Après le D7100, ce sera donc au tour du D7200... en toute logique. Esthétiquement le boîtier dévoilé par Nikon est un clone presque parfait de son prédécesseur. C'est sous le capot qu'il faudra aller chercher les nouveautés. Et, autant être clair dès maintenant : elles sont assez ténues et semblent découler du remplacement du processeur de traitement des données Expeed 3 du D7100 par le nouvel Expeed 4 sur le D7200. 

Nikon D7200 vue de face capteur
Le nouveau Nikon D7200 vue de face : copie conforme du D7100.

Si le capteur reste sur un APS-C (format DX dans le jargon de la marque) de 24 Mpx, Nikon le dote désormais d'une sensibilité étendue pouvant atteindre les 102 400 ISO... en mode monochrome. La sensibilité standard a elle aussi considérablement évolué puisque le D7200 évolue désormais entre 100 ISO et 25 600 ISO.

L'autre nouveauté majeure réside dans l'autofocus. On retrouve un module Multi-CAM 3500DX à 51 collimateurs, dont 15 en croix et le central fonctionnel à f/8. La différence étant que la nouvelle version peut fonctionner par -3 IL au lieu de -2 IL sur le D7100. La photo de nuit en sera facilitée. On notera que le D7200 s'aligne sur ce point sur ce que propose Canon sur le 7D Mark II et Pentax sur le K-S2.

Nikon D7200 vue de dos
Toujours pas d'écran LCD orientable / tactile contrairement au D5500.

Côté vidéo le D7200 améliore un peu la recette en proposant désormais un enregistrement HDTV 1080 en 60p... mais toujours en mode recadrage 1,3x. L'enregistrement se fera sur l'une des deux cartes SD du boîtier ou sur un enregistreur externe en passant par la sortie HDMI. Vous noterez l'apparition, enfin, de zébras pour mesurer correctement l'exposition d'une scène. Par contre, toujours aucune trace de focus peaking, pourtant essentiel pour un travail en mode manuel.

Toujours pour la vidéo, Nikon proposera au mois de mai (pas de tarif communiqué pour l'instant) un micro Bluetooth ME-W1 qui permettra d'enregistrer à distance (50 m) les paroles d'une personne directement dans les vidéos. Notez que celui-ci est résistant aux intempéries et son autonomie est annoncée pour 3 heures.

Micro Bluetooth Nikon ME-W1Nikon D7200 et récepteur audio Bluetooth
Le micro sans-fil Bluetooth Nikon ME-W1.

Et pour en finir avec les nouveautés, signalons que le D7200 intègre une interface sans fil WiFi  et le  NFC.

Voilà pour les nouveautés. C'est tout ? Oui. On retrouvera dans le D7200 le gros du comportement du D7100. Un obturateur testé pour 150 000 cycles, le mode "crop" 1,3x, la rafale à 6 images par seconde (et jusqu'à 7 en mode "crop"). Le D7200 pourra enregistrer jusqu'à 100 photos en JPEG en rafale, 18 en RAW 14 bits et 27  en RAW 12 bit. Sur l'arrière on retrouvera enfin le même LCD 3,2 pouces 1 229 000 points non orientable et non tactile. Là non plus pas d'évolution notoire, alors que le D5500, récemment présenté, propose ces fonctionnalités et que la concurrence ne s'en prive pas.

Nikon D7200 vue de dessus

Prix et disponibilité

Le Nikon D7200 sera disponible à partir du 19 mars 2015 au prix public TTC conseillé de 1199 € boîtier nu ou 1399 € en kit avec l'objectif Nikkor 18-105mm f/3,5-5,6G ED VR.

Première impression

Dire que cette annonce nous laisse sur notre faim est un euphémisme. On comprend mieux pourquoi Nikon n'a pas opté pour un lancement au CP+ tant les différences D7100 / D7200 sont ténues et semblent ne découler que de la seule implémentation de l'Expeed 4. Nikon n'a donc pas choisi le D7200 pour chahuter le 7D Mark II de Canon, cette tâche revenant au D750 équipé d'un capteur 24x36. Il viendra plutôt titiller les Canon 70D, Pentax K-3 ou Sony A77 Mark II.

On regrettera aussi le manque d'audace sur les modes vidéo. Un mal chronique sur les reflex Nikon qui feraient bien vite oublier que Nikon a bel et bien été le premier à proposer un mode vidéo avec le D90. Une inspiration vite oubliée... dommage. 

Il semble difficile de croire que les seuls arguments avancés que sont l'autofocus fonctionnel jusqu'à -3 IL et la sensibilité étendue en mode monochrome soient des arguments massue.
Reste à voir quelle est la qualité des images produites par ce boîtier. Si la montée en ISO est très bien gérée et que le rendu vidéo est irréprochable, le boîtier pourra avoir un réel intérêt. Espérons-le en tout cas, car sur le papier la recette manque cruellement de piquant.

Lire également :
> Nikon D7200, Canon 70D, Pentax K-3 : le comparatif sur papier
Source : Nikon
PARTAGER

Vos réactions sur le forum :
Nikon D7200 : une évolution (trop) ténue !



Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation