF1 d'enregistrer en mono uniquement.

Le GF1 ne dispose ni d'un viseur optique, ni d'un viseur électronique comme le G1. Toutefois, un connecteur situé sous la griffe du flash permet de brancher un viseur électronique optionnel comme le propose le Ricoh GX100 ou le GX200 par exemple. Si l'idée est excellente (la visée est 100% quel que soit l'objectif utilisé), la réalisation semble décevante...très décevante même. En effet, en lieu et place de l'excellent viseur électronique des G1 et GH1 qui affiche pas moins de 480 000 "vrais" pixels (480 000 points alternativement rouge, vert et bleu), le viseur optionel du GF1 (LV1 : 200 euros tout de même...) ne propose que 202 000 points soit une définition (navrante) de 67 000 pixels. La différence est importante. Reste à mettre un oeil dans l'oculaire pour se faire un avis, car le viseur électronique a l'avantage de proposer une couverture de champ de 100% quelque soit l'optique utilisée.

Sur le dessus de l'appareil, vous trouverez donc un flash pop-up, une griffe pour flash et accessoires, un barilet de sélection des modes d'exposition, une commande pour la motorisation (rafale, retardateur...), un raccourcis pour le mode vidéo et le bouton de mise sous tension. Le GF1 propose à la fois les traditionnels modes mode P,S,A et M, mais également des modes personnalisables, des modes scène et un mode iA comme sur la plupart des compacts de la marque. Ainsi, le GF1 sera capable d'analyser la scène photographiée (visage, sujet en mouvement...) afin de configurer au mieux les paramètres de prise de vue. Une palette de couleur sur le barillet propose également d'entrer dans le mode "My Color Mode" qui, à l'image des filtres artistiques d'Olympus, permet d'apporter un peu de créativité dans les images avec différents modes comme Rétro, Monochrome, Pure ou Elegant.

Panasonic GF1 dos
Le dos du dernier Panasonic Lumix GF1 présente de nombreuses similarités avec les compacts de la marque.

Toujours d'un point de vue ergonomique, le Panasonic GF1 propose toujours une molette cliquable (ô joie !) à l'arrière du boîtier pour changer et valider rapidement les options. Le dos du compact est par ailleurs assez impressionnant avec une véritable poussée acnéique et pas moins de 12 boutons pour gérer le flash, le mode lecture, la mémorisation d'exposition, le mode autofocus, l'accès rapide aux réglages, la sensibilité ISO...

À l'intérieur, les évolutions sont minimes. Le GF1 embarque un capteur 4/3 Live MOS de 12,1 pixels identique à celui du G1. Attention, il ne s'agit pas du capteur du GH1 qui dispose de 14 millions de pixels pour réaliser différents rapports (4:3, 16:9 et 3:2) en conservant pratiquement la même définition. Sur le GF1, les images sont bien recadrées. Du GH1, le nouveau boîtier hérite par contre du processeur de traitement des images Venus Engine HD, le GF1 devrait délivrer des images d'une qualité assez proche de celles du GH1. Un bon point, car si le traitement du bruit électronique du GH1 n'est pas à la hauteur d'un reflex comme le Nikon D5000, il reste largement supérieur à n'importe quel compact expert du moment. Voilà qui est prometteur.

Panasonic GF1 flash
Le Panasonic GF1 dispose d'un flash pop-up doté d'une potence assez haute pour limiter les yeux rouges. La correction s'effectue de -2/+2 IL.

Bien sûr, c'est au niveau de l'autofocus que le GF1 est attendu. Sur ce point, pas de surprise, puisque le compact reprend le module déjà présent sur les Lumix G1 et GH1. Le photographe dispose donc d'un autofocus par contraste très rapide et d'un module AF sur 23 points et la possibilité de choisir manuellement un collimateur. Le GF1 dispose également d'un mode suivi du sujet et de la reconnaissance des visages. Sur ce point, le GF1 devrait tenir la dragée haute aux autres compacts et également à l'Olympus E-P1. Signalons qu'avec certaines optiques (le 14-140 mm HD), le GF1 est également capable de réaliser une mise au point continue et silencieuse pendant l'enregistrement vidéo. Une fonctionnalité pour l'instant unique à la gamme G de Panasonic.

Panasonic GF1 viseur électronique
Le viseur électronique (200 euros) se connecte à la fois au boîtier et sur la griffe porte flash.

Bien sûr, le nouveau compact se trouve être également doué de la fonction vidéo et reprend les caractéristiques du GH1, mais dans la seule définition 1280x720 pixels et avec moins de réglages. Le capteur est capable d'enregistrer 25 images pleines par secondes, mais en sortie, le fichier a une cadence de 60 images pleines par seconde au format AVCHD Lite (compression H.264). Il est également possible d'enregistrer les vidéos en Motion JPeg. Dans ce format, le montage est plus facile (les images sont encodées séparément), mais la taille des fichiers est supérieure. Petite déception au niveau du son. Le GF1 est équipé d'un simple micro mono et ne dispose pas d'entrée micro externe. Dommage. Pour la visualisation des vidéos, le GF1 dispose d'une sortie au format mini HDMI.
Panasonic 20 mm crêpe f/1,7     Panasonic 45 mm macro f/2,8

Le Panasonic GF1 est accompagné d'un intéressant 20 mm lumineux f/1,7 au format crêpe (aplati) et d'un objectif macro (enfin) 45 mm f/2,8 (eq. 90 mm en 24x36).

Deux nouvelles optiques sont également présentées : un 20 mm f/1,7 au format "panecake" et un objectif macro 45 mm f/2,8. stabilisé Le 20 mm est très intéressant non seulement par son gabarit qui rend le GF1 discret, mais pour sa luminosité appréciable à la fois pour le flou arrière et les sujets en lumière difficile. Un bon point, car contrairement au E-P1 d'Olympus, le GF1 ne dispose pas d'un système de stabilisation intégré. Le modèle macro stabilisé vient, quant à lui, combler une lacune importante. Il faut noter que les deux optiques ne sont pas estampillées HD et ne dispose donc pas d'un autofocus silencieux en vidéo.

Lors de la présentation du GF1, d'autres objectifs ont été annoncés pour les années à venir (2010 normalement) avec notamment un fisheye 8 mm f/3,5, un intéressant grand-angle 14 mm (28 mm eq. 24x36) f/2,8 et un tout petit, mais impressionnant 100-300 mm (200-600 mm eq.24x36) f/4-5,6.

Panasonic nouveaux objectifs micro 4/3

Notre premier avis : sur le papier, le Panasonic GF1 est séduisant. Il renferme dans un petit boîtier compact et élégant les grandes lignes des précédents modèles de la plateforme G avec un système antipoussière performant, un autofocus rapide et agréable, un écran LCD de qualité, tous les modes débrayables, mais également le performant mode automatique iA. Bien sûr, par rapport à son grand frère GH1, il y a quelques manques comme le mode vidéo HDTV 1080p et l'enregistrement audio stéréo. Pas d'écran rotatif non plus, mais la compacité a un prix. Plus regrettable, le viseur électronique optionnel n'est vraiment pas à la hauteur des modèles proposés sur les G1 et GH1. De petites évolutions auraient également été bienvenues comme un niveau électronique, un rétro éclairage des touches et une réorganisation des menus, avec une aide et une personnalisation plus poussée du boîtier. Une prise en main devrait très prochainement étoffer notre avis.

Le Panasonic Lumix GF1 sera disponible en noir, argent et blanc (la version rouge ne sera pas disponible en France) pour 600 euros nu, 800 euros en kit avec un 14-45 mm et 900 euros avec le 20 mm crêpe f/1,7. Les premiers boîtiers devraient être disponibles au mois d'octobre.
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation