Panasonic met à jour sa gamme de compacts à objectifs interchangeables avec un nouveau G3 à la fois plus petit et plus complet proposé à 600 euros nu et 700 euros avec un 14-42 mm f/3,5-5,6 stabilisé.

Panasonic G3 prise en mains
Le Panasonic G3 dispose d'un écran LCD (7,5 cm, 460 000 points) monté sur rotule latérale.

Après un G2 en demi-teinte, Panasonic revoit en profondeur son boîtier et propose un G3 très alléchant sur le papier.

Nouvel oeil photographique

Débutons notre tour du propriétaire par le capteur. Pour le Lumix G3, les ingénieurs de Panasonic ont développé un nouveau capteur Live MOS de 16 Mpx (15,8 millions de pixels pour être précis). Celui-ci est différent du capteur 16 Mpx multiaspects (18 Mpx au total) qui équipe le GH2 présenté en septembre de l'année dernière.
Comme à chaque renouvellement de capteur, Panasonic nous promet une amélioration de la qualité des images, mais certains douloureux souvenirs (le nouveau capteur MOS qui équipe certains compacts, dont le TZ20) restent dans nos mémoires.

Contrairement au capteur du GH2 qui dispose de convertisseurs analogique/numérique (A/N) au niveau des photodiodes, le capteur du G3 reste plus conventionnel, mais le schéma des circuits est différent. Ainsi, deux unités de réduction du bruit électronique sont désormais intégrées. Le premier est présent au niveau de la lecture de la photodiode. La seconde unité se trouve au niveau de l'amplification du signal. Nous sommes donc très impatients de constater les évolutions du capteur sur la qualité des images. Des images qui devraient s'approcher de celles du GH2 pour ce qui est de la gestion du bruit électronique.

La vidéo HDTV 1080i

Le Panasonic G2 avait apporté l'enregistrement vidéo (véritable lacune du G1), mais en 1280x720 pixels seulement. Le G3 rectifie le tire et offre un mode vidéo plus complet capable d'enregistrer des clips en HDTV 1080 à la cadence de 60 i/s en entrelacé. Comme sur les précédents modèles, le capteur est bel et bien capable d'enregistrer les vidéos à la cadence de 30 images pleines par seconde. Au final, et sur un téléviseur HDTV, la trame est invisible. Le G3 enregistre donc en HDTV 1080 (60i, 17 Mbits/s), 720 (60p, 17 Mbits/s, dans ce cas il est probable que le nombre d'images soit doublé) et VGA (30 i/s). Les codecs de compression sont l'AVCHD (h.264) ou le Motion JPeg (720p uniquement). Côté captation sonore, le G3 propose d'origine un micro stéréo au niveau de la griffe porte-flash, mais contrairement au G2, il n'est plus possible de connecter un micro stéréo sur la prise de télécommande. Nous regrettons toujours l'absence d'une prise casque pour avoir un retour son lors de l'enregistrement vidéo.

Électronique et autofocus

À l'intérieur, le G3 intègre une puce de traitement Venus Engine VI FHD (3 coeurs) qui, outre l'enregistrement vidéo HDTV 1080, propose une rafale à 4 i/s en pleine définition. Un mode rapide permet d'atteindre 20 i/s avec des images de 4 Mpx. Le processeur est également un élément important pour la mise au point. Le G3 bénéficie de la nouvelle technologie d'analyse des images (balayage à 120 i/s) déjà présente sur le GH2 et qui permet une mise au point très rapide. Panasonic annonce une latence d'environ 0,1 s avec le 14-140 mm et 0,18 s avec le 14-42 mm livré en kit. Une réactivité digne des reflex experts les plus performants. Nos premiers essais confirment le discours : le G3 est rapide, même avec peu de lumière. En outre, l'autofocus fonctionne désormais sur toute la surface de l'image et n'est plus limité à une partie de la zone cadrée. 
L'écran tactile permet de peaufiner la mise au point manuelle. Ainsi, une portion de l'image permet de vérifier à l'aide d'un zoom la netteté du sujet tout en conservant l'intégralité de l'image cadrée sur l'écran. 

Prise en mains

Le G3 est nettement plus ramassé que son prédécesseur (115 x 84 x 47mm contre 124 x 84 x 60 mm pour le G2). Panasonic annonce une réduction de 25% du volume par rapport au G2. En mains, le nouveau compact à objectifs interchangeables est effectivement très petit. D'un point de vue gabarit, le G3 est assez proche d'un Samsung NX10 par exemple, mais l'imposant viseur électronique brise un peu trop le galbe du boîtier et rend finalement le boîtier assez encombrant.

Panasonic G3 prise en mains appareil de profil

 Sur l'avant, le G3 dispose d'un renflement qui officie en poignée. La préhension est agréable et l'appareil tient bien en mains.

Panasonic G3 vue de dessus prise en mainsPanasonic G2 dessus

Le Panasonic G3 (haut) versus G2 (bas). L'interface a subi une sérieuse cure de simplification.

Depuis le GF3, la ligne directrice de Panasonic vise clairement à la simplification des appareils photo. Le G3 n'échappe donc pas à la règle et l'interface est revue en profondeur. La plupart des raccourcis présents sur le G2 disparaissent au profit d'une seule et unique molette de sélection des modes d'exposition qui regroupe désormais les classiques PSAM, les modes scènes et deux modes personnalisés. Seule autre commande, la touche iA trône à côté du déclencheur. 

Panasonic G3 dos prise en mains
Pas de touche AEL ? Qu'importe. Vous pouvez attribuer à la touche Fn1 cette fonction. Notez toutefois que la position assez basse de la touche rend son accès peu pratique.

Au dos, vous trouverez par contre une interface assez classique avec un trèfle de sélection (sensibilité ISO, balance de blancs, zone autofocus, morotisation) et deux touches personnalisables (Fn1 et Fn2). Une commande pour lancer l'enregistrement vidéo est également présente. Vous noterez également la présence d'une commande pour basculer d'une visée sur écran au viseur. Les deux détecteurs de présence ayant malheureusement disparu, cette touche deviendra un précieux allié. La molette de réglage (un peu trop petite) cliquable est heureusement toujours présente. 

Panasonic G3 prise en mains écran bas   Panasonic G3 prise en mains écran haut

Naturellement, bon nombre d'options sont accessibles via l'écran LCD tactile et vous pouvez également choisir la zone de mise au point et déclencher directement sur l'écran.

Viseur électronique

Pour les réfractaires de la visée sur écran ou lorsque le soleil est trop présent, le G3 propose un viseur électronique de bonne facture. Il est identique à ceux déjà présents sur le GH2 ou le G2. Il est capable d'afficher 1 440 000 points par une alternance rapide des 3 composantes colorées (3 x 480 000 = 1 440 000 points). Au final, le viseur affiche 480 000 pixels (SVGA) et les images s'avèrent assez précises, même si la dynamique est limitée, avec un confort appréciable en basse lumière avec l'amplification du signal. L'effet arc-en-ciel propose propre cette technologie par balayage devrait être réduit, les ingénieurs de Panasonic ayant pris en considération le problème.

Le Panasonic G3 sera disponible à la fin du mois de juin pour 600 euros boîtier nu, 700 euros avec le 14-42 mm f/3,5-5,6 et 1000 euros en double kit avec le 45-200 mm en noir ou chocolat.
Dommage que le nouveau venu ne soit pas proposé avec un petit zoom 3x de qualité (même motorisation rapide et silencieuse que celle de l'onéreux 14-140 mm). Ici, le 14-42 mm "de base" manque de souplesse.

Notre premier avis

Le Panasonic Lumix G3 n'est certes pas une révolution, mais le compact à objectifs interchangeables se présente comme une synthèse des dernières innovations de la marque. Vous apprécierez tout particulièrement la compacité du boîtier et l'intégration du système autofocus très rapide déjà présent sur le GH2.
 Le nouveau capteur propose une définition suffisante pour rivaliser avec les compacts haut de gamme et les reflex d'entrée de gamme sans trop rougir. Le mode vidéo, désormais en HDTV 1080i dispose d'un son stéréo et d'une mise au point permanente et rapide, et se montre beaucoup plus performant que n'importe quel boîtier reflex actuel.

L'écran LCD souple et précis se présente comme une vraie alternative à la visée électronique. Cette dernière est toutefois d'une qualité intéressante et se montrera efficace pour cadrer en plein soleil ou pour les presbytes !
Le G3 joue clairement la carte de la simplification et certains regretteront probablement la pléthore de raccourcis présents sur les précédents modèles. L'objectif de Panasonic n'est pas de concurrencer les reflex, mais bien de séduire le grand public à la recherche d'un compact efficace et simple d'accès. Dans ce rôle, le G3 remplit parfaitement son contrat. 

Toujours dans cette démarche de séduction, l'écran tactile est une arme redoutable, notamment pour sélectionner la zone de la mise au point. En outre, le G3 dispose d'un certain nombre de touches qui permettent de régler les options sans passer par l'écran LCD (balance des blancs, ISO, rafale...). Vous avez même la possibilité de personnaliser deux boutons et ainsi créer une commande de mémorisation de l'exposition qui manque à l'appel.

Nous pointerons toutefois quelques défauts comme la disparition des détecteurs de présence autour du viseur, la prise USB propriétaire, l'accès à la carte mémoire par la semelle de l'appareil, la petitesse de la molette de réglage qui se révèle peu confortable, l'absence d'entrée micro stéréo et de sortie casque, l'obturateur encore trop bruyant ou la batterie plus petite et qui procurerait de l'énergie pour 270 vues uniquement.

Notre prise en mains est plutôt positive : le G3 s'avère réactif et l'autofocus a du répondant dans pratiquement toutes les situations, même avec le 14-42 mm du kit. L'accès aux options est simplifié, mais les principales commandes restent physiquement sur le boîtier. L'écran est de bonne facture, mais l'affichage saccade rapidement en basse lumière ce qui rend le cadrage d'un sujet en mouvement parfois délicat.

Le nouveau capteur 16 Mpx est une bonne surprise. Concernant la gestion du bruit électronique, le G3 propose des clichés à 1600 ISO de bonne facture. À 3200 ISO, le bruit prend une caractéristique "numérique" peu flatteuse, mais les images restent honnêtes et parfaitement exploitables. Le cran au dessus est plus problématique et il sera sans doute plus sage de traiter les fichiers raw dans un logiciel performant.

Panasonic G3 : Réduction du bruit standard 160-800 ISO
Panasonic G3 : Réduction du bruit standard 1600-6400 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (160-200-400-800-1600-3200-6400 ISO)


Face à la concurrence

Sony NEX-5 test review
Sony NEX-5
. Sony a fait une arrivée fracassante sur le segment des compacts à objectifs interchangeables avec les NEX-3 et NEX-5 qui culminent désormais en tête des ventes. Avec le G3, Panasonic s'oppose frontalement au NEX-5 avec un capteur plus petit, mais plus précis, un écran moins défini, mais monté sur une vraie rotule et un mode vidéo HDTV 1080i identique. Le Sony NEX-5 propose quelques arguments intéressants comme le mode rafale à 7 i/s ou le mode de prise de vues panoramiques à main levée. Sur le papier, le capteur APS-C du NEX plus grand que le Micro 4/3, devrait conserver une petite longueur d'avance, mais il faudra attendre les premiers tests pour confirmer cette idée. Le G3 a, lui aussi, quelques avantages et notamment un parc d'optiques nettement plus fourni, un autofocus plus réactif, un flash intégré (accompagné d'une griffe porte accessoire) et un véritable viseur électronique totalement absent chez Sony.

Olympus E-PL2 test review
Olympus E-PL2. Second représentant du format Micro4/3, Olympus propose un E-PL2 orienté grand public. Le modèle est élégant, mais techniquement il est dépassé par le modèle Panasonic. Le E-PL2 ne propose pas d'écran orientable ni de viseur électronique intégré (un modèle en option est disponible. Une solution très pratique pour alléger le compact, mais qui revient à 200 euros tout de même), son autofocus, quoi qu'en progrès, peine à rivaliser avec celui du G3 et son mode vidéo reste irrémédiablement "scotché" au HDTV 720p en motion JPeg (son mono) et il faudra encore débourser quelques euros pour acquérir un module micro stéréo. Le E-PL2 propose toutefois quelques options intéressantes comme les filtres créatifs réussis et une stabilisation par déplacement du capteur intégrée au boîtier.

  Samsung NX11
Samsung NX11. Avec le format NX, le constructeur coréen est un autre acteur sur le marché des compacts à objectifs interchangeables. Disposant d'un capteur APS-C gonflé à 16 Mpx, le NX11 n'a rien à envier à la concurrence en terme de définition. Le modèle Samsung propose également un écran Amoled de 7,6 cm (640 000 points) remarquable (angles de vision, contraste...) et un viseur électronique en léger retrait face aux autres modèles. Principal atout du NX11, les objectifs iFn disposent d'une commande sur le fût qui permet d'activer rapidement une option de prise de vue (sensibilité ISO, balance des blancs...) sans avoir à lâcher l'appareil d'une main.  Techniquement, le NX11 est toutefois moins abouti. Le mode vidéo est toujours en 720p (son mono), la cadence rafale limitée à 3 i/s et l'autofocus reste en retrait notamment en basse lumière.


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation