Alors que le virage Micro 4/3 semblait définitivement pris chez Olympus avec une belle gamme de compacts à objectif interchangeable (Pen E-P1, Pen E-P2 et Pen E-PL1), la marque surprend (un peu) avec un nouveau reflex professionnel E-5 qui vient prendre la succession du vénérable E-3. Que nous réserve le cru 2010 Olympus dans la gamme reflex ?

Olympus E-5
L'Olympus E-5 : un successeur surprise au reflex E-3

Si les parts de marché reflex s'amenuisent pour Olympus, la marque dispose d'un superbe parc d'optiques et notamment de toute une série de modèles prestigieux dans la gamme Top Pro (35-100 mm f/2, 150 mm f/2, 90-250 mm f/2,8...). Pour faire vivre ces optiques, il est important pour Olympus de proposer régulièrement de nouveaux boîtiers. De manière assez étonnante, Olympus a choisi de renouveler en premier son modèle professionnel, le E-3, avec un nouveau boîtier aux spécifications techniques très proches : le E-5.

Évolutions en douceur

De loin, lOlympus E-5 ressemble à s'y méprendre à un E-3 (présenté il y a tout juste 3 ans maintenant). Nous retrouvons donc un boîtier massif, mais bien proportionné dans la lignée d'un reflex professionnel. La construction reste de haute volée avec une fabrication tout temps (de multiples joints sont aux endroits sensibles) une poignée bien dessinée pour un ensemble qui inspire confiance. Le nouvel E-5 propose toujours les fonctionnalités caractéristiques du E-3 : un large et très lumineux viseur optique (grossissement 1,15x, couverture de champ de 100%), un système de stabilisation par déplacement du capteur très efficace (Olympus annonce un gain de 5 IL), un autofocus très rapide avec les optiques motorisées SWD (plage de sensibilité -2 à +19 IL, 11 collimateurs croisés), bracketing d'exposition sur 5 images, un écran LCD monté sur rotule et la possibilité de changer les paramètres de prise de vue directement sur celui-ci, une visée directe sur l'écran, une multitude de réglages avancés (correction de la balance des blancs sur les axes colorés, mesure spot pour les hautes ou basses lumières...), un excellent système antipoussière par onde supersonique, une rafale à 5 i/s, gestion de flashes distants sans fil, obturation jusqu'au 1/8000 s...

Olympus E-5 écran LCD sur rotule
L'Olympus E-5 dispose d'un nouvel écran monté sur rotule capable d'afficher 920 000 points.

Il y a 3 ans, toutes ces caractéristiques faisaient du E-3 un appareil professionnel presque en avance sur son temps. Aujourd'hui, les spécifications techniques sont classiques et la plupart des concurrents (Canon 7D, Nikon D300s...) affichent des performances quasi identiques voire supérieures. Avec le E-5, Olympus propose une mise à jour assez douce de son boîtier amiral. La première différence notable concerne le capteur 4/3 qui passe de 10 à 12 Mpx. Comme l'avait annoncé Akira Watanabe lors d'une interview, Olympus a choisi de limiter la définition de son capteur et ne rentre pas dans une course aux pixels, même sur le modèle haut de gamme. 

Olympus E-5 cartes
Exit la carte xD, le logement pour les cartes ne dispose plus désormais que d'un emplacement pour carte SD et Compact Flash.

L'autre grande différence entre les deux modèles réside dans l'écran LCD. Précurseur dans le domaine, Olympus place sur le E-5 un bel écran de 920 00 points en lieu et place du 230 000 sur le modèle précédent. L'affichage est donc plus précis et plus confortable, notamment en visée directe. Sur ce point, Olympus affirme avoir travaillé sur la réactivité de son autofocus par contraste et la motorisation de certaines optiques (dont le 14-54 mm type II). Lors de la prise en mains du boîtier, nous avons effectivement noté des progrès sur ce point, mais le E-5 reste loin des performances des boîtiers Micro 4/3 comme les Olympus Pen E-PL1 par exemple. Dernier point, le E-5 n'accepte désormais plus les cartes xD, Olympus ayant finalement opté pour un double emplacement SD/SDHC/SDXC et Compact Flash. Toutes les autres caractéristiques restent pratiquement immuables par rapport au précédent modèle.

Processeur d'image TruePic V+

Si le E-5 ne fait plus la course aux mégapixels, il est important que la qualité des images évolue. Le E-5 intègre un nouveau processeur d'images, le TruePic V+ qui permet de délivrer des images jusqu'à 6400 ISO. Dans ce domaine, Olympus a toujours accusé un petit retard par rapport à la concurrence. Sur les images que nous avons pu observer (il s'agissait d'un prototype très loin d'un modèle finalisé), la gestion du bruit électronique était effectivement bien meilleure que sur la plupart des modèles Olympus actuels et notamment les modèles MIcro 4/3. Voilà qui est plutôt de bon augure. 

Olympus E-5 avec poignée
L'Olympus E-5 utilise la même batterie que le précédent modèle et la poignée reste identique.

Ce nouveau processeur permet en outre au E-5 de filmer. Olympus s'est toutefois limité au HDTV 720p, 30 i/s avec un codec plutôt ancien : le Motion JPeg (fichier AVI). L'enregistrement sonore du boîtier est mono, mais il est possible de connecter un micro stéréo pour accroitre la qualité d'enregistrement. 

l'Olympus E-5 sera disponible au mois d'octobre 2010 au prix public conseillé de 1699 € boîtier nu, soit le même prix que le E-3 lors de son lancement. 

> La fiche technique complète du E-5 sur le site d'Olympus

Notre premier avis :

Si lors de sa présentation l'Olympus E-3 avait quelques longueurs d'avance sur ses concurrents, le nouvel E-5 peine à conserver la distance et sur certains aspects, le nouveau reflex est même déjà en retard. Ainsi, le capteur de 12 Mpx est certes en augmentation, mais il se retrouve face au CMOS 18 Mpx du Canon 7D (50% de pixels en plus) ou le 16 Mpx du moins ambitieux Sony Alpha 55. Un 16 Mpx qui devrait, en toute logique, être utilisé par les prochains reflex Nikon. Sur le mode vidéo, le E-5 a également un peu moins d'envergure : pas de mode HDTV 1080, une seule cadence d'enregistrement et un codec certes facile à monter, mais moins performant au niveau de la compression. 
Sur les autres éléments (autofocus, mesure d'exposition, viseur optique, visée sur écran, niveau de fabrication, stabilisation intégrée, système antipoussière ...) l'Olympus E-5 reste un boîtier intéressant avec des spécificités techniques d'un excellent niveau, même si elles ne sont plus aussi novatrices qu'auparavant. Reste la question du prix. Malgré 3 années écoulées et une recherche & développement moindre, le E-5 reste sur un positionnement tarifaire assez (trop) élevé.

Source : Olympus France


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation