D1 en 1999, D1H en 2001, D2H en 2003, D2Hs en 2005, D3 en 2007, D3s en 2009, la saga des reflex «pro» Nikon se perpétue aujourd'hui avec le très attendu D4.

Nikon D4 face
Nikon D4 : nouvelle commande pour l'enregistrement vidéo sur la poignée.

Alors que les évènements sportifs se profilent à l'horizon de 2012 (jeux olympiques à Londres fin juillet, coupe d'Europe de football début juin en Pologne et en Ukraine), Nikon dévoile son nouveau reflex sportif : le D4. Cette nouvelle mouture mise sur la vidéo HDTV 1080, l'amélioration du flux de traitement des images (connexion Ethernet, gestion IPTC, modules WiFi et GPS) et une amélioration de la qualité des images (nouveau capteur 24x36 16 Mpx).

Le boîtier

au premier coup d'œil, vous noterez quelques changements ergonomiques sur le D4 par rapport au précédent modèle. Le positionnement «vidéo» du nouveau boîtier implique de nouvelles commandes. Ainsi, la commande Lv (Liveview) à l'arrière du boîtier dispose désormais de deux positions (photo et vidéo) et un bouton pour l'enregistrement vidéo est désormais positionné sur la poignée. Le barillet de motorisation est désormais partiellement couvert par une coque.


Nikon D4 vue de dos
Nikon D4 de dos : un impressionnant tableau de bord...

Parmi les avancées ergonomiques, nous retiendrons surtout l'apparition d'un «joystick» pour déplacer le collimateur AF beaucoup plus précis et pratique que le «joypad» (large touche ronde multidirectionnelle) qui reste néanmoins présent. Certains l'auront sans doute remarqué, mais le D4 dispose de commandes doublées (joystick, touche AF-ON) qui permettent une utilisation similaire aussi bien en position portrait que paysage. Au passage, Nikon a revu la poignée verticale. Celle-ci est plus large et plus plate pour une meilleure préhension et une touche Fn fait également une apparition à côté du déclencheur. 

Nikon D4 vue de dessus
Un barillet pour la motorisation caréner et une touche pour la vidéo apparaissent sur le dessus du boîtier.

Olympus avait été le premier à proposer le rétroéclairage des commandes sur son reflex E-620, Nikon reprend cette excellente idée en éclairant les principales touches au dos de l'appareil, mais également le barillet de motorisation.

Nikon D4 rétroéclairage des commandes
Nikon D4 : rétroéclairage des principales commandes.

Le D4 est un boîtier «pro» qui bénéficie d'un châssis entièrement en magnésium (il gagne 60 g par rapport au D3s) et qui dispose de nombreux joints d'étanchéité pour résister aux intempéries. Notez que le D4, comme le reste de la gamme pro, ne possède pas de flash intégré qui reste potentiellement un point de fragilité. Le pentaprisme est nouveau, mais offre des caractéristiques identiques au D3s :
- couverture 100%
- grossissement de 0,7x
- affichage quadrillé

Nikon D4 filtre thermique sur pentaprisme
Le filtre thermique qui recouvre le pentaprisme.

Le prisme est désormais protégé par un filtre thermique (peinture noire) qui limite la dilatation du prisme avec la température.

Nikon D4 boîtier magnésium

Un horizon artificiel est disponible selon deux axes à la fois en visée directe sur écran ou dans le viseur. Dans ce dernier cas, les collimateurs AF et le correcteur d'exposition sont utilisés pour indiquer l'inclinaison du boîtier. Comme sur les précédents modèles, les recadrages sont indiqués dans le viseur optique (zone grisée). En complément des formats DX (environ 6,8 Mpx) et 5:4 (13,4 Mpx), le D4 offre un format homothétique au 24x36, mais en 20x30 (crop 1,2x) pour des fichiers en 4096*2720 pixels soit  11,1 Mpx. Le carré n'est malheureusement toujours pas proposé tout comme un format allongé 16:9.

L'écran LCD est plus large (8,1 contre 7,6 cm) et s'adapte mieux au format des vidéos 16:9; mais affiche toujours 921 000 points. Les ingénieurs de Nikon ont toutefois réussi à le rendre moins brillant en supprimant la lame d'air entre le LCD et la vitre de protection. Sur l'exemplaire que nous avons pu manipuler, l'affichage apparaît également plus contrasté. Un capteur de lumière d'ambiance situé à côté de l'écran permet d'ajuster automatiquement la luminosité. Nikon affirme également avoir amélioré le rendu des couleurs avec un espace colorimétrique plus large.

Une touche Picture Control permet d'accéder directement aux ajustements des paramètres de l'image (saturation, contraste, accentuation...). 

Le D4 intègre un nouvel obturateur mécanique garanti 400 000  cycles ! En outre, le système a été conçu pour répondre aux exigences de la prise de vue vidéo. Ainsi, le miroir, l'obturateur et le diaphragme fonctionnent de manière indépendante ce qui permet de changer le diaphragme pendant le filmage et d'enregistrer des photos pendant l'enregistrement vidéo. En outre, aucune énergie n'est nécessaire pour le maintien du miroir en position haute.

Nikon D4 : nouvelle obturateur
Nouvel obturateur vendu pour 400 000 cycles et entièrement revu pour la vidéo.

Côté stockage, le D4 prépare l'avenir et intègre un emplacement au nouveau format XQD et un emplacement CF. Avec les cartes XQD (qui ne sont pas encore disponibles), Nikon annonce des rafales jusqu'à 200 JPeg et 105 NEF.

Nikon D4 emplacement CF et XQDLe D4 intègre déjà le format XQD, hypothétique remplaçant du format CF.

Capteur 24x36 16 Mpx

Le Nikon D4 dispose d'un nouveau capteur CMOS 24x36 qui embarque 16,2 millions de photosites. La plage «normale» de sensibilité ISO s'étend de 100 à 12 800 ISO et est identique à celle du D3s. Il est possible de travailler sur une plage beaucoup plus large de 50 (Lo) à 204 800 ISO.

Nikon D4 6400 ISO
Vous pouvez afficher l'image en pleine définition (6400 ISO, source Nikon) en cliquant sur la vignette ci-dessus.

 Les canonistes insisteront sur le fait que le rival EOS-1D X gère une plage de sensibilité plus large (100-51 200 ISO), mais il semblerait que le boîtier Canon ne puisse proposer toutes les fonctionnalités (cadence à 12 vps) pour toutes les sensibilités ISO. Il faudra vérifier sur un boîtier définitif.

Nikon D4 capter CMOS 24x36 16 mpx
Le nouveau capteur 24x36 16 mpx du Nikon D4

Le capteur est épaulé par un nouveau processeur de traitement des images Expeed 3. Celui-ci permet d'attendre une cadence rafale de 10 vps (vues par seconde) avec un suivi AF qui peut grimper à 11 vps sans AF. Le traitement des données se fait sur 16 bits (le format RAW est toujours en 12 ou 14 bits) et la cadence rafale à 10 vps est assurée quel que soit le mode de prise de vue utilisé (sensibilité ISO, D-Lighting, réduction du bruit électronique...).

Nikon D4 carte mère avec processeur Expeed 3La carte mère du Nikon D4.

 Reconnaissance de scènes et de visages

Avec le D3, Nikon avait déjà beaucoup travaillé sur l'intégration d'un nouveau capteur RVB 1005 points pour épauler le capteur AF avec un suivi du sujet, mais également pour analyser la scène et améliorer la balance des blancs. Avec le D4, Nikon franchit un nouveau cap en utilisant un capteur RVB de 91 000 points. Sur ce point, le Canon 1D X propose mieux avec un capteur 100 000 points, mais ceux-ci sont regroupés en 252 zones, alors que tous les points du capteur Nikon sont employés à l'analyse de la scène. Une analyse plus fine qui permet d'améliorer le suivi AF, la mesure d'exposition et la balance des blancs. Au niveau de la balance des blancs, il est désormais possible de choisir deux modes automatiques : neutre et chaud (pour conserver l'ambiance). Il est possible de régler la température des couleurs de 2500 à 10 000 K.

En outre, la détection des visages est également disponible en permanence, même en visée optique.

Nikon D4 capteur rvb analyse de scène détection des visages
Le Nikon D4 dispose d'un deuxième capteur 91 000 points pour l'analyse de scène et la reconnaissance de visage en visée optique.

Il est possible de corriger l'exposition sur +/- 5 IL et  le bracketing d'exposition autorise jusqu'à 9 vues par paliers de 1/3, 1/2 ou 1 IL. Un mode HDR combine 2 images sur 1, 2 ou 3 IL. Vous pouvez également opter pour des différents types de fusion (élevé, normal et basse).

Autofocus jusqu'à -2 IL

Déjà très sensible en basse lumière sur les modèles D3/D3s/D3x, le module autofocus Multi-CAM 3500FX est amélioré sur le D4 puisque la plage s'étend désormais de -2 à +19 IL. Voilà qui devrait faciliter le travail dans la pénombre. Si le nom est identique, il s'agit en réalité d'un nouveau modèle qui propose 51 collimateurs, dont 15 en croix. Les 51 collimateurs sont sensibles jusqu'à f/5,6.

Nikon D4 schéma module autofocus
À gauche : les 15 collimateurs centraux sont en croix. Au centre : Les 11 collimateurs sont sensibles jusqu'à f/8. À droite : les 15 collimateurs sont sensibles jusqu'à f/5,6, les 9 au centre à f/8.

En outre, le D4 propose de changer automatiquement le collimateur actif en fonction de l'orientation du boîtier afin de conserver la mise au point sur la même partie de l'image. Une fonctionnalité déjà existante sur certains boîtiers Canon.

Flux de production

Le D4 est un reflex avant tout destiné aux photoreporters. Nikon a donc écouté leurs doléances pour adapter le boîtier aux contraintes de leur travail. Pour mieux s'intégrer dans un flux de production et de diffusion d'images, Nikon a particulièrement soigné la connectique. Le D4 dispose d'une prise Ethernet pour un transfert rapide des images (en studio ou dans un stade), d'une prise USB 2 (pourquoi pas de version 3 ??) et propose un logiciel pour marquer automatiquement les images avec les IPTC, ces métadonnées qui facilite le tri et l'exploitation des images en agence de presse.

Nikon D4 cotés et connectiques
Wi-Fi, USB, casque, micro, Ethernet, HDMI (type C), prise 10 broches (GPS, télécommande), synchro flash : le Nikon D4 est plutôt bien loti au niveau de la connectique

La sortie du D4 est accompagnée d'un nouveau module Wi-Fi (WT-5 a/b/g/n), mais reste compatible avec l'ancien modèle (WT-4 a/b/g). Le module vient se loger sur un port spécifique qui permet d'utiliser en complément le GPS (sur le port 10 broches).

Le module Wi-Fi ouvre également les portes du pilotage à distance. En effet. Vous pouvez le configurer pour qu'il envoie directement les images vers un serveur FTP ou utiliser la nouvelle version de Camera Control Pro 2 à partir d'un ordinateur. Vous disposez également un module HTTP pour piloter l'appareil à distance à partir d'un smartphone (réglage, lancement de la vidéo, Liveview sur le téléphone...). Il sera même possible de piloter jusqu'à 10 boîtiers .

Vidéo 1080 et sortie non compressée

Parent pauvre des reflex pro chez Nikon, la vidéo fait un bond impressionnant sur le D4. Le boîtier propose l'enregistrement de fichiers en HDTV 1080 à 30, 25 ou 24 vps en image pleine (p). Il est possible de filmer en 720p à 60 ou 50 vps. Attention, les cadences réelles d'enregistrement sont de 59,94 ; 50 ; 29,97 ; 25 et 23, 976 vps. Il faudra donc recaler toutes les vidéos en postproduction. Vous pouvez connecter un micro stéréo externe (mini-jack 3,5 mm) ou utiliser le micro mono du boîtier. Le niveau d'enregistrement est ajustable (un vumètre s'affiche en permanence) et vous pouvez contrôler la prise son à l'aide d'un casque. 

Le D4 dispose de deux modes d'enregistrement :
- un mode reportage qui enregistre en H.264/MPeg-4 AVC sur les cartes (durée max 30 mins). 
- un mode ciné qui utilise la sortie HDMI (non compressée) et un enregistreur externe. Vous obtenez alors des fichiers en ProRes en 4:2:2 (10 bits, le bitrate n'est pas communiqué).

Le D4 dispose d'un autofocus permanent (F-AF : Full Time AF) plus rapide que les autres modèles de la marque, mais qui reste largement en retrait par rapport à la réactivité d'un compact à objectifs interchangeables. Le diaphragme est ajustable par 1/8 IL et un traitement spécifique est appliqué pour limiter les effets de rolling shutter et de block noise.

Le reflex propose également un enregistrement HDTV 1080 en différentes largeurs de capteur. Ainsi, vous pouvez filmer en 1920x1080 sur la largeur du capteur (FX) afin de conserver l'angle de champ des optiques. Vous pouvez également réduire au format DX (coefficient x1,5) ou utiliser les 1920x1080 pixels au centre du capteur (sans ré-échantillonnage de pixels) avec un coefficient de x2,7.

Mode complètement silencieux...en 2 Mpx

Le D4 propose un mode de déclenchement complètement silencieux, mais avec une définition limitée à 1920x1280 pixels (2,5 Mpx). Il s'agit en réalité d'un extrait vidéo, mais au format du capteur 3:2. Vous devez donc basculer en mode vidéo pour disposer d'un reflex muet.

Autonomie : la douche froide

Nous avions annoncé il y a quelques semaines le retrait de certains produits en raison de la loi De-Nan au Japon en raison de normes électriques. De nouvelles normes au Japon viennent également réduire la capacité des batteries (afin de pousser les fabricants à produire des appareils moins gourmands en énergie). Le D4 est donc livré avec un nouveau système batterie/chargeur. La batterie EN-EL18 (2000 mAh) vient donc remplacer le modèle EN-EL4a (2500 mAh). Malgré un travail important pour réduire la consommation électrique, ce changement de batterie entraine une baisse plus que conséquente de l'autonomie ! En effet, Nikon annonce 2600 déclenchements avec un D4 contre 4200 vues avec un D3S soit une perte d'autonomie d'environ 40%...Un coup dur pour un boîtier sensé partir en reportage. Voilà qui fera vendre de la batterie supplémentaire à Nikon. Un nouveau chargeur secteur (EP-6) est également disponible. Nous attendrons donc les premiers tests terrain pour confirmer l'autonomie annoncée par la fiche technique, les personnes rencontrées chez Nikon France étant plutôt sereines vis-à-vis de l'autonomie du D4.

Nikon D4 batterie en-el18

Du côté des logiciels

Nikon propose une nouvelle version de Camera Control Pro 2.10.0 (fonction bulb) et Capture NX 2.3.1 devient enfin 64 bits (mais reste payant...). Vous pouvez télécharger WT-Utility pour utiliser le module Wi-Fi, IPTC Preset application pour optimiser le flux des images et une application iPhone/iPad pour piloter à distance le D4.

Prix et disponibilité

Le Nikon D4 sera disponible au mois de février (bien avant le Canon 1D X) pour 5800 euros.

Notre premier avis

Difficile de ne pas comparer le nouveau Nikon D4 au Canon EOS-1D X présenté au mois d'octobre 2011 (disponible en mars 2012). En comparant les fiches techniques, le reflex Canon prend l'avantage sur de nombreux points, même si les différences ne sont pas «dramatiques», techniquement, Canon semble reprendre l'avantage (après avoir été sous dominance Nikon pendant deux années...).

Modèle Canon EOS-1D X Nikon D4
capteur CMOS 18 Mpx CMOS 16 MPx
sensibilité ISO 100 - 51 200 ISO (ext. 204 800 ISO 100 - 12 800 ISO (ext. 204 800 ISO)
rafale avec AF pleine définition 12 vps 10 vps
rafale sans AF 14 vps 11 vps
Autofocus 61 collimateurs, 41 en croix 51 collimateurs 15 en croix
sensibilité collimateur jusqu'à f/5,6 jusqu'à f/8
sensibilité AF -2 IL -2 IL
mesure exposition capteur RVB 100 000 points (252 zones utilisées) capteur RVB 91 000 points
reconnaissance des visages en visée optique oui oui
viseur optique, 100%, 0,76x optique, 100%, 0,7x
correction exposition -/+ 5 IL -/+ 5 IL
bracketing exposition 7 vues sur +/- 3 IL 9 vues sur +/- 5 IL
écran LCD, 8,1 cm, 1 040 000 points LCD, 8,1 cm, 921 000 points
flash synch 1/250 s sync 1/250 s
vidéo HDTV 1080 (29,97, 25, 23,976 im./s) intra-image ou inter-image. MOV HDTV 1080 (29,97, 25, 23,97) . MOV MPeg-4
autofocus vidéo oui, lent oui, lent
connectique HDMI, micro, Ethernet, USB 2, Wi-Fi HDMI, casque, micro, Ethernet, USB 2, GPS, télécommande, Wi-Fi

Le plus questionnement reste la définition du capteur. Avec «seulement» 16 Mpx en 2012, le D4 déçoit forcément un peu. En outre, techniquement, un Sony Alpha 77 (1300 euros) pilonne à 12 vps avec un capteur à 24 Mpx. Certes, la rafale est limitée à 1 seconde et le boîtier n'est pas aussi résistant, mais la gamme de prix n'est pas du tout la même ! Un capteur à 20 Mpx aurait sans doute apporté un peu plus de polyvalence. La sensibilité ISO n'évolue pas par rapport au D3s (12800 ISO) et même si la définition augmente un peu, Nikon qui avait fait de la sensibilité ISO son principal argument semble délaisser ce domaine.

Nous restons également sur notre faim sur d'autres caractéristiques. Ainsi, si Nikon prend beaucoup (trop ??) d'avance en proposant un format de carte XQD (sans doute pas disponible avant l'été 2012), la connexion USB reste figée à l'antique norme 2 alors que l'USB 3 commence à bien s'implanter. La vidéo fait un bon en avant au niveau de la qualité, mais il est encore impensable de filmer un évènement sportif avec un autofocus qui reste définitivement trop lent.

Naturellement, le D4 apporte quelques agréables avancées. Ainsi, l'apparition d'un double joystick pour gérer le collimateur AF est un vrai plus (portrait ou paysage) et la gestion des IPTC rendra probablement un grand service aux agences de presse. Nous apprécions également le rétro-éclairage des commandes et nous sommes impatients de voir comme se comporte le nouveau capteur 91 000 points pour le suivi 3D et la reconnaissance des visages sur le terrain. Toutefois on se demande pourquoi le GPS ou le module Wi-Fi ne sont pas intégrés au boîtier (il doit bien rester un peu de place non ?). Il faudra donc se contenter de «verrues» optionnelles pour cette année.

Dans tous les cas, le match Nikon D4 / Canon EOS-1D X s'annonce passionnant et nous sommes impatients de tester ces nouveaux reflex sur le terrain.

> Télécharger la fiche technique complète du Nikon D4
Source : Nikon France
PARTAGER

Vos réactions sur le forum :
Nikon D4

Contact Charte de la vie privée