Il est présenté comme l'associé parfait du D5, annoncé en même temps que lui. Mais avec son capteur APS-C, sa rafale à 10 i/s et son autofocus hypersensible, le Nikon D500 est aussi un redoutable concurrent pour le Canon EOS 7D Mark II sorti il y a un peu plus d'un an. En attendant de pouvoir comparer les deux sportifs en action, nous les avons mesurés sur le papier. Et l'exercice s'avère bien difficile pour le Canon...



Presque jumeaux

Les deux appareils partagent de nombreuses caractéristiques, comme celle d'être des reflex "traditionnels" avec une visée optique. Sur chacun, elle couvre 100 % du champ photographié avec un grossissement de 1x. Côté capteur, Nikon D500 et Canon EOS 7D Mark II intègrent tous deux des modèles APS-C, avec la légère différence de taille historique entre les deux marques, qui conduit à un facteur de correction de focale de 1,5 pour le Nikon et 1,6 pour le Canon. Tous deux affichent une définition d'un peu plus de 20 Mpx : la différence de quelques unités après la virgule ne sera assurément pas un critère de choix entre les deux appareils.

En mode rafale, ils sont tous deux capables d'atteindre une cadence de 10 i/s et se distinguent alors par leur autonomie de 200 images, quel que soit le format de fichier pour le Nikon D500, ou sur un nombre illimité de JPEG mais seulement 31 RAW sur le Canon. Côté connectique, les deux boîtiers sont également bien pourvus, avec des ports USB 3.0 et des prises casque et micro pour la vidéo.
Ce sont assurément deux appareils haut de gamme qui possèdent les arguments pour séduire aussi bien le photographe amateur fortuné que le professionnel qui a besoin de vitesse et de longues focales. Mais si le Canon ne manque pas d'argument, au jeu des comparaisons, il ne gagne pratiquement nulle part.

Un an d'écart

Car si Nikon a tardé à sortir un digne remplaçant au D300s, il faut avouer que la marque a soigné son annonce et présente un modèle de pointe parfaitement dans l'air du temps. Module autofocus à 153 collimateurs, dont 99 en croix : le 7D Mark II pourtant correctement pourvu (65) prend une claque. D'autant que le Nikon présente une plage de sensibilité étendue de -4 IL à +20 IL, ce qui suggère d'excellentes performances en basse lumière. En parlant de basses lumières, la plage de sensibilité est également bien plus large puisqu'elle s'étend jusqu'à 51 200 ISO en mode normal, contre 16 000 pour le Canon. Et si l'on imagine bien qu'à ces valeurs extrêmes, les résultats ne seront pas éblouissants, il sera intéressant de comparer les deux appareils sur des valeurs plus modestes mais de plus en plus fréquentes de quelques milliers d'ISO.

Les écrans de visualisation des deux modèles affichent peu ou prou les mêmes dimensions, mais avec une définition plus que doublée sur le Nikon qui se paie en plus le luxe d'offrir un fonctionnement tactile et des charnières pour une inclinaison verticale. Face à cela, Canon ne propose qu'un modèle traditionnel qui possède à son avantage l'argument de la solidité, particulièrement importante sur cette gamme de produits.

Non, vraiment, avec sa connexion Wi-Fi et NFC, son Bluetooth nouvelle génération et son mode SnapBridge, sa capacité à filmer en 4K UHD (même si la durée reste très limitée) et malgré tout cela une autonomie double de celle du 7D Mark II, on se demande bien ce qui pourrait ne pas donner l'avantage au Nikon.
Sauf bien sûr si le flash intégré est un élément indispensable à vos yeux, ou que vous possédez déjà un parc d'accessoires Canon trop important pour envisager de changer de marque.

Ah oui ! Il y a un autre critère qu'on oublierait presque d'inclure dans un comparatif : le prix. Annoncé pour mars 2016, le Nikon D500 devrait être vendu 2 300 €, soit 30 % de plus que le Canon EOS 7D Mark II. Un argument qui peut faire pencher la balance.

L'enjeu du test sera donc de savoir si le gain de performance est suffisamment tangible pour justifier l'investissement supplémentaire.

Comparaison des fiches techniques

  Canon EOS 7D Mark II Nikon D500
Capteur 20,2 Mpx 20,9 Mpx
Taille du capteur 22,4 x 15 mm 23,5 x 15,7 mm
Densité par cm² / taille photosite 6,19 Mpx / 4,02 µm 5,62 Mpx / 4,22 µm
Filtre AA oui oui
Capteur stabilisé non non
     
Sensibilité 100-16 000 ISO
ext. 51 200 ISO
100-51 200 ISO
ext. 1 640 000 ISO
     
Collimateurs 65 153
Dont croisés 65 99
Plage de fonctionnement -3 à 18 IL -4 à +20 IL
Collimateur sur le capteur principal non non
Mesure d'expo Capteur RVB 150 000 px Capteur RVB 180 000 px
Compensation d'expo ±5 IL ±5 IL
Mesure spot lié au point AF sélectionné oui oui
     
Obturation max. 1/8 000 s 1/8 000 s
Synchro flash 1/250 s 1/250 s
     
Rafale max 10 i/s 10 i/s
Nb max. JPEG en rafale illimité 200
Nb max. RAW en rafale 31 200
     
Viseur pentaprisme (optique) pentaprisme (optique)
Grossissement 1,0x 1,0x
Couverture 100 % 100 %
     
Taille écran 7,7 cm 8,1 cm
Définition écran 1 040 000 points 2 359 000 points
Orientable non oui
Tactile non oui
     
Wi-Fi non oui
NFC non oui
Bluetooth non oui
GPS non non
Intervallomètre oui oui
USB 3.0 3.0
Prise micro oui oui
Sortie HDMI oui oui
Sortie casque oui oui
     
Flash intégré oui non
NG 11 /
     
Format vidéo H.264/MP4 H.264/MPEG-4
Résolution max 1 920 x 1 080 px 3 840 x 2 160 px
Cadence 50/25/24p 25p/24p (60/50p en Full HD)
     
Mémoire CF et SD XQD x2
Autonomie max (CIPA) 670 photos 1 240 photos
Poids (nu sans batterie) 910 g 760 g
Dimensions Environ 149 x 112 x 78 mm Environ 147 x 115 x 81 mm

Lire également :
> Test du Canon EOS 7D Mark II
> Présentation du Nikon D500
> Tous les reflex testés
> Toute l'actualité


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation