Photokina 2012 : Olympus met à jour sa gamme de COI entrée de gamme avec un PM2 qui reprend le capteur 16 Mpx de l'OM-D EM-5 et qui s'équipe d'un écran tactile.

Olympus E-PM2 face

Pour la Photokina, Olympus renouvèle sa gamme Pen avec deux nouveaux boîtiers : les E-PL5 et E-PM2. Le E-P3 n'est pas remplacé, l'OM-E E-M5 prenant (provisoirement ?) sa place dans la hiérarchie dans les mois à venir.

Quoi qu'il en soit, Olympus distille dans sa nouvelle gamme, les excellents gènes du modèle phare (E-M5) de la marque. L'E-PM2 embarque donc le même capteur 16 Mpx, le même processeur de traitement des images TruePic VI pour au final, une qualité d'image probablement assez proche et donc largement en hausse par rapport à la version précédente. Le compact dispose d'une stabilisation mécanique qui fonctionne donc avec toutes les optiques disponibles dans la gamme Micro 4/3.

L'autofocus devrait également gagner un peu en réactivité et dispose désormais d'un suivi 3D des sujets. Côté vidéo, le E-PM2 filme toujours en HDTV 1080 à 30 vps (captation sonore stéréo) et dispose d'une nouvelle stabilisation électronique plus performante et devrait éliminer les effets "jelly".

Olympus Pen E-PM2 vue de dos
L'écran LCD devient tactile.

Prise en mains

Le Pen E-PM2 s'offre un petit grip à l'avant du boîtier et une cale pour le pouce à l'arrière. Voilà qui devrait rendre la préhension plus facile (l'E-PL1 était entièrement lisse et donc glissant). L'écran LCD affiche toujours 460 000 points mais devient tactile. Il offre ainsi une excellente solution pour sélectionner rapidement un sujet à photographier, même si un obstacle vient s'interpose.

Olympus Pen E-PM2 dessus
La griffe porte accessoire dispose d'un connecteur électronique pour fixer un viseur, un bloc audio ou des lampes Led pour la macro.

Nous déplorons l'absence de flash intégré (un petit flash est livré dans la boîtier, mais il faudra penser à l'emporter lors de vos moindres déplacements ou le laisse clipsé sur la griffe en permanence). L'interface est dépouillée et l'appareil sera utilisé en permanence en mode tout automatique. Le Pen E-PM2 dispose pourtant de tous les modes (PSAM), mais il faudra alors se plonger dans les menus pour activer les différentes options.

Le compact dispose d'une sortie HDMI (type D), une prise USB et propose une connexion Wi-Fi par l'intermédiaire d'une carte Toshiba Flash Air qui sera livrée en standard. La solution n'est pas très élégante, mais a le mérite d'exister. 

Prix et disponibilité

L'Olympus E-PM2 sera disponible en kit avec l'objectif M.ZUIKO DIGITAL 14-42 mm f/3,5-5,6 IIR à compter du mois de novembre 2012 pour 599 €.

> La fiche technique complète de l'Olympus E-PM2 sur le site d'Olympus

Notre premier avis

Après l'excellent Sony Nex-F3 (16 Mpx APS-C, écran orientable, flash intégré, bonne qualité d'image), la barre est placée assez haut pour la concurrence. Le Pen E-PM2 a toutefois quelques arguments à faire valoir comme un écran LCD orientable, mais également tactile. La rafale (autofocus bloqué sur la première image) à 8 vps pourra également séduire certains photographes. Sur la communication sans fil, les deux marques font jeu égal, Olympus proposant une carte Toshiba Flash Air, mais Sony étant compatible avec les cartes Eye-Fi. Le format Micro 4/3 présente également une gamme d'objectifs plus vaste , mais est-ce un point vraiment crucial pour un modèle d'entrée de gamme.

Lire également :
> Tous les compacts testés
> Toute l'actualité de la Photokina 2012

Source : Olympus France
PARTAGER
Contact Charte de la vie privée