Nikon présente deux nouveaux compacts, qui seront lancés mi-septembre. Le S5100 complète la gamme en se glissant entre le S4000 et le S6000, le S1100pj remplace le vieillissant mais original S1000pj, l'appareil qui avait avalé un mini-projecteur.

Nikon S5100

Nikon Coolpix S5100

Le S5100 vient compléter un petit trou dans la gamme de compacts du constructeur. Il apporte une version stabilisée de l'entrée de gamme (il devrait coûter 169 €).

Le zoom s'intercale entre le 4x des S3000/S4000 (ce dernier étant l'un des appareils tactiles les moins chers du moment) et le 7x du S6000. Il s'agit d'un zoom 5x, équivalent 28-140 mm, avec ce petit détail hautement amusant : son ouverture ne dépasse pas f/6,6 à 140 mm.

Deux conséquences : d'une part, heureusement que la stabilisation optique est là, puisqu'il capture un quart de lumière en moins que les mauvais élèves (environ f/5,6 sur la plupart des compacts) ; d'autre part, la diffraction devrait limiter fortement la résolution optique, et donc la précision des images au téléobjectif...

Pour le reste, le S5100 propose un capteur 12 Mpx bien connu, reprend la logique de déclenchement rapide au démarrage vue sur le S8000 (soit une vue en moins d'une seconde, mais au grand-angle et sans aucun réglage, soit attendre le démarrage complet de l'appareil pour accéder à l'interface et au zoom), et détecte tout seul s'il est sur trépied ou à main levée, choisissant le couple sensibilité-vitesse d'obturation adapté.

Il filme en HD 720p et l'écran reste à 6,9 cm et 230 000 points — et étant donnés les antécédents familiaux, il est probable qu'il s'agisse d'un TN.

Nikon S1100pj Nikon Coolpix S1100pj

Le S1100pj n'est pas une extension de gamme, mais le remplaçant du S1000pj né voici un an. Côté prise de vues, peu de changement : l'objectif 28-140 mm est identique, le capteur passe à 14 Mpx, haut de gamme oblige, et la vidéo passe au HD 720p.

Côté projecteur, on gagne 40 % en puissance, ce qui concrètement signifie que l'on arrive à... 14 lumens. N'oublions donc pas de bien occulter les fenêtres avant de l'allumer ! La définition reste limitée au VGA, mais Nikon a travaillé sur l'intégration fonctionnelle : le projecteur sera utilisable comme écran externe d'ordinateur, grâce à un logiciel fourni pour Mac et Windows uniquement, et devrait donc permettre par exemple de réaliser de petites présentations depuis son ordinateur.

En outre, le boîtier est profondément revu. L'intégration esthétique du projecteur est bien meilleure, la face avant étant désormais plate, et un écran tactile de 7,6 cm et 460 000 points apparaît. Les fonctions de retouche vues sur le S4000 sont là, permettant de modifier ses images en cours de projection, et Nikon indique avoir revu l'interface graphique de l'appareil.

Enfin, on note l'arrivée d'une stabilisation électronique, dont les effets viendraient s'ajouter à la stabilisation optique pour améliorer les petits tirages — pour un 20x30 cm ou un recadrage, on sait que les limites de la stabilisation électronique sont extrêmement visibles.

Le S1100pj sera lancé à 349 €, soit un tarif inférieur à celui initialement prévu pour le S1000pj — qui, il est vrai, était largement surévalué et se trouve désormais autour des 250 €.

À noter, l'apparition d'une version argent/jaune, qui rompra avec l'austérité du premier modèle.

> Les compacts numériques sur LesNumériques

Source : Nikon France


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation