Après une longue campagne d'annonces sur le cinquantième anniversaire de la série Pen (argentique), Olympus en présente (enfin) la version numérique :  le Pen E-P1, un compact à objectif interchangeable qui répond au format micro 4/3 inauguré par Panasonic avec le G1.

Olympus Pen E-P1
L'Olympus Pen E-P1 est présenté ici avec un objectif "classique" 14-42 mm de petite dimension (749 euros)  et un 17 mm f/2,8 au format "crêpe" (849 euros avec un viseur optique).
 

Les premiers éléments de recherche du compact à objectif interchangeable d'Olympus avaient été montrés à la Photokina 2008 et depuis, "l'objet" avait été tenu secret et caché sous un voile bleu lors des principales manifestations (PMA, MEDPI...). Aujourd'hui, Olympus lève donc ce voile et présente le descendant direct de la lignée des appareils Pen et notamment le Pen F, dont le nouveau Pen E-P1 s'inspire pour le design retro assez réussi (notez que la mention Pen est indiquée sur le boîtier "Olympus Pen since 1959").


L'Olympus Pen F : le premier et unique reflex demi-format (1969).s

Olympus joue donc le contrepied de Panasonic qui a choisi un format de mini reflex pour son premier appareil micro 4/3. Olympus opte pour la compacité et la discrétion. Un domaine dans lequel la marque évolue depuis de nombreuses années avec ses petits reflex E-4xx et plus loin dans l'histoire avec les appareils Pen. Si le design inspiré par les années 70, à la fois sobre et élégant semble faire l'unanimité, quand est-il des entrailles du nouveau E-P1 ?

 
Olympus Pen E-P1: fiche technique synthétique (télécharger la fiche technique complète)
Capteur / stabilisation : Live MOS 12,3 Mpix (13,1 Mpix totaux). Taille : 17,3 x 13 mm, ration 4/3. Filtre de couleur RVB. Système antipoussière par ondes supersoniques. Système de stabilisation par déplacement du capteur (intégrée au boîtier), gain annoncé jusqu'à 4 IL. Stabilisation électronique en mode vidéo.
Sensibilité : Auto : 200-6400 ISO (personnalisable), réglage manuel : 100-6400 ISO
Processeur : /
Visée : Sur écran LCD. Viseur optique sur griffe flash en option.
Écran LCD : 7,6 cm (3 pouces), 230 000 points. Technologie HyperCrystal avec revêtement anti reflet.
Mise au point : Autofocus à détection de contraste avec les objectifs compatibles (sinon mise au point manuelle). 11 collimateurs. Détection des visages. Sélection libre sur 255 points en mode loup macro
Mesure exposition : Système de mesure TTL sur 324 zones, intégrale à prédominance centrale et spot (1% de l'écran). Plage de sensibilité : 0-18 IL.
Obturateur : Obturateur à plan focal piloté informatiquement.
60 -1/4000 sec. Retardateur 12 et 2 s.
Rafale : 3 i/s jusqu'à 10 vues en Raw.
Télécommande filaire en option
Modes exposition : <1)i Auto (2) P: Programme (3) A: Priorité ouverture
(4) S: Priorité vitesse (5) M: Manuel (6) Scènes(7) Filtres artistiques
Correction d'exposition -/+ 3 IL. Bracketing sur 3 images.
Fichiers :
Photo :
RAW (12-bit  sans perte de compression), JPEG, RAW+JPEG
RAW : 4032 x 3024 pixels
format : 4:3 (Défaut) ; 3:2  ;16:9  ;6:6
Vidéo :
AVI Motion JPEG (30 images par seconde)
HD: 1280(H)x720(V)  Aspect 16:9
SD: 640(H)x480(V)     Aspect 4:3(VGA)
durée : 2 Go, soit environ 7 minutes en 720p
Son :
Format Wave
Stéréo à la normePCM/16bit, 44.1kHz
Monture : Monture Micro Quatre Tiers 
Support mémoire, connexions SD/SDHC,
Interface PC USB 2  pourle stockage et  le pilotage de l’appareil photo
Interface Vidéo HDMI (HD/sonstéréo), VIDEO-OUT(SD/Mono Sound)
USB/Connecteurvidéo Multi connecteur dédié (NTSC/PAL au choix, câbleRM-UC1 de contrôle à distance en option)
HDMI Mini HDMI type-C (1080i/720p/576p/480p)
Type de sabot Hot shoe
Alimentation : BLS-1 Li-ion (incluse). Autonomie : 300 vues avec 50% au flash (externe)
Dimension :  120,5 mm x 70mm x 35mm (sans objectifs)
Poids : 335 g nu
Contenu de la boîte : Boîtiernu,  batterie Li-ion LS-1, ChargeurBCS-1, câbles vidéo et USB,courroie d’épaule, CD-ROM OLYMPUS, Guide
d’utilisation, Carte de

Globalement et sur le papier, le nouveau compact micro 4/3 à objectif interchangeable E-P1 n'est pas vraiment surprenant et la fiche technique intéressera sans doute une majorité de photographes qui attendaient ce micro 4/3 avec impatience et cerise sur le gâteau, Olympus n'a pas "oublié" le mode vidéo HD (720p) sur le E-P1.

Le nouveau micro 4/3 est donc équipé d'un capteur Live MOS 12 Mpix (probablement celui qui équipe le Panasonic G1). Pour l'anecdote, le capteur n'est pas orienté verticalement comme sur le Pen original (18x24 mm), mais bien horizontalement comme en témoignent les dimensions des images 4032 x 3024 pixels. Nous n'avons pas encore d'informations concernant le processeur de traitement des images. Nous reviendrons sur ce point lors de notre prise en mains, mais la fiche technique annonce un ajustement automatique des ombres (déjà connu) et un élargissement de la dynamique pour les hautes lumières. Bien sûr, le E-P1 conserve les atouts technologiques de la marque comme le système antipoussière par onde supersonique (le plus performant du marché actuellement) et la stabilisation intégrée (contrairement à Panasonic qui déporte le système dans les optiques) par déplacement du capteur. Sur ce dernier point, Olympus annonce un gain de 4 IL. Dans nos différents essais de reflex Olympus et notamment le E-620, le gain est plutôt de 2 IL. Il faudra donc attendre le verdict des premiers tests.

Nous avons déjà présenté le principe du format micro 4/3 et ses avantages en termes de compacité (la chambre reflex disparaît). Toutefois, le micro 4/3 n'as pas que des avantages et notamment pour ce qui concerne la visée optique et le système autofocus. Puisque le miroir disparaît, vous ne pouvez plus avoir de visée optique TTL (à travers l'objectif). L'Olympus E-P1 ne dispose donc pas de viseur optique, ou plutôt si, mais en option, et qui vient se fixer sur la griffe du flash comme sur le Lumix LX3 ou le Ricoh GRD II. Hormis son prix de 119 euros, nous n'avons que peu d'informations sur ce viseur optique.
Olympus E-P1 accessoires et viseur
L'Olympus E-P1 et ses premiers accessoires : flash, viseur optique et bague pour objectifs 4/3.

Contrairement à Panasonic et pour de logiques raisons de place, Olympus n'a pas choisi d'intégrer un viseur électronique. Le seul moyen de viser reste donc l'écran LCD de 3 pouces affichant environ 230 000 points. Il dispose de la technologie HyperCrystal (le récent E-620 utilise la version III de cette technologie avec succès) pour une meilleure lisibilité, même en plein soleil et il est possible de corriger d'éventuelles dérives colorimétriques sur les axes ambre/bleu et vert/magenta. Petite déception pourtant concernant cet écran : nous aurions aimé une définition plus importante (460 000 points sur un écran 3'' voire 920 000 points comme sur le récent Ricoh CX1) et pourquoi pas un écran orientable (dont Olympus s'est fait le porte-étendard en étant le premier fabricant de reflex à l'adopter sur le E-330). Le E-P1 aurait toutefois probablement perdu de sa compacité avec un tel écran.
Pour la visée, il sera possible d'activer une loupe et on retrouvera les informations classiques des compacts numériques : histogramme d'exposition et grille d'aide à la composition.

Olympus E-P1 dos
L'Olympus E-P1 : vous trouverez à la fois une molette de réglage verticale et une roue codeuse pour paramétrer l'appareil.

Concernant l'autofocus, Olympus annonce logiquement un système par détection de contraste (disparition du miroir oblige), mais là aussi les informations manquent cruellement de détails. Si Panasonic a parfaitement réussi l'intégration d'un tel système sur son G1 (l'autofocus par contraste est à la fois très très réactif et discriminant), on attend donc avec impatience (et une pointe d'appréhension) les premiers essais du E-P1 pour savoir si Olympus a également gagné son pari. Le module autofocus dispose aussi du mode détection des visages. Rappelons que ce mode n'accélère en aucune manière la mise au point. À la lecture de la fiche technique, le système autofocus semble différent de celui de Panasonic qui utilise 23 zones, alors que la mise au point du E-P1 se fait sur 11 points. Un système sur 11 points que l'on retrouve déjà sur certains reflex comme le E-520. S'agit-il du même module ? Nous espérons que non.

Note : j'ai pu tester rapidement un E-P1 de présérie (firmware 0.9) lors de la présentation du nouveau boîtier et l'autofocus n'est malheureusement pas aussi réactif que celui qui équipe les Panasonic G1 et GH1. Pourtant, d'après certains responsables Olympus, les technologies sont similaires. Il faudra donc juger sur un appareil définitif (firmware 1.0) ce qui devrait être le cas demain dans la journée.

La mesure d'exposition évolue notablement avec un système à 324 zones (contre 49 sur le E-620 ou sur les reflex haut de gamme). L'Olympus E-P1 dispose (malheureusement) d'un obturateur mécanique qui grimpe jusqu'à 1/4000 s. La prise de vue ne sera donc pas totalement silencieuse, comme sur les produits micro 4/3 de Panasonic. Le mode rafale atteint 3 i/s en Raw avec un buffer qui permet de stocker jusqu'à 10 vues. En mode Jpeg, seule la capacité de la carte limite la rafale. Il est par ailleurs intéressant de noter qu'Olympus délaisse pour la première fois le format de stockage xD (les reflex disposent de deux emplacements et les compacts sont désormais compatibles également avec les cartes microSD). Ainsi, le E-P1 n'intègre qu'un seul "slot" SD/SDHC sans doute pour faciliter l'enregistrement des vidéos (les cartes xD sont actuellement limitées à 2 Go...). Une étape est franchie et c'est le consommateur qui en sort gagnant. Merci Olympus.

Pour piloter l'Olympus E-P1, vous disposez de plusieurs molettes. La première, à gauche (appareil de dos) permet de choisir le mode d'exposition (P,S,A et M, iAuto, les différents modes artistiques : sténopé, pop art, soft focus..., le mode vidéo et les modes scènes). Vous trouverez également une molette verticale qui permet de régler la vitesse ou l'ouverture dans les modes à priorité. En mode M, cette molette ajuste l'ouverture tandis que la vitesse est réglable via la roue codeuse au dos de l'appareil. Une roue codeuse qui sert également à la correction d'exposition (la touche sur le dessus doit être enfoncée) dans les autres modes. On note également la présence d'une touche fonction Fn qui devrait être personnalisable, comme sur les reflex de la marque. Dans les petits plus utiles, on notera également la présence d'un niveau électronique.

Olympus E-P1 dessus

L'Olympus E-P1 vu par dessus. On note le témoin SSWF gage du nettoyage du capteur.

L'Olympus E-P1 permet d'utiliser des flashes externes (FL-50R, FL-36R, FL-50, FL-36, FL-20 et FL-14) grâce à la griffe, mais on ne pourra piloter des flashes distants sans fil avec le flash intégré pour la simple et bonne raison que le boîtier n'en dispose pas ! Il faudra donc s'équiper d'un flash externe toujours un peu coûteux, comme le tout nouveau FL14 assez discret (peu de détails techniques) proposé à 199 euros tout de même.
Restons dans les accessoires. Le nouveau boîtier micro 4/3 est annoncé avec 2 bagues pour adapter soit les nombreux objectifs 4/3 de la marque (MMF-1 : 199 euros !!) ou les objectifs OM (MF-2 : 199 euros également). La compatibilité complète des objectifs 4/3 avec l'autofocus du E-P1 n'est pour l'instant pas précisée.
Côté objectifs, le E-P1 est annoncé avec deux optiques :

- 14-42 mm f/3,5-5,6
- 17 mm f/2,8

La seconde optique est dans un format dit "pancake" ou "crêpe" aplati ce qui renforce la compacité et la discrétion de l'ensemble. Dommage que le 17 mm f/2,8 soit si proche du 20 mm f/1,7 pancake annoncé depuis assez longtemps par Panasonic. On aurait aimé une optique grand-angle 14 mm  lumineuse (équivalent à un 28 mm en 24x36) plus attractive. Via une bague, on pourra également utiliser le 25 mm f/2,8 d'Olympus, mais l'ensemble sera un peu plus volumineux. Gageons toutefois qu'Olympus et Panasonic sauront travailler de concert pour élargir la gamme d'optiques plates de manière plus cohérente à l'avenir. On regrette également l'absence d'un objectif spécialisé macro par exemple.

Terminons ce rapide tour de l'Olympus E-P1 par le mode vidéo. Nous savons que le nouveau boîtier micro 4/3 est capable d'enregistrer des films en HDTV (1280x720 pixels) à la cadence de 30 i/s. Malheureusement, les images sont encodées en Motion JPeg, un format certes universel, mais moins efficace que l'AVCHD que l'on trouve dans le Panasonic GH1. Le son est quant à lui enregistré en stéréo. Sur les autres points (autofocus disponible en continu, possibilité de prendre des photos pendant le filmage...), il n'y a pas pour l'instant d'information. Notez que le E-P1 dispose d'une sortie mini HDMI (type C) pour connecter l'appareil à un téléviseur compatible.

Nous vous donnons rendez-vous très prochainement sur Focus Numérique pour une prise en main du E-P1 et quelques réponses aux questions que soulève ce nouveau boîtier micro 4/3 Olympus.

Disponibilité : 13 juillet 2009 en version argent ou blanc. Reste le prix. Alors que les premiers Pen argentiques avaient été imaginé pour être des boîtiers très accessibles, le E-P1 fait payer assez cher sa miniaturisation. Au final et avec un objectif 14-42 mm, le E-P1 sera disponible à 749 euros, soit pratiquement le prix du dernier reflex de la marque, le E-620. Un ticket d'entrée relativement élevé pour le nouveau système, surtout que le modèe "intéressant" pour la compacité est le E-P1 avec le 17 mm et le viseur optique, le tout proposé en kit à 849 euros.

Note que le boîtier sera disponible en blanc ou argent avec des objectifs en finition argentée ou noire.

Kit Olympus PEN E-P1 avec objectif 14-42mm : 749 €.
Kit Olympus PEN avec objectif pancake 17mm avec viseur optique VF-1 : 849 €.
Double Kit Olympus PEN E-P1 avec objectifs 14-42mm et objectif pancake 17mm et viseur optique VF-1 : 949 €.

Objectif M. ZUIKO DIGITAL ED 14-42mm 1:3.5-5.6 (équiv. argentique 28-84mm) : 329 €
Objectif M. ZUIKO DIGITAL 17mm 1:2.8 Pancake (équiv. argentique 34mm) : 329 €
Adaptateur MMF-1 pour les objectifs Quatre Tiers : 199 €
Adaptateur MF-2 pour les objectifs OM: 199 €
Flash FL-14 : 199 €
Viseur optique externe VF-1 : 119 €
• Courroie en cuir blanche et marron 59 €
• Housse en cuir blanche et marron 69 €


Olympus Pen E-P1 blanc
L'Olympus Pen E-P1 dans sa robe blanche et équipé du 14-42 mm f/3,5-5,6. Il est intéressant de noter que le Pen F a été le seul boîtier de la gamme à avoir un revêtement noir laqué.


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation