Voilà une invention qui pourrait bien révolutionner l'univers de la photographie mobile : un nouvel iris chimique. Smartphones et tablettes sont donc les premières visées par cette avancée... mais rien n'empêche de lui trouver des applications plus traditionnelles ultérieurement.

Iris chimique

L'idée est simple : remplacer les lames du diaphragme par des cercles concentriques de matériau chimique transparent. Chaque cercle devient opaque (et bloque la lumière) dès qu'on lui applique un courant électrique... Chacun réagissant à une tension différente, il est "facile" de contrôler leur opacité respective pour ouvrir ou fermer le diaphragme.   

Ce qui rend le concept si intéressant pour les smartphones est son épaisseur : 55 micromètres seulement. Dans cette épaisseur, les chercheurs font tenir deux substrats de verre portant chacun une fine pellicule de polymère électrochimique, le PEDOT. Pour s'opacifier et bloquer la lumière, il suffit d'une très faible tension (de l'ordre de 1,5 V), et il n'est pas nécessaire de maintenir la tension pour que l'iris reste fermé, ce qui rend la chose intéressante pour les batteries.

Mais pas de précipitation. Pour l'heure, cette invention se heurte à deux écueils. Primo, les éléments sont peu affûtés optiquement, et dégradent les contrastes. Deuxio, la réaction induite sur les polymères commercialisés actuellement est trop lente pour un usage réel. Mais les chercheurs se veulent optimistes et indiquent avoir déjà bien progressé dans le développement de polymères optimisés offrant un bon contraste et un excellent contrôle de la profondeur de champ, ce dernier point étant vu comme fondamental dans le succès futur de l'invention.
Source : BBC
PARTAGER


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation