Après Fujifilm hier, c'est au tour d'Olympus de dégainer son nouveau compact à objectif interchangeable (COI) dans la gamme des OM-D. La firme nipponne investit énormément dans cette gamme d'appareils. Après le très remarqué EM-1, modèle expert-professionnel, voici donc l'entrée de gamme OM-D EM-10

Olympus OM-D EM-10

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'EM-10 ne remplace par l'EM-5 (sorti en septembre 2012). Il vient se positionner en dessous et créer une réelle gamme d'appareils OM avec 3 boîtiers distincts.
Malgré cela, assez peu de choses différencient l'EM-10 de l'EM-5. On retiendra dans les grandes lignes l'absence de "tropicalisation" et de stabilisation 5 axes (3 axes sur l'EM-10).

Olympus OM-D EM-10

Le nouvel EM-10 est au final un savoureux mélange entre l'EM-5 et l'EM-1. En effet, il reprend la partie processeur de l'EM-1 avec le DSP (Digital Signal Processor) TruePic VII qui permet à l'appareil, entre autres, de monter jusqu'à 25 600 ISO, de disposer de la technologie Fast AF et de proposer une rafale à 8 images par seconde. Il dispose du capteur LiveMos de l'EM-5, à savoir un micro 4/3 de 16 millions de pixels (Mpx).

Olympus OM-D EM-10

Pour ce qui est de la visée, l'OM-D EM-10 présente bien entendu un viseur numérique intégré en plus de son écran arrière. C'est le même viseur que celui de l'EM-5 avec 1,44 Mpx. Olympus a beaucoup travaillé pour améliorer sa réactivité, désormais presque instantanée avec un temps de latence de l'ordre de 7 à 10 millisecondes. C'est particulièrement utile sur des sujets en mouvements. On dispose également d'un écran orientable LCD de 3 pouces de diagonale. Olympus a aussi intégré un petit flash pop-up qui permet de pouvoir déboucher les ombres sur des sujets contrastés et de synchroniser sans fil des flashs cobra pour une configuration strobist.

Olympus OM-D EM-10

D'un point de vue ergonomique, l'EM-10 est plus petit que son grand frère l'EM-5. On retrouve une conception en métal du plus bel effet et une ergonomie revue et optimisée. L'appareil intègre le Wi-Fi et toutes les fonctions qui s'y rattachent, comme l'EM-1. Notons aussi la possibilité de pouvoir déclencher des photos pendant un enregistrement vidéo.

Olympus OM-D EM-10



Thierry Bourque, d'Olympus France, répond à nos questions sur ce nouvel appareil.

Focus Numérique : Vous présentez ce nouvel OM-D EM-10 comme un concurrent direct à des reflex amateurs haut de gamme (EOS 700D ou D5300). Selon vous, pourquoi un utilisateur novice sans expérience avec un reflex ou un COI s'orienterait plus vers l'EM-10 que vers un reflex traditionnel ?

T.B. : On retrouve sur l'EM-10 tous les avantages de la gamme OM. Le poids, la compacité et le design sont des arguments très importants lors du choix d'un appareil. Les technologies embarquées permettent de faciliter l'usage du grand public : stabilisateur par exemple. C'est donc pour l'utilisateur la garantie d'avoir des photos réussies sans avoir forcement besoin de connaissances photographiques très poussées. Pour nous, l'axe grand public ne veut pas dire qualité d'image ou technologie au rabais, bien au contraire. 

Focus Numérique : Finalement, qu'est-ce qui va différencier ce nouvel EM-10 de l'EM-5 ?

T.B. : L'EM-5 apporte deux éléments "différenciants" qui ne sont pas négligeables pour des photographes experts : la tropicalisation pour les utilisateurs baroudeurs et le stabilisateur sur 5 axes pour, par exemple, les amateurs de macro. Pour nous, les trois produits de la gamme OM-D correspondent à des usages bien spécifiques et donc à différents types d'utilisateurs.

Focus Numérique : Selon vous, la majorité des utilisateurs de COI veulent-ils disposer d'un viseur électronique ? D'un certains point de vue, cet EM-10 ne va-t-il pas faire de tort à la gamme Pen, et en particulier à l'EP-5 qui dispose d'un viseur en option ?

T.B. : Pour moi, les Pen et les OM-D n'ont pas la même philosophie ni la même approche photographique. Les personnes qui s'orientent vers les Pen sont dans une recherche assez poussée de compacité et de légèreté. La gamme OM, par son look, dispose d'une philosophie reflex. Ce n'est pas qu'une question de viseur. La prise en main, la maniabilité et l'usage jouent beaucoup également.

La gamme des Pen souffre encore du doute que l'on peut avoir sur la qualité d'image comparée à un reflex traditionnel. Dans ce sens, même si les Pen et les OM-D disposent des mêmes technologies, les OM-D rassurent par leur look sur ce point.



L'OM-D EM-5 a aussi droit à une petite mise à jour, notamment esthétique avec une nouvelle peinture, un grip avec une texture cuir et une optimisation des molettes de réglages. D'un point de vue logiciel, via une mise à jour du firmware, l'appareil sera capable de descendre à 100 ISO et disposera d'un mode AF spot.

Olympus OM-D EM-10

L'Olympus EM-10 sera disponible nu au prix de 599 euros ou en kit (avec le nouveau 14-42 mm EZ) au prix de 799 euros au mois de février. Cet appareil entre donc en concurrence direct avec les reflex du type Canon EOS 700D ou Nikon D5300. L'OM-D EM-5 sera proposé en pro kit avec le 12-40 mm f/2,8 au prix de 1 499 euros.

> Toutes les nouveautés du CP+ 2014

> Test Olympus OM-D EM-1
> Lecteur-testeur OM-D EM-1
> Test Olympus OM-D EM-5


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation